Skip to navigation – Site map
Quatrième partie : La montagne entre mythe et réalité

Monts d’Australie, espaces des mythes, des quêtes, des déchirements

Colette Selles
p. 253-260

Abstract

From Ayers Rock (Uluru) to Tasmanian mountains, this article focuses on real and symbolic spaces. It aims at underlining the existential, spiritual dimension of the perception and representation of the Australian landscape traditionally associated with Aboriginal people, and which stands in stark contrast with the colonial enterprise characterized by violation and exploitation. However, a more harmonious future is suggested with visions of rebirth, regeneration and plenitude in the Tasmanian highlands

Top of page

Full text

  • 1 En 1872, l’explorateur Ernest Giles traversa la région des Olgas auxquelles il donna ce nom, puis e (...)
  • 2 Uluru fut restitué en 1985 aux Aborigènes qui en contrepartie ont accepté de le louer à l’état pour (...)
  • 3 Uluru fait trois cent quarante huit mètres de haut, six kilomètres de long, deux kilomètres et demi (...)

1Vu d’avion, quand il apparaît en plein désert dans le cœur de l’Australie, Ayers Rock,1 Uluru de son nom aborigène, offre un spectacle saisissant.2 Le deuxième monolithe au monde par ses dimensions,3 il compose avec les Olgas (Kata Tjuta) un site d’une beauté insolite, d’un intérêt à la fois scientifique et culturel majeur qui a fait inscrire ce parc national d’Uluru-Kata-Tjuta au patrimoine mondial.

  • 4 L’épisode occupe les pages 247-253 (Bail, 1980).
  • 5 "They [...] loosened their coats and waved at non-existent flies" (Bail 250).

2Le coucher du soleil sur Uluru réserve aussi des effets spectaculaires : Uluru présente une déclinaison de teintes, du beige-rosé au rouge incandescent, puis après cet embrasement, s’éteint. De plus, le phénomène s’effectue en un temps très court, en moins de dix minutes environ. Pour qui le contemple, ce coucher de soleil sur Uluru donne l’impression d’une partition qui se joue entre terre et ciel, et le visiteur ne peut qu’être frappé par la vision unique d’Uluru, par la magie du lieu. Elle est, au demeurant, récupérée à des fins commerciales par le tourisme, certaines compagnies faisant même sabler le champagne à leurs clients devant ce spectacle. La culture dominante s’en est aussi emparée pour des motifs socio-culturels et politiques, en faisant un symbole national mettant en valeur le côté tout à fait particulier de l’Australie. C’est ce dont joue Murray Bail dans son roman Homesickness4 quand, envoyant ses touristes australiens revisiter la mère-patrie, il les fait assister au coucher de soleil mis en scène autour du nez d’un Anglais, Freddy Russell. L’épisode se présente comme un clin d’œil au contexte d’une ancienne colonie en quête de son identité et de la valorisation de son statut dans le monde. C’est aussi un clin d’œil interculturel, en particulier à l’artiste australien Russell Drysdale qui a souvent peint l’intérieur du pays, et c’est un clin d’œil métatextuel, Bail démontant ici les codes du réalisme et de l’illusion référentielle : ainsi les personnages chassent-ils les mouches comme ils le feraient dans le désert australien.5

3Uluru est en fait un inselberg : on estime que ces rochers ne sont que la partie visible de formations rocheuses qui iraient à une profondeur de six kilomètres sous la surface du sol. Selon les géologues, Uluru et les Kata-Tjuta seraient les vestiges de montagnes ayant existé à l’aube des temps, il y a environ cinq cent cinquante millions d’années. Par la suite, en des temps toujours très reculés, ces formations rocheuses subirent des fractures et des replis, basculèrent par rapport à l’horizontale, furent touchées par l’érosion, et recouvertes de sable quand le climat devint plus aride. Les irrégularités de la surface, l’effritement, la couleur d’Uluru sont le résultat de l’érosion, de la pression produite par des variations de température, de la décomposition chimique des minéraux.6 Ce sont là des explications données par la science (et présentées ici de façon réductrice) mais les Anangu, peuples indigènes de la région, ont une interprétation et une perception bien différentes d’Uluru qui est pour eux un site sacré.7 Il est vrai que le visiteur profane y éprouve lui-même le sentiment étrange d’être confronté aux commencements du monde, et à des questionnements d’ordre essentiel sur les origines de l’univers comme de l’humanité.8

  • 9 Sur un ticket d’entrée au parc on peut lire cette référence au combat des origines : "all the Lira (...)
  • 10 Ceci est souligné dans le site officiel du Parc National d’Uluru-Kata Tjuta, et tout particulièreme (...)

4On sait que les Aborigènes pensent qu’au début était un monde sans relief et que des êtres fabuleux sont apparus, donnant forme à toutes choses sur leur terre. Ainsi, pour les Anangu, les esprits ancestraux se sont intégrés dans la nature, se sont incarnés en éléments de la nature, sont devenus pierres, rochers, arbres aussi : des touffes d’herbe seraient ainsi les cheveux de certains de ces ancêtres des origines. La moindre anfractuosité est la trace de leur passage, et leurs hauts faits sont inscrits sur Uluru : une paroi serait le siège d’un combat entre Kuniya, pythons inoffensifs, et Liru, serpents venimeux et des fissures en seraient les marques visibles.9 Selon Stephen Muecke et Adam Shoemaker, cette bataille épique est d’une importance majeure car elle "marqua la fin du temps du Rêve et inaugura l’Âge des Hommes" (Muecke, Shoemaker 40). Peut-être convient-il de préciser que, dans la cosmogonie aborigène, l’histoire de la Création n’est pas détachée du présent ni de la réalité : "[c]ette matrice des rêves correspond non à un âge d’or passé mais à un espace-temps éternel et en devenir", écrit Barbara Glowczewski (43). Et, à l’instar des divers peuples aborigènes d’Australie, les Anangu considèrent que leur terre a été constituée et est toujours habitée par ces créatures ancestrales dont ils sont les descendants. Ils célèbrent et perpétuent les actes héroïques de ces ancêtres qui les guident dans leur vie présente car leur Tjukurpa n’est pas seulement récit de la Genèse,10 elle est "à la fois épistémologie et ontologie, une manière d’être et une manière de connaître" (Muecke, Shoemaker 38).

  • 11 "We have always been here," c’est ce que proclament les Anangu. <http://www.environment.gov.au/park (...)
  • 12 "Beaucoup d’Aborigènes disent que les sites renvoient des images et des sons un peu comme des radia (...)
  • 13 Dans son article "Inscribing the emptiness", Simon Ryan utilise l’expression tabula rasa employée p (...)

5La convergence entre toutes choses, éléments naturels, êtres mythiques ou réels, dans l’infinité du temps est intimement ancrée dans des territoires ancestraux, et Uluru en est une prestigieuse illustration.11 Ce concept de liens immémoriaux associés à des "lieux existentiels" (Glowczewski 19) chargés de sens, fut ignoré par les Européens qui, considérant le continent austral comme terra nullius, se l’approprièrent. Ces "cartes cognitives" (Glowczewski 44)12 démontrent que le continent était loin de n’appartenir à personne, loin d’être cette tabula rasa dont s’empara le pouvoir colonial, et sur laquelle il imposa ses propres systèmes de représentation et ses propres lois.13

  • 14 Cette ruée vers l’or est relatée très en détail dans The Rush That Never Ended, (Blainey 1981, 142- (...)
  • 15 Par exemple, la résistance des Kalkatungu dans la région de Mount Isa finit en 1884 dans un bain de (...)
  • 16 A la suite du jugement de la Haute Cour au sujet de l’affaire Mabo, une partie du continent (moins (...)

6Fondée sur l’ignorance, le mépris, le rejet d’une culture autre, cette appropriation du territoire s’accompagna de l’écrasement des peuples indigènes. Des conflits ne tardèrent pas à surgir avec la colonisation et l’exploitation de cette terre, de sa surface mais aussi de ses entrailles dont on ne tarda pas à découvrir les trésors. Après l’or sur les contreforts de "Mount Buninyong", en un endroit qui devint Ballarat, point de départ en 1851 de la ruée vers l’or version australienne, puis dans les "Barrier Ranges" à Broken Hill, ce furent bien d’autres richesses, des minerais, bauxite, cuivre, uranium, qui furent détectés.14 Et pour les extraire, bien d’autres espaces furent sondés, fouillés, creusés tels "Mount Isa," "Radium Hill"....15 Pour les Aborigènes, il s’agissait non seulement d’une spoliation mais d’une violation de sites très souvent considérés comme sacrés puisque c’est sur tout le continent que sont inscrits les périples et exploits des êtres ancestraux. Cela signifiait aussi la rupture d’une harmonie entre des êtres humains et une terre à laquelle ils étaient (et sont toujours) étroitement unis. Les Aborigènes savaient profiter de ce qu’offrait leur terre, mais dans une démarche d’équilibre et de respect, marquée par une dimension spirituelle qui fit souvent défaut dans l’entreprise coloniale. Certes, l’exploitation, voire la sur-exploitation, des richesses naturelles contribua à l’essor de l’Australie, mais elle entraîna aussi bien des déchirements pour les peuples indigènes ainsi que pour nombre d’immigrants et d’espaces naturels.16

  • 17 "Bojan [...was...] spending months secretly climbing the Julien Alps each morning to observe and le (...)
  • 18 "One day he saw [...] the rarest of all flowers, the edelweiss, in its most favoured habitat, a cli (...)
  • 19 La distance est en effet présentée avec un effet de multiplication qui met en relief l’aliénation : (...)
  • 20 Le narrateur souligne "their battered lives" (19).
  • 21 On connaît la sinistre réputation de cette colonie pénitentiaire, dénommée d’abord Van Diemen’s Lan (...)
  • 22 "[With] the new gravel roads that were everywhere invading their world, [they were] mesmerised by t (...)
  • 23 L’exploitation du territoire, des mines par exemple, eut des effets désastreux sur l’environnement  (...)

7C’est dans les hauteurs de Tasmanie (une Tasmanie dont l’auteur précise en préface qu’il a bousculé la géographie) qu’est située l’intrigue du roman de Richard Flanagan The Sound of One Hand Clapping (1997). L’ouvrage repose sur les notions de déchirements et de quête, quête de la liberté et de meilleurs lendemains pour des immigrants, incarnés par Bojan et Maria, fuyant la Slovénie et les ravages de la seconde guerre mondiale et des soubresauts politiques. Les Alpes Slovènes offrent un chemin à décrypter pour échapper aux tourments.17 Et, fleur montagnarde par excellence, c’est l’edelweiss cueilli au flanc de la montagne slovène18 qui, servant de précieux emblème, est à la fois gage d’amour (Bojan l’offre à Maria) et de liberté : "With its pointed petals its petals it resembled a mariner’s compass" (307). L’edelweiss devient ainsi guide symbolique dans l’exil salvateur ("the pointed petal [...] showed the direction of their route [...] ‘North-west’, she said" [307]), et désigne ensuite la direction finale à prendre : "two years later [...] she laid it upon a map of the world [...]. ‘South-east,’ she said, and Bojan [...] saw that the missing petal would have just touched the northern tip of Australia" (307). Mais d’emblée, le rêve de plénitude s’inverse en désillusion et amertume avec l’installation forcée en un lieu ("a Hydro-Electric [...] construction camp called Butlers Gorge [...] in the mountains" ([4, 91]) décrit comme un coin perdu de Tasmanie, et avec le conffontement à une société qui s’avère injuste car marquée par la discrimination, les préjugés ethniques de l’Australie de l’époque : "It was the time the new Australians came to such wild places to do the wog work of dam-building because work in the cities, which the new Australians would have preferred, was Australians’work" (5). Ce lieu est défini de façon dysphorique, à la fois par la distance19 et par la comparaison qui lui est associée : "[it] sat like a sore in the [...] forest" (4). Cet espace est aussi lieu de mort : Maria s’enfuit et est retrouvée pendue. Certes, les traumatismes du passé sont incurables, mais ce lieu est présenté comme ne pouvant apporter la régénération, le ressourcement espérés. De plus, cet espace est lui-même dénaturé, déchiré, défiguré. Les déchirements de l’être évoquent ceux de ces territoires saccagés par l’entreprise coloniale : aux souffrances et vies brisées des immigrants,20 et plus durement encore des bagnards, au massacre des Aborigènes,21 répondent les tourments et la destruction des animaux22 et de la nature que symbolisent les arbres abattus : "occasional gum trees stood as if brooding survivors of some terrible massacre" (20).23 La violation de l’innocence primordiale et de l’ordre naturel est soulignée par l’introduction du bruit et de la violence : "The sheet of silence the snow had thrown [over the settlement] was ripped apart by the approaching clatter of [an...] engine" (5). Cette violence est dénoncée comme manque de jugement ("the dam-building mania of postwar Australia" 245) et comme inutile car liée à des projets illusoires : "the hydro-electricity engineers [...] made their straight lines reality in the form of the wires along which the new energy, electricity – the new god – hummed its song of promise ; its seductive false prophecies that Tasmania would one day be Australia’s Ruhr Valley" (21).

  • 24 Il boit, la bat.

8Le roman s’articule, mais de façon non-linéaire, non-chronologique, autour de trois périodes clés : les années cinquante, années d’après-guerre, celles du départ pour l’Australie et de la mort de Maria, les années soixante où Sonja (la fille de Bojan et Maria) quitte la Tasmanie et un père aimant mais destructeur car détruit,24 et l’année 1990, celle du retour de Sonja sur les traces de sa mère, de son enfance, et de l’amour paternel. On ne peut qu’être frappé par le symbolisme géométrique du roman : si la ligne droite, horizontale, est symbole de l’ordre, venu d’Europe, qui brise, la quête des personnages s’inscrit dans les montagnes qui surplombent Hobart. Et à la verticalité sont associés de multiples motifs de descente et d’ascension qui figurent la quête de sens de personnages en errance, déchirés et dé-centrés : "Bojan Buloh drove down the twisty road to Rosebery and then on to Queenstown and in the last of the light turned eastwards, making his way up the serpentine road that clung at dizzying heights [...]" (342). En outre, les lacets à parcourir pour gravir la montagne ou en descendre ("down the winding [...] road" 204) semblent engendrer des images qui sont des variations sur le cercle, autre symbole de la recherche de ce bonheur perdu avec la disparition de la mère.

9Au cœur de cette vallée montagnarde, le déluge et la rupture du barrage marquent la fin d’un ordre contre-nature imposé à cette montagne, et un nécessaire retour à l’équilibre naturel : "the rain scrubbed the mountains and forests and filled the rivers" (343), "[t]he dam was spilling, a mountain of water avalanching down the spillway to end in a violent white maelstrom" (345), "[t]he fissures were opening into thin fractures and the penned-up water was pushing hard, infiltrating—countless tons of water pushing the dam face ever outwards" (346).

  • 25 Gilbert Durand mentionne "l’archétype rassurant de la coque protectrice, du vaisseau fermé, de l’ha (...)
  • 26 Bachelard souligne la signification du nid comme protection et rempart : "[l]e nid aussi bien que l (...)

10La scène évoque le déluge biblique et, s’il figure un châtiment pour la violation de la nature, ce déluge cataclysmique est pour Bojan comme un baptême cosmique qui, l’arrachant à la pesanteur de la fatalité et du malheur, le rachète et le sauve. Cette rédemption est traduite par un trajet ascensionnel qui le transporte au-delà de toutes les cimes, sa voiture faisant fonction de nouvelle arche de Noé : "Bojan realised that he had managed to rise above the dambursts’s peak and was continuing to rise. He looked down then, and wondered if the FJ was not actually flying, and grown wings and was rising into the night-time sky, and he in it, an angel granted a second life" (348-349). Cette épreuve cruciale signe l’acceptation de la vie par le personnage dont la perception du monde bascule du négatif au positif, comme le mettent en relief ces images auditives et visuelles, tactiles presque, toutes de légèreté et de sérénité : "Behind and below him sounds, strangely gentle and beautiful, of rock and valley washing away in water, of concrete tossed as light as water foam" (349). Bachelard écrit que "toute valorisation est verticalisation" (Bachelard 1943, 18) et l’image irréelle de l’ascension de Bojan évoque le "vol onirique" qu’analyse aussi Bachelard en précisant "qu’il est vraiment ‘le voyage en soi’, [...] celui qui signe d’une marque profonde notre devenir psychique substantiel" (Bachelard 1943, 33). Et là, s’opère en effet une catharsis qui est renaissance à la vie authentique et à l’amour, (re)naissance symbolisée par le berceau de bois fabriqué par Bojan et destiné à l’enfant qu’attend sa fille (son renoncement à un avortement signant en parallèle sa propre réconciliation avec la vie). Ce berceau est lui-même préfiguré par la voiture qui le transporte,25 l’élève au-delà les flots, voiture qui est aussi nid26 symbolique des moments heureux partagés par le père et la fille décrivant des figures circulaires en empruntant les lacets de la montagne pour aller cueillir des champignons (174). La réconciliation avec la vie d’ici-bas est soulignée par une figure de descente : "Bojan drove slowly down an old logging road" (350). Cette trajectoire, menant à un choix décisif, conduit au bout de la quête d’amour, à la réunion avec la fille : "At the crossroads Bojan [...] swung the car east, toward Hobart, toward Sonja" (350). La multiplication des meubles pour enfants apportés à Sonja est symbole de réconciliation et de régénération. Par un effet de duplication, cette chaise pour enfant, ces berceaux, déposés au pied de Sonja renvoient symboliquement à la naissance première, à celle de Sonja, à l’époque des rêves de bonheur, comme en une offrande de recommencement, pour effacer les erreurs et souffrances du passé. Et en effet, l’amour entre le père et la fille renaît :

That wet awful evening Sonja saw innocence in her father, it was as though she was seeing her father for the first time, as if for the first time their love was both naked and visible and it stood before them as a cot and a high chair and a cradle. [...] It was a most extraordinary feeling, and it struck her that it had taken a lifetime to know it.
She wished to say: I love you. (358-359).

  • 27 "Sonja would get out of the car and [...] look around at the tall manferns dripping rain upon the a (...)
  • 28 "For speckling her blue tongue were strange white fragments, which might have been mistaken for sno (...)

11Les fils avec la vie et l’amour renoués, c’est à un véritable pèlerinage que s’adonne Sonja avec sa propre fille, et il s’effectue par une ascension : "They would drive up that long empty road to that empty place where once stood a construction camp called Butlers Gorge" (419). Ce pèlerinage sur les lieux de l’enfance est aussi une immersion dans le souvenir de la mère disparue, retrouvée pendue dans la forêt, dans "the central highlands" (393). C’est une communion en esprit avec la mère dont la présence invisible est cependant presque perceptible : "she thought she heard sounds most peculiar : of her mother singing" (421). Projection de la subjectivité, peut-être, cette impression n’est pas sans rappeler la perception aborigène d’une nature habitée, comme cela a été mentionné à propos d’Uluru, une nature empreinte de sens et pleine des vies passées dont le lien avec le réel et le présent n’est pas rompu. C’est l’expérience de cette convergence qui réconcilie avec la condition humaine, et aussi de cette complétude, qui est manifestée dans cette forêt des montagnes par cette boucle qui relie trois générations : Maria venue de Slovénie, sa fille et l’enfant qui vient de naître, prénommée Maria comme sa grand-mère et qui, à l’instar des jeunes arbres qui repoussent sur un site autrefois saccagé,27 symbolise le cycle ininterrompu de la vie et de l’amour. C’est ce que suggère également la berceuse slovène chantée de mère en fille : "she thought she heard sounds most peculiar : of her mother singing-[...]. And Sonja, baby cradled in her arms, would sing softly back, full of love, a song she had known for so long [...]" (421-422). L’amour, symbolisé par l’edelweiss que la mère emporte dans la mort et qui s’imprime symboliquement en elle,28 est pérennisé par cette boucle.

  • 29 Bachelard souligne la nécessité de "reconnaître la primitivité de certaines images de l’être". Et i (...)
  • 30 Une montagne de Tasmanie a précisément pour nom "Cradle Mountain". Elle fait partie d’un parc natio (...)
  • 31 "Mountains are the centre of the universe" : paroles prononcées par N. Scott Momaday pendant sa con (...)

12En outre, des images de cercles concentriques sont mises en abyme dans le motif de la ballerine miniature exécutant sa valse sur la boîte à musique qui appartenait à la mère qui n’est plus : "[t]he ballet dancer would begin her endless twirling, circles within circles within the music box’s valley of mirrors, and within each mirror were the trees in which Sonja’s mother had hanged herself, those vast, huge bluegums that swayed back and forth in the wind" (423). Ces images, qui réfléchissent et englobent la forêt alentour ainsi que les moments présent et passé, renvoyant à la mort de la mère, mènent cependant à une vision de "rondeur pleine" :29 "as she lay so on the ground she would hold her child close and whisper her daughter’s name. [...] ‘Maria,’ she would say to the earth, ‘my Maria." (424). Cette image sereine, d’une vérité simple mais essentielle, signe l’aboutissement de la recherche de sens, résolution entr’aperçue du sommet d’une montagne : "[s]he was thinking [...] how beautiful the mountain was, and how it should be simple and beautiful like the mountain" (177). L’image de tendresse maternelle, de dimension cosmique ("[b]ehind them an apricot sky immense, open, wrapping around them as tenderly as a mother’s palm" 179), offerte comme une épiphanie, trouve au final sa réalisation.30 C’est une leçon de vie et de régénération qui est trouvée au cœur de ces montagnes, et Bojan est soumis à une semblable révélation de fusion qui transcende la mort : "He heard the wind in the forest. Saw his heart and her heart forever together, dancing [...]" (349). Selon Ν. Scott Momaday, "les montagnes sont le centre de l’univers,"31 et c’est bien dans les montagnes que les personnages de Flanagan trouvent leur propre centre et le sens de la vie. Depuis les hauteurs boisées de ce pays du bout du monde, est transmise comme une invite à renoncer à la désespérance, faisant écho à ces "chemins singuliers menant au cœur de l’universel" évoqués par Barbara Glowczewski (20).

13Cette réconciliation et cette découverte s’inscrivent dans une nature elle-même régénérée. La similitude entre Bojan et le barrage qui se rompt est soulignée : "it was he also that there and then began to fall apart" (346). Si l’explosion du barrage rend l’environnement à son état naturel, ce sont aussi les barrages métaphoriques du désespoir qui éclatent, rendant Bojan à l’état premier d’avant les meurtrissures de l’âme. La guérison de Bojan s’accompagne d’une vision nouvelle où surgit le merveilleux : "the dead and their spirits fled in front of the FJ in the shape of wallabies and wombats and quolls [...]" (350). Et ce merveilleux semble inspiré de la perception aborigène du monde et de l’interaction entre créatures mythiques, ancêtres, êtres d’aujourd’hui. C’est cette vision particulière qui conduit Bojan ("[f]ollowing the spirit animals" [350]) à Sonja : c’est là un hommage à la richesse enfin reconnue de la spiritualité de ces Aborigènes qui furent décimés par le passé.

14En dépit des déchirements, des ravages de toutes sortes, physiques, spirituels, c’est un message de la possibilité de renaissance, des êtres vivants comme de la nature, qui semble émaner de ce roman qui unit verticalité et image du cercle. Evoquant la linéarité Flanagan déclare :

  • 32 "Richard Flanagan : The Making of a Tasmanian Best-Seller—an interview by Giles Hugo." Ma reconnais (...)

[...] in Tasmania, this seemed an inadequate way of representing our lives there, our dreams and nightmares and jokes, of understanding that world, of understanding time, which came to me to seem the very essence of the consciousness of life, and which I suspected was perhaps better understood as circular rather than linear. [...] It was the way Aborigenes had once understood their cosmos and lived their understanding [...]; and it was the way I felt increasingly drawn to try and write.32

15L’ouvrage peut se lire comme une allégorie. La régénération de Bojan, celle de la nature représentée ici par ces hauteurs, disent symboliquement la régénération de la Tasmanie. Ce barrage qui explose et rend l’environnement à son état pré-colonial suggère qu’est effacée la tache des origines que constitua la colonie pénitentiaire, que la Tasmanie est comme rendue à son innocence. Après avoir été un enfer sur terre, elle redevient lieu de ressourcement, d’harmonie : ces espaces de forêts, de montagnes font figure de paradis et, dans la réalité, ils sont désormais inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité.

Top of page

Bibliography

BACHELARD, Gaston. L’air et les songes : essai sur l’imagination du mouvement. Paris : Librairie José Corti, 1943.

BACHELARD, Gaston. La poétique de l’espace. Paris : Quadrige/Presses Universitaires de France, 1989.

BAIL, Murray. Homesickness. 1980. London: Faber and Faber, 1986.

BLAINEY, Geoffrey. The Rush That Never Ended: A History of Australian Mining. 1963. Carlton: Melbourne University Press, 1981.

BLAINEY, Geoffrey. A Land Half Won. 1980. Melbourne: Sun Books, 1983.

BOURKE, Colin, COX, Helen. "Two Laws: One Land", Aboriginal Australia. Colin Bourke, Eleanor Bourke, Bill Edwards eds. St Lucia: University of Queensland Press, 2001, 56-76.

BURGMAN, Verity. A Most Valuable Acquisition. Victoria: McPhee Gribble/Penguin, 1988.

DURAND, Gilbert. Les Structures Anthropologiques de l’Imaginaire. Paris : Dunod, 1992.

FLANAGAN, Richard. The Sound of One Hand Clapping. Sydney: Pan Macmillan, 1997.

GLOWCZEWSKI, Barbara. Rêves en Colère : Alliances aborigènes dans le Nord-Ouest australien. Paris : Plon, 2004.

GOSTIN, Olga, CHONG, Alwin. "Living Wisdom: Aborigenes and the Environment", Aboriginal Australia. Colin Bourke, Eleanor Bourke, Bill Edwards eds. St Lucia: University of Queensland Press, 147-167, 2001.

MUECKE, Stephen, SHOEMAKER, Adam. Les Aborigènes d’Australie. Paris: Gallimard, 2002.

PONS, Xavier. "‘This sad pastiche’: Texts and Contexts in Richard Flanagan’s Gould’s Book of Fish", Commonwealth 28 (1), Autumn 2005, 64-76.

ROBERTS, David. "Self-determination and the Struggle for Aboriginal Equality", Aboriginal Australia. Colin Bourke, Eleanor Bourke, Bill Edwards eds. St Lucia: University of Queensland Press, 2001, 259-285.

RYAN, Simon. "Inscribing Emptiness: Cartography, exploration and the construction of Australia," De-Scribing Empire: Post-colonialism and Textuality. Chris Tiffin, Alan Lawson, eds. London, New York: Routledge, 115-130, 1994.

Tasmanie, Parc national de Cradle Mountain-Lake St Clair <http://www.parks.tas.gov.au/natparks/cradle/index.html>

Uluru, <www.environment.gov.au/parks/uluru>

Top of page

Notes

1 En 1872, l’explorateur Ernest Giles traversa la région des Olgas auxquelles il donna ce nom, puis en 1873, un Européen, William Gosse, vit pour la première fois Uluru qu’il nomma Ayers Rock en l’honneur de Sir Henry Ayers, le "Premier" d’Australie Méridionale. http:/www.environment.gov.au/parks/publications/uluru/factsheets/handback-background.html

2 Uluru fut restitué en 1985 aux Aborigènes qui en contrepartie ont accepté de le louer à l’état pour quatre-vingt dix neuf ans et le gèrent conjointement avec les Parcs nationaux.

3 Uluru fait trois cent quarante huit mètres de haut, six kilomètres de long, deux kilomètres et demi de large, plus de neuf kilomètres de circonférence. Le plus grand monolithe au monde, Mount Augustus, se trouve aussi en Australie : il fait huit cent cinquante huit mètres de haut et plus de deux fois la taille d’Uluru. Il serait aussi encore plus ancien qu’Uluru.

4 L’épisode occupe les pages 247-253 (Bail, 1980).

5 "They [...] loosened their coats and waved at non-existent flies" (Bail 250).

6 http://www.environment.gov.au/parks/ulum/natural/geology.html

7 Pour les Ngarinyin, Uluru serait le corps de Kangourou qui, dans ses pérégrinations, aurait fait halte là (Glowczewski, 176). De même, pour les Kaurna, les "Mount Lofty Ranges" seraient le corps de l’être ancestral Urabilla (Gostin, Chong 147).

8 Voici les impressions engendrées par ces paysages, décrites par Barbara Glowczewski : "[p]aysages agités d’une violence viscérale s’étirant dans une immensité cérébrale, les terres australiennes, même désertes, respirent d’un souffle ancestral" (51).

9 Sur un ticket d’entrée au parc on peut lire cette référence au combat des origines : "all the Lira men came [...] to spear a Kuniya, all the holes from their spears are there, in the rock. That’s the Kuniya man, speared [...]" (ticket datant de 1995).

10 Ceci est souligné dans le site officiel du Parc National d’Uluru-Kata Tjuta, et tout particulièrement dans les pages consacrées aux croyances des Anangu : <http:/www.environment.gov.au/parks/uluru/tjukurpa/index.html>.

11 "We have always been here," c’est ce que proclament les Anangu. <http://www.environment.gov.au/parks/uluru/>.

12 "Beaucoup d’Aborigènes disent que les sites renvoient des images et des sons un peu comme des radiations, des vibrations ou des ondes. En dormant sur les lieux, on peut ainsi se nourrir de leur mémoire ; en dansant et en chantant, on entre en phase avec ce qui s’en dégage" (Glowczewski 43-44).

13 Dans son article "Inscribing the emptiness", Simon Ryan utilise l’expression tabula rasa employée par D.H. Lawrence dans Kangaroo (1950, 365). Il développe cette perception de l’Australie qui sous-tend son appropriation par les Européens, explorateurs, cartographes, écrivains, tous reflétant le discours colonial marqué par la certitude de la suprématie de l’Occident. Il cite l’explorateur Mitchell ("that he ‘has written the name of Britain deeply in the rocks and mountains of Australia"), ainsi que les mots du narrateur d’un roman de Catherine Martin, An Australian Girl (1890): "the unstoried blank stirs the imagination curiously with dim guesses at the chronicles which may be written on this land in days to come" (Ryan 128-129).

14 Cette ruée vers l’or est relatée très en détail dans The Rush That Never Ended, (Blainey 1981, 142-158, 208-218).

15 Par exemple, la résistance des Kalkatungu dans la région de Mount Isa finit en 1884 dans un bain de sang sur des hauteurs auxquelles on donna le nom de "Battle Mountain" (Muecke, Shoemaker 62).

16 A la suite du jugement de la Haute Cour au sujet de l’affaire Mabo, une partie du continent (moins du quart) a été restitué aux Aborigènes en vertu de la loi (le "Native Title Act" datant de 1993) leur reconnaissant un droit foncier sur leurs terres ancestrales. Néanmoins, ils se heurtent encore souvent à des obstacles pour faire valoir leurs droits, surtout quand ils s’opposent aux intérêts de compagnies puissantes (Bourke, Cox 66-70, Roberts 270-271).

17 "Bojan [...was...] spending months secretly climbing the Julien Alps each morning to observe and learn the patterns and routines of the border guards, planning and re-planning, watching how the natural world might betray them in their escape and how it might protect them" (Flanagan 306). [Dans cette partie de l’article, quand les citations sont indiquées dans le texte, les références à ce roman sont notées entre parenthèses].

18 "One day he saw [...] the rarest of all flowers, the edelweiss, in its most favoured habitat, a cliff” (306-307).

19 La distance est en effet présentée avec un effet de multiplication qui met en relief l’aliénation : "in the remote highland country of the remote island of Tasmania that lay far off the remote land of Australia" (4).

20 Le narrateur souligne "their battered lives" (19).

21 On connaît la sinistre réputation de cette colonie pénitentiaire, dénommée d’abord Van Diemen’s Land (Blainey 1983, 39). Ce nom (aux connotations démoniaques en anglais) fut abandonné en 1855, et celui de "Tasmania" fut adopté.

22 "[With] the new gravel roads that were everywhere invading their world, [they were] mesmerised by the sudden shock of moving electric light that rendered them no longer en element of the great forests or plains, but a poor pitiful creature alone whose fate it was to be crushed between rubber and metal [...], each animal was killed easily by the men who drove drunk [...]" (268).

23 L’exploitation du territoire, des mines par exemple, eut des effets désastreux sur l’environnement : des forêts furent ainsi dévastées, des espèces détruites (Burgman 116-117).

24 Il boit, la bat.

25 Gilbert Durand mentionne "l’archétype rassurant de la coque protectrice, du vaisseau fermé, de l’habitacle" (Durand 286).

26 Bachelard souligne la signification du nid comme protection et rempart : "[l]e nid aussi bien que la maison onirique [...] ne connaissent pas l’hostilité du monde" (Bachelard 1957, 103.)

27 "Sonja would get out of the car and [...] look around at the tall manferns dripping rain upon the ageing stumps of huge eucalypts felled so long ago to clear the site. She would do as she did every visit: look up and see the new trees that had grown since that time" (421).

28 "For speckling her blue tongue were strange white fragments, which might have been mistaken for snow rather than what Bojan Buloh knew them to be, the terrible flotsam of the broken love, the remnants of the petals of an edelweiss" (397).

29 Bachelard souligne la nécessité de "reconnaître la primitivité de certaines images de l’être". Et il ajoute : les images de la rondeur pleine nous aident à nous rassembler sur nous-mêmes" (Bachelard 1957,210).

30 Une montagne de Tasmanie a précisément pour nom "Cradle Mountain". Elle fait partie d’un parc national.

31 "Mountains are the centre of the universe" : paroles prononcées par N. Scott Momaday pendant sa conférence plénière à l’occasion de ce Colloque "La Montagne entre image et langage dans les territoires anglophones : paysages écrits et paysages déchirés" (Toulouse, 5 Octobre 2007).

32 "Richard Flanagan : The Making of a Tasmanian Best-Seller—an interview by Giles Hugo." Ma reconnaissance à Xavier Pons qui cite cet entretien dans son article : "Texts and Contexts in R. Flanagan’s Gould’s Book of Fish," Commonwealth, 28 (1), Autumn, 2005, 69.

Top of page

References

Bibliographical reference

Colette Selles, « Monts d’Australie, espaces des mythes, des quêtes, des déchirements », Caliban, 23 | 2008, 253-260.

Electronic reference

Colette Selles, « Monts d’Australie, espaces des mythes, des quêtes, des déchirements », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 17 August 2017. URL : http://caliban.revues.org/1322 ; DOI : 10.4000/caliban.1322

Top of page

About the author

Colette Selles

Université de Toulouse, UTM, CAS

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org