Skip to navigation – Site map
Quatrième partie : La montagne entre mythe et réalité

Sacraliser le territoire américain : Mount Shasta, quand les dieux viennent instruire les humains

Bernadette Rigal-Cellard
p. 229-236

Abstract

This paper focuses on the origins of the significance of Mount Shasta for the Theosophist movements in America. It first presents the major text of the Atlantis canon, A Dweller on Two Planets, or the Dividing of the Way, by Phylos the Thibetan, alias Frederick S. Oliver, and in particular the second part "Seven Shasta Scenes " which narrates how a wise man led the narrator into the wonderful depths of the Mount to introduce him to a fraternity of higher spirits, the Lothins. Then, we look at a famous book Unveiled Mysteries, by Godfre Ray King, alias Guy Ballard, the founder of the I AM cult, who obviously got his inspiration from the first Shasta novel. Ballard replaces the Lothin fraternity with the Great White Brotherhood, a gathering of perfected humans who have deified themselves and come to Mount Shasta to teach humans how to reach the same level of enlightenment, Saint Germain being Godfre’s guide among those Ascended Masters. Ballard belongs to the old esoteric tradition that Helena Petrovna Blavatsky would popularize at about the same time Oliver’s book was written. We then briefly present one of the scions of I AM, the Summit Lighthouse, or Church Universal and Triumphant, its belief in the Ascended Masters communicating from Mount Shasta and finally from the Teton. In these books and religious movements those mountains are not viewed as metaphorically representing transcendence and spirituality, but they truly are the residence of those higher powers. Mount Shasta in particular is still one of the most popular power spots of New Agers who regularly convene on its slopes to await final liberation

Top of page

Full text

1La thématique de ces journées nous permet de tourner le regard vers un des reliefs de l’Amérique du Nord les plus chargés de significations mythiques et cosmiques, le Mount Shasta. Situé au nord de la Californie, il figure à l’extrême Ouest comme la clôture de la géographie sacrée partant, à l’extrême Est, des collines du Massachusetts qui permirent aux Puritains de se poser en modèle ("A City upon a Hill"). Les Américains, comme les autres peuples, ont eu besoin d’inventer une fonction et une genèse au paysage qu’ils découvraient lors de leurs migrations. Ce qui m’intéressera ici ce sera leur désir d’équilibrer la surpuissance tellurique et mystique de certaines zones bénies du Vieux Monde, essentiellement l’Égypte, la Grèce, le Proche-Orient, le Tibet et l’Inde, en hissant l’Amérique au même niveau grâce à un discours à valeur de révélation divine unissant les spiritualités orientales au christianisme dans ce qu’il a de moins institutionnel et de plus proche du fonds ésotérique occidental. Cette sacralisation de l’espace américain fait partie de l’entreprise commencée au 19e siècle pour couper le cordon ombilical avec l’Europe qui fournissait encore tous les modèles culturels. En peinture notamment les peintres résolurent d’enfin représenter la nouvelle nation en ce qu’elle avait de plus époustouflant et ils se concentrèrent sur les monts de l’Hudson et sur le sublime des Rocheuses. La religion ne fit que se greffer sur les mêmes espaces.

2C’est à partir d’un groupe, The Summit Lighthouse, que je suis depuis 30 ans que j’ai remonté le cours de la rivière de cet ésotérisme made in America jusqu’à sa source qui se trouve être au sommet du Mount Shasta. Pour plus de cohérence, je ferai le chemin inverse et partirai de cette montagne en compagnie de son premier disciple californien, Phylos le Tibétain, puis nous verrons comment son enseignement fut adapté par Godfre Ray King, fondateur du culte I AM, sous la tutelle du Maître Élevé Saint Germain. Nous reviendrons enfin brièvement au Summit Lighthouse brillant de tous ses feux depuis Shasta et les Rocheuses.

Du Mount Shasta des géographes à celui des ésotéristes

3Mount Shasta est le dernier volcan au sud-est, avec Lassen Peak, de la grande Ceinture de Feu entourant le Pacifique Nord, appelée chaîne des Cascades dans sa partie américaine. Ce qui le rend si spectaculaire c’est son isolement superbe car il domine de ses 4322 m les terres environnantes. Pourquoi a-t-il une telle aura ? L’explication est sans doute à rechercher dans une autre particularité géologique, la richesse minière de la région Shasta qui a suscité le grand développement historique et démographique de la Ruée vers l’or et le peuplement de la Californie. Il se trouve, en effet, que le premier grand texte (à ma connaissance) qui le sacralise nommément fut rédigé par un fils de chercheur d’or. Mount Shasta est perçu comme un point magnétique au nord de l’État équilibrant la force tellurique de son sud. Ce fut au 20e siècle, après que l’extrême sud de l’État, Point Loma, dans la baie de San Diego, eut attiré les théosophes de Katherine Tingley dès 1897, que sa célébrité mystique s’échafauda car il est en effet intimement lié à la Théosophie ainsi que nous allons le voir. L’incandescence fantasmagorique de ce gigantesque volcan opèrerait la fusion entre Orient et Occident, et ce d’autant plus clairement qu’il est soudé à l’Asie par la croûte terrestre du si bien nommé "Ring of fire".

Le premier grand récit du Mount Shasta : A Dweller on Two Planets, or the Dividing of the Way, par Phylos the Thibetan, alias Frederick S. Oliver

4C’est un gros volume (plus de 410 pages divisées en trois parties ou livres) dont je ne présenterai que le livre deux, "Seven Shasta Scenes" (pages 242 à 393), qui divulgue l’enseignement reçu dans les cavités de la montagne par Phylos le Tibétain. L’homme dicta ses mémoires à Frederick S. Oliver, qui se disait medium. Ce dernier, né en 1866 à Washington, DC, arriva à Yreka au nord de Shasta, à l’âge de deux ans avec ses parents chercheurs d’or. Il raconta que ce fut en arpentant les limites de la concession minière de ses parents qu’il fut pris de crises d’écriture automatique incontrôlables. Il termina le livre en 1886 et mourut à 33 ans en 1899. Le livre ne fut publié que plus tard en 1905 par sa mère. Une autre édition sortit en 1920, puis une autre en 1964 et la maison d’édition de Rudolph Steiner le republia en 1974. Il s’agit d’un des textes majeurs de ce que l’on appelle le canon de l’Atlantide, fonds livresque et cinématique portant sur ce monde disparu, souvent associé aux autres mondes perdus de Lémurie et de Mu, civilisations réputées supérieures que de nombreux Américains considèrent comme ayant refait surface sous la forme de leur continent adoré.

5A Dweller on Two Planets surgit du terreau en ébullition de son siècle en matière scientifique, technologique et spirituelle. Il est évident que l’auteur de notre premier texte sur Shasta, Frederick S. Oliver, dont on sait peu de choses, avait lu un grand nombre de récits et il est admirable qu’à seulement 18 ans, il ait su en tirer une somme si personnalisée. Par exemple, les dessins de sous-marins ou de fusées pour atteindre les astres qui accompagnent son récit rappellent les engins d’un Jules Verne. L’époque voit aussi le grand développement de l’activité minière, ce que met en scène Les Indes noires (1876-77) de Verne. Comme chez lui, et comme dans beaucoup de récits initiatiques, les aventures du Mont Shasta permettant l’accès à la connaissance ésotérique impliquent le passage par des mines fabuleuses, leur achat, leur vente, plus ou moins frauduleuse. La pratique cérémonielle des religions issues de Shasta reposera en grande partie sur des blocs de cristal de roche, quartz rose, améthyste, ou autres gemmes disposés dans les salles de culte pour métaphoriser la puissance et la lumière divines au cœur de l’individu conçu comme géode.

6Dans le domaine strictement spirituel, ce fut la rencontre de l’Orient qui détermina l’évolution de la religion et de la philosophie américaines au 19e siècle. Beaucoup plus riches en développements ésotériques et exotiques que le Transcendantalisme, les ouvrages d’Helena Petrovna Blavatsky (appelée HPB) faisaient ressurgir les mondes de l’Atlantide, de Lémurie, de l’Hyperborée et de tout paradis de l’Âge d’Or dont les habitants auraient possédé la science de la Connaissance des pouvoirs divins. Toutefois comme c’est l’œuvre majeure de HPB, The Secret Doctrine, qui développe le monde d’Atlantis, et que ce livre ne parut qu’en 1889, Oliver n’a pu s’en inspirer pour l’Atlantide de A Dweller puisque il en termina la rédaction en 1886. En revanche, il a dû forcément lire le premier ouvrage de HPB, Isis Unveiled, car il fait régulièrement référence aux théosophes et il est évident qu’il a puisé bon nombre de ses révélations ésotériques chez elle. Paru en 1877, Isis Unveiled suscita un grand engouement puisqu’il mettait à la portée de tous des éléments jusque là réservés à un petit nombre d’initiés, mais il est difficilement digeste de nos jours, alors que celui d’Oliver, A Dweller in Two Planets, met en scène ces connaissances, les structure en utilisant le mode narratif de l’enseignement socratique (promenade, découvertes, explication par le Maître, répétition, intrigue personnelle) et il peut se lire avec un peu plus de facilité.

7La source la plus probable des mondes merveilleux d’Oliver a dû être Atlantis : The Antediluvian World d’Ignatius Donnelly (1831-1901) publié en 1882 juste avant qu’Oliver n’entreprenne son propre récit. Donnelly expliquait comment l’Atlantide était le monde perdu du Jardin de l’Eden, de celui des Hespérides, des Champs Élysées, où vivait notamment le petit-fils de Poséidon. Le monde d’Oliver sera bien celui des Hespérides et des Poseids, et l’un d’entre eux sera Casimir Poséidon, personnage que l’on retrouvera dans le panthéon bariolé de The Summit Lighthouse. Un autre livre, Theory of Concentric Spheres, publié en 1826 par John Cleves Symmes (1780-1829), était sans doute connu d’Oliver. Il fut réédité en 1878, et le Congrès vota des crédits pour financer une expédition afin d’aller vérifier l’existence du trou de Symmes dans l’Antarctique, censé permettre l’accès au centre de la terre, laquelle serait creuse et formée par plusieurs cercles concentriques ouverts aux pôles (Guillaud 195-6). Oliver n’imagina ces cavités que pour Shasta, mais l’idée était dans l’air.

8Quant au style, il appartient à celui des romans de chevalerie de l’époque victorienne. Oliver devait aimer Walter Scott car il baptise la société secrète qui vit au creux du Mont Shasta "Lothinian Brotherhood", ce qui évoque le Lothian de l’Écossais. Son narrateur citera le poème de Scott "The lady of the Lake" dans un passage où il donne le nom des auteurs dont il découvre les livres aux Hespérides. On sent aussi la prosodie d’un Longfellow, tant l’auteur abuse de "Lo", d’inversions, d’interjections, d’exclamations, de périphrases poético-sentimentales.

9Les intrigues du livre un se déroulent dans l’Atlantide. Le livre deux, "Seven Shasta Scenes", ouvre par cette déclaration : "If there are ‘sermons in stones and books in the running brooks’, then is ‘Tchastel’s’ craggy pile a noble library in Veritas. In its vastness, the grandeur and solemnity of nature are expressed in mystic numbers carved in the eternal granite." (242) Un jeune homme s’y promène, un mineur. Les gens ne savent pas que le mont recèle des secrets : "[...] at the tunnel’s far end vast apartments, the home of a mystic brotherhood whose occult art hollowed that tunnel and mysterious dwelling [...]. Shasta is a true gardian and silently towers, giving no sign of that within his breast. But there is a key. The one who first conquers self, Shasta will not deny." (248)

10Tout est dit : le secret de la connaissance est en soi. C’est cette parcelle du divin qu’Oliver nommera au chapitre trois (292) le "I AM", termes isolés du I AM THAT I AM, "je suis celui qui est". Il ne suffit pas de vivre une expérience incroyable dans le temple mystique, il faut comprendre qu’on est soi-même le dépositaire de la Sagesse, la fameuse Sophia dont HPB fait la base de son enseignement de "théo-sophie". I AM c’est l’ego, le corps de l’esprit, ou l’esprit corps. Seule une minorité d’adeptes a pu développer un niveau élevé, mais seuls Jésus et Bouddha sont parfaitement en symbiose dans l’Esprit du Père (318).

11Le personnage qui subit l’initiation dans le livre d’Oliver a plusieurs noms, correspondant chacun à une de ses nombreuses incarnations. Dans le monde atlantide, il est Zailm, un Poseida, puis dans la diégèse du livre deux, Walter Pierson, un citoyen américain, et quand il dicte son message à Oliver, il se fait tibétain au nom très grec de Philos, tous ces mondes venant d’un même fonds unique, ce que l’on appelle la Sophia Perennis. C’est dans un camp de chercheurs d’or qu’il se lie avec un Chinois, supérieur aux pitoyables coolies, "a real man", nommé Quong, et aussi Tchin. Ce dernier guide notre candidat à l’initiation dans les gorges de Shasta, sans jamais se perdre. Le Christ est invoqué, c’est lui qui donne la voie à suivre, la vérité, la vie. Comme la plupart des nouvelles religions, Oliver n’annule pas le message chrétien ; au contraire il le hisse au sommet de sa révélation, et il démontre le contenu ésotérique de la Bible, ainsi que le fait la Théosophie.

12Une des grandes leçons d’Oliver consiste à faire prendre conscience au lecteur de sa propre puissance. Arrivent ensuite les enseignements sur la réincarnation des milliers de fois. Ces calculs se retrouveront presque dans les mêmes termes dans la Scientologie, qui est, on le sait, en partie issue de la Science-fiction, genre littéraire nourri précisément d’œuvres telles que A Dweller of Two Planets. Le mormonisme aussi, avant Oliver, concevait les humains comme vivant sur plusieurs planètes. Oliver n’innove donc pas, mais retranscrit des concepts assez populaires dans certains milieux américains depuis longtemps, et qui trouveront une nouvelle vie grâce à lui et la Théosophie. Pareillement, reprenant de vieilles légendes, le chapitre six explique la disparition de l’Atlantide par le processus de décadence naturelle. L’Amérique est Poseid réincarnée.

13"Seven Shasta Scenes" se termine par la transfiguration des éléments féminins et masculins dans la perfection du mariage fait aux cieux, expression qui me semble reprendre les théories de Swedenborg sur le mariage conjugal céleste. Les toutes dernières lignes de A Dweller on Two Planets sont une ode à l’avenir de l’Amérique et à la démocratie qui élèvera tous du bas en haut : "All shall be converted from lower into higher". Le poème déclare : "[...] The glory of a race grown great and free[...]/A Shining shore is by the Future’s sea,/Whereon each man shall stand among his peers/As equal ; and to none shall bend the knee.[...] It is the choral song of liberty/It is the anthem of the coming Race." (fin de tout le livre, 423) Ce nationalisme va prendre de l’ampleur dans les ouvrages suivants inspirés par le Mont Shasta. Si Oliver a eu des admirateurs, il n’a pas fait de disciples au sens religieux du terme. Il est mort à l’âge de 33 ans avant d’avoir publié son opus. Ce seront ses imitateurs qui eux auront l’idée de fonder des chapelles. Ils réécriront alors leur propre version de A Dweller, la mettant au goût du jour. Quand on a comme moi commencé par leurs textes et qu’on découvre Oliver, on mesure l’imposture de ces prophètes qui se sont bien gardés de rendre à Oliver son dû en lui dérobant son panthéon et en vulgarisant son enseignement.

Unveiled Mysteries, par Godfre Ray King

14Godfre Ray King est le pseudonyme de Guy Ballard (1878-1939). Il raconta comment en août, septembre et octobrel930, alors qu’il se promenait sur le Mont Shasta lors d’une visite pour affaire dans une petite ville située au pied du mont (on apprendra qu’il a des concessions minières lui aussi), il rencontra un jeune homme qui lui tendit une coupe d’un breuvage exquis et qu’ensemble ils partirent découvrir les secrets de la montagne et de sa fraternité. Il rédigea ses aventures dans Unveiled Mysteries, dont le titre reprend celui de HPB, Isis Unveiled, mais il ne le publia qu’en 1934 après avoir fondé en 1832 le groupe "I AM", soutenu par les Presses Saint Germain créées en 1931. Parut en 1935 une suite encore plus romancée, The Magic Presence. Les dictées reçues des Maîtres, essentiellement son protecteur Saint Germain et Jésus, furent compilées comme textes de travail pour les fidèles. Ses ouvrages passeront pour des Révélations, au sens prophétique, qui serviront d’Écritures pour des milliers de gens. Les époux Ballard en effet surent mettre en scène leur enseignement de ville en ville et on pense qu’ils touchèrent jusqu’à 3 millions de personnes (Ahlstrom 2 :556). Ils organisaient des séances de guérison proches de celles de la Science Chrétienne, à partir d’affirmations positives, techniques enseignées par Saint Germain sur les pouvoirs inhérents à tout homme du fait de son union à l’Ι AM. Melton dénombrait encore plus de 300 groupes I AM en 1988 (Melton Almanac 13). Ils sont une des grandes composantes du New Age actuel.

15Unveiled Mysteries reprend la structure initiatique de A Dweller on Two Planets, dans un style moins victorien sans être pour autant moins grandiloquent. Il est annoncé que le Livre fut rédigé face à Mont Shasta : "in the embrace of the majestic, towering presence of Mount Shasta, whose apex is robed forever in that pure, glistening white, the symbol of the ‘Light of Eternity’." (xiii). Le chapitre un, "Meeting the Master" s’ouvre par ces lignes : "Mount Shasta stood out boldly against the western sky, surrounded at its base by a growth of pine and fir trees that made it look like a jewel of diamond-shining whiteness held in a filigree setting of green." (1)

16Godfre évoque ensuite la rumeur sur la Fraternité et son amour instinctif pour Shasta : "I fell in love with Shasta and each morning, almost involuntarily, saluted the Spirit of the Mountain and the Members of the Order." C’est alors qu’il va rencontrer Saint Germain qu’il substitue aux Quong et Mol Lang d’Oliver. Ce Maître Élevé est une nouvelle incarnation du Comte de Saint Germain, alchimiste du 18e siècle, célèbre dans le panthéon ésotérique car il avait vécu une vie haute en couleurs dans différentes cours d’Europe, notamment celle de Louis XV. On lui prêtait la fondation de la Franc-Maçonnerie, l’initiation de Cagliostro, et des connaissances surhumaines. Dans les années 1920 deux livres l’avaient sorti du cercueil, et Ballard, certainement au courant, en fit le grand Maître qui cherchait désespérément un Messager digne de son enseignement depuis des siècles. Saint Germain désigna Ballard, son épouse Edna et leur fils Donald comme seuls messagers accrédités. Godfre explique qu’il a pour mission de réaliser sur terre le "Seventh Golden Age", le I AM permanent de la perfection.

17Saint Germain a donc rejoint en Amérique la fraternité de Mont Shasta, laquelle appartient à la Grande Fraternité Blanche, ou Great White Lodge. Cette hiérarchie spirituelle appartient à l’ésotérisme occidental et ce furent les publications de HPB (notamment The Secret Doctrine), puis celles de Ballard justement et des Prophet qui la rendront populaire, sans doute avec l’aide du livre d’Oliver qui appelait ces entités l’ordre des Lothins.

18Cette Grande Fraternité est constituée d’individus qui se sont hissés au niveau de Dieu. La liste des Maîtres inclut absolument tous les dieux de toutes les cosmologies connues ou inventées par Oliver et ses suiveurs, mais elle attend d’accueillir tout individu qui aura su réaliser son potentiel : "The Ascended Master is an individual [...]. He feels himself the oneness of Omnipresent God-Life. Hence all forces and things obey his command because he is a Self-Conscious Being of free will, controlling all the manipulation of the Light within Himself." (137) La majuscule à la dernière occurrence de "Himself1 alors qu’elle n’y était pas à la première démontre l’évolution potentielle de l’individu, puisque traditionnellement on réserve la majuscule au "Himself de Jésus et de Dieu le Père. Les enseignements de I AM appartiennent à ce courant très américain qui envisage la divinisation de l’homme hic et nunc, courant que l’on voit apparaître avec Joseph Smith dès les années 1830 et qui sera relayé par la New Thought et toute la pensée positive. L’homme peut s’élever au-dessus de sa condition de mortel, non pas après la mort, ce que prêche le christianisme traditionnel, mais dès l’instant présent. En outre, cet être ne se contentera pas d’être auprès de Dieu, il sera un dieu lui-même.

19Dans les débuts de Unveiled Mysteries, exactement comme dans A Dweller, Saint Germain dissocie le corps astral du corps physique de son disciple qui reposera sur la montagne pendant les pérégrinations initiatiques. Pour rejoindre les mondes éloignés, elles s’effectueront toutes en volant par dessus les terres et les océans, la géographie du continent étant régulièrement mentionnée. Une des particularités de l’ouvrage de Ballard consiste en effet à étendre à tout le continent américain, nord et sud, le territoire que ses héros sacralisent par leur vols socratiques. Non seulement le corps astral de Godfre lui permet de contempler ses incarnations antérieures en France ou dans ces lieux connus pour leur sapience supérieure tels que Karnak et Louxor (22), mais il se téléporte dans les grands centres de l’Amérique latine. Les deux voyageurs survolent Los Angeles, le Mexique, les Andes, pour s’arrêter chez les Incas, au Pérou, en Amazonie. Quant au territoire strictement étatsunien, un chapitre est consacré aux mystères de Yellowstone, un à la vallée secrète près de Tucson dans l’Arizona, et un autre décrit la descente de Vénus sur le Grand Teton (sans qu’on puisse toutefois échafauder une explication psychanalytique sur cette aventure). Ces zones sont élevées au niveau du Tibet, de la Chine, du Sahara, en tant que grands centres mystiques. On voit dans le dernier chapitre que le Royal Teton est creux (244). Godfre y retrouve sa famille et de merveilleux instruments de musique, ainsi que douze invités arrivés de Vénus. C’est cette nouvelle Fraternité qui clôt le message du Maître. À la fin des festivités, les douze se rassemblent sur un cercle au sol, puis toute la montagne tremble de l’énergie qu’ils dégagent afin de s’envoler vers leur astre : "The entire mountain trembled with the Mighty God Power which they drew, and the Light thus focused took the form of an enormous eagle, its body violet and the head and feet of gold." (258) L’emblème de l’Amérique ainsi tracé, il n’est pas surprenant que l’enseignement du Maître s’achève quelques pages plus loin sur "America, God Bless you, and clothe you now with the Everlasting Shadowless Light." Le livre se termine sur le modèle de A Dweller par deux poèmes signés de Chanera, l’un à "Glorious Mount Shasta", l’autre à sa montagne jumelle et équilibre magnétique, le "Mighty Royal Teton". Le premier s’exclame : "Shasta ! Ο Mount Shasta !/ What Secrets do you hide, / What dwells within that Heart of Yours,/What Light does There abide ?/ Beneath your snowy peaks so bright/What Blessings do you hold,/What knowledge do you guard so well/From those who seek too bold ?" (Deux premières strophes).

The Summit Lighthouse

20À la mort de Ballard, plusieurs continuateurs du message, prétendant tous être les authentiques et uniques messagers des Maîtres Élevés, se disputèrent l’héritage. Ce sera Mark L. Prophet qui ressortira vainqueur et fondera au début des années 60 The Summit Lighthouse. Son épouse, Elizabeth apprendra sous sa direction à recevoir comme lui les dictées des Maîtres. Le message de ; Ballard sera repris presque textuellement et Mount Shasta à nouveau accueillera les disciples (chelas) en quête d’initiation.

21Après avoir fondé son groupe en Virginie, Mark Prophet part l’installer dans les Rocheuses à Colorado Springs, puis sa veuve choisit les monts de Malibu, les hauteurs de Santa Barbara, et enfin le Montana. Le nom du groupe implique une position en hauteur, "Summit Lighthouse". Un deuxième nom vint plus tard "Church Universal and Triumphant" (CUT). En 1975 la communauté organisa un grand conclave Mount Shasta, au pied du mont. On y fit le point sur les apports bénéfiques des Maîtres Elevés, en particulier ceux de Saint Germain. Il aurait provoqué la naissance de la nation et sa progression vers la perfection en s’incarnant tour à tour en Washington, Lincoln etc. Un livre en ressortit : The Great White Brotherhood in the Culture, History and Religion of America.

22Elizabeth Clare Prophet cherchait à s’installer au plus près des retraites de ces Maîtres Élevés. Rien n’étant à vendre près de Shasta, lorsque le magnat Forbes mit en vente son gigantesque ranch situé à la sortie nord-ouest de Yellowstone, elle n’hésita pas. Elle baptisa Royal Teton Ranch son nouveau Camelot (nom de l’installation précédente à Malibu), y installa sa communauté, sa maison, les écoles et invita les chelas à la rejoindre. Quelques centaines de gens y aménagèrent, certains achetant des terres du vaste ranch. En 1990, il faisait 25000 acres entre les gorges de la Yellowstone River et les sommets. Il est actuellement un peu moins étendu.

23Comme je m’étonnais de son appellation puisque le Grand Teton est de l’autre côté de Yellowstone, à une centaine de kilomètres, on me répondit que c’était Saint Germain qui avait dicté ce nom. On se souvient qu’à la fin de son récit Godfre Ray King avait déjà reçu des révélations sur l’importance du Grand Teton : quand il visitait l’empire inca, le Maître avait ordonné que les archives y soient transportées (Unveiled Mysteries 134). Plus tard. Saint Germain décréta par l’intermédiaire de sa messagère Elizabeth Clare Prophet que tous ses compagnons de la Fraternité avaient déménagé justement l’année du transfert de CUT. Cette autre zone est celle où s’est installée CUT/The Summit Lighthouse, à l’adresse postale Corwin Springs. Le livre précise qu’il s’agit d’une retraite qui a pu rester ancrée dans le monde physique lors de la disparition de l’Atlantide alors que le cataclysme transporta les autres retraites des Maîtres dans les strates éthérées (414). Une des vidéos promotionnelles de CUT, "Climb the Highest Mountain", utilise l’alpinisme comme métaphore de la conquête de la connaissance de l’I AM au fond de soi, par l’ascension à l’imitation de celle du Christ, mais l’alpiniste en tenue violette, comme la flamme du I AM, escalade les Teton, et non pas le volcan californien. Exit Mount Shasta.

Conclusion

24Si ce mont n’a plus l’heur de plaire aux Maîtres de CUT, il n’en demeure pas moins un des plus forts power spots de nombreuses communautés New Age qui s’installent sur ses pentes, soit en permanence, soit pour des festivals. L’héritage d’Oliver se porte bien car son livre et sa descendance sont parvenus à donner autant d’importance mystique aux montagnes américaines qu’aux monts de l’Himalaya ou de Grèce, ou qu’aux autres points telluriques de la planète, et cela grâce à des ouvrages qui ne doivent pas être lus comme étant figuratifs, métaphoriques, mais qui doivent être pris pour des autobiographies véridiques. Ce dernier point est très important car ces histoires rocambolesques que nous prenons pour des allégories—ce qu’elles sont bien entendu—ne sont pas perçues comme telles, mais comme de Saintes Écritures infaillibles par plusieurs dizaines de milliers d’adeptes. Nous sommes à des années lumière de la poésie métaphysique et de son recours à la métaphore de la montagne.

25Il n’y a pas chez les adeptes de I AM ou de CUT de "suspension of disbelief". Ils ne prennent pas non plus la montagne comme le reflet de la transcendance inaccessible. Pour eux, au contraire, par les hiérophantes des Maîtres Élevés cette transcendance se fait constamment immanente, et chaque individu peut si son âme est pure accéder au grade de Maître Élevé et se délecter dans les salons de l’Atlantide et sur les pentes de Shasta.

Top of page

Bibliography

Sources primaires

BLAVATSKY, Helena Petrovna. Isis Unveiled. 2 vol. New York: J. W. Bouton, 1877.

BLAVATSKY, Helena Petrovna. The Secret Doctrine. 2 vol. London: Theosophical Publishing Co., 1888.

GODFRE RAY KING, alias Guy Ballard. Unveiled Mysteries. Schaumburg, Illinois: Saint Germain Press, 1934.

GODFRE RAY KING, alias Guy Ballard. The Magic Presence. Schaumburg, Illinois: Saint Germain Press, 1935.

PHYLOS THE THIBETAN, alias Frederick S. Oliver. A Dweller on Two Planets, or the Dividing of the Way. Los Angeles : Baumgardt Publishing Co, 1905. Édition utilisée : celle de <Sacred-texts.com> tiré de celle-ci : Los Angeles : Poseid Publishing Co., 1920.

ELIZABETH CLARE PROPHET. The Great White Brotherhood in the Culture, History and Religion of America. Los Angeles: Summit University Press, 1978.

MARK L. PROPHET and ELIZABETH CLARE PROPHET. Compiled and edited by Annice Booth. The Masters and their Retreats. Corwin Springs, Montana: Summit University Press, 2003.

Sources secondaires

AHLSTROM, Sydney Ε. A Religious History of the American People. 2 vol. Garden City, NY: Doubleday, Image Books, 1975 (Yale UP, 1972).

GUILLAUD, Lauric. Histoire secrète de l’Amérique. Paris : Philippe Lebaud-Éditions du Félin, 1997.

INTROVIGNE, Massimo. Le New Age des origines à nos jours : courants, mouvements, personnalités. Paris : Éditions Dervy, 2005.

LEWIS, James and J Gordon Melton, ed. Church Universal and Triumphant in Scholarly Perspective. Stanford, California: Center for Academic Publication, 1994.

MELTON, Gordon. New Age Almanac. Detroit: Visible Ink Press, 1991.

Mount Shasta Annotated Bibliography <http://shasta.siskiyous.edu/> (consulté 2007)

Top of page

References

Bibliographical reference

Bernadette Rigal-Cellard, « Sacraliser le territoire américain : Mount Shasta, quand les dieux viennent instruire les humains », Caliban, 23 | 2008, 229-236.

Electronic reference

Bernadette Rigal-Cellard, « Sacraliser le territoire américain : Mount Shasta, quand les dieux viennent instruire les humains », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 25 June 2017. URL : http://caliban.revues.org/1295 ; DOI : 10.4000/caliban.1295

Top of page

About the author

Bernadette Rigal-Cellard

Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org