Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Laurence Talairach-Vielmas, Moulding the Female Body in Victorian Fairy Tales and Sensation Novels

Aldershot: Ashgate, 2007. 198 pages
Catherine Lanone
p. 327-328
Bibliographical reference

Laurence Talairach-Vielmas, Moulding the Female Body in Victorian Fairy Tales and Sensation Novels. Aldershot: Ashgate, 2007. 198 pages

Full text

1Le livre de Laurence Talairach-Vielmas, Moulding the Body in Victorian Fairy Tales and Sensation Novels, offre un éclairage très novateur sur la période victorienne en explorant un double corpus, les réécritures de contes de fées (MacDonald, Jean Ingelow, Christina Rossetti, Julinana Horatia Ewing, Lewis Carroll) et les romans à sensation (Wilkie Collins, Mary Elizabeth Braddon, Rhoda Broughton, et Charles Dickens). Ce corpus, très original, n’hésite pas à mêler aux grands noms (Dickens, Collins, Carroll) des figures infiniment plus obscures comme Ingelow ou Ewing. En choissant de croiser contes et récits à sensation, Laurence Talairach-Vielmas propose une cartographie de la fiction victorienne qui sort délibérément des sentiers battus pour renouveler avec bonheur la lecture d’une époque trop balisée. Cette démarche audacieuse permet de mettre en évidence tout un travail sur le cliché et la construction de la féminité, en se plaçant délibérément en marge des récits canoniques pour mieux démonter le fonctionnement de figures rhétoriques et idéologiques obsédantes. Ainsi, dans ces étranges contes écrits par des femmes, on atteint le royaume des fées ou des nains en passant sous terre, chute vers un problématique pays des merveilles où s’affiche le régime disciplinaire qui formate la petite fille, notamment en régulant le désir et l’ingestion de nourriture. L’analyse met en évidence des réseaux symboliques, du tissage aux fruits ou friandises défendus, des miroirs aux maisons de verre, des poupées aux doubles (dans le récit de Christina Rossetti intitulé Speaking Likenesses, la petite Amelia est remplacée sur terre par un double simiesque, mais qui aux yeux des hommes a pris les traits de la petite fille, dispositif que Laurence Talairach-Vielmas qualifie très justement de stéréoscopique). L’analyse de ces motifs s’enrichit d’une attention constante au discours scientifique de l’époque, qu’il s’agisse d’un conte de Ruskin sur la cristallisation—qui métaphorise en fait l’idéal de beauté et propreté que l’on attend de la petite fille—ou du discours médical normatif (l’émergence de la gynécologie et la hantise du féminin) ; Laurence Talairach-Vielmas analyse également les mécanismes de la société de consommation, perçus tant à travers la transparence paradigmatique du "Crystal Palace" qu’à travers les gravures de mode des journaux ou la publicité, comme cette surprenante Vénus de Milo corsetée, si emblématique. La magistrale analyse du conte de MacDonald fait de la "light princess" le cas extrême d’une féminité évanescente et éthérée, problématisant le rapport entre nourriture et légèreté angélique exigée par la société. Comme le suggère en couverture la photographie d’une petite fille prise par Lewis Carroll, Alice in Wonderland vient nécessairement se placer au cœur de l’ouvrage. Alors que l’ouvrage de Carroll a été surtout vu sous l’angle de la jubilation verbale, de la créativité et du non-sens libérateurs permettant d’échapper au carcan de l’idéologie victorienne, Talairach-Vielmas propose une lecture étonnante qui vise au contraire à montrer que le récit n’échappe pas au discours normatif de l’époque sur la construction de la féminité, bien au contraire. La façon dont le corps d’Alice grandit et rétrécit selon ce qu’elle absorbe métaphorise ainsi l’apprentissage de la régulation de la nourriture, tandis que le rôle de la reine (dans Alice ou dans les contes de Rossetti) est éclairé par une étude brève mais extrêmement fine des illustrations de Tenniel ou de Arthur Hughes, mises en rapport par exemple avec la fameuse Lady of Shalott de Holman Hunt. La même attention au détail visuel se retrouve dans les brillantes analyses du roman à sensation, qui reprend à son tour et déforme le scénario du conte de fées. Laurence Talairach-Vielmas repère les réécritures ironiques du Petit Chaperon Rouge (l’héroïne de Broughton portant des textes religieux dans des taudis où la féminité dépravée reflète l’excès de son propre désir), de Cendrillon (Lady Audley’s Secret) ou de Barbe Bleue et Blanche Neige (chez Wilkie Collins notamment). La maison de verre, chez Broughton, c’est littéralement le "Crystal Palace", tandis que les clichés du portrait de femme, des métaphores de fleurs à la gravure de mode (Lady Dedlock) au fameux portrait pré-Raphaélite de Lady Audley, construisent une apparence qui sied à la société de consommation, et dont les héroïnes jouent. Laurence Talairach-Vielmas montre comment Wilkie Collins s’inspire de célèbres procès d’époque, pour déplacer le gothique (dans The Law and the Lady), pour, dans Armadale et No Name, démonter les rouages de la société de consommation (voir l’analyse pleine d’humour du personnage de Mrs Wragge, acheteuse compulsive), et problématiser le rôle ambigu et théâtral du maquillage (voir le rapprochement très éclairant avec Rachel Leverson). Dans la lignée à la fois des études féministes et des "cultural studies", cet ouvrage original fait le point sur la façon dont le corps féminin se façonne, littéralement et rhétoriquement, dans les textes du dix-neuvième siècle. Il s’agit là d’une contribution précieuse aux études victoriennes, qui relance avec bonheur le débat sur les représentations de la féminité.

Top of page

References

Bibliographical reference

Catherine Lanone, « Laurence Talairach-Vielmas, Moulding the Female Body in Victorian Fairy Tales and Sensation Novels », Caliban, 23 | 2008, 327-328.

Electronic reference

Catherine Lanone, « Laurence Talairach-Vielmas, Moulding the Female Body in Victorian Fairy Tales and Sensation Novels », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 24 June 2017. URL : http://caliban.revues.org/1403

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org