Skip to navigation – Site map
Troisième partie : Montagnes imaginaires

La Montagne dans l’œuvre de quelques écrivains libanais d’expression anglaise

Jacqueline Jondot
p. 207-213

Abstract

Lebanese writers in the English language represent their mountains in an ambivalent manner: they use western aesthetic concepts (sublime, picturesque) while setting their representation in an Eastern context of ideological reappropriation of their land, focusing on its cultural and human occupation with a strong opposition between mountain and city dwellers. The mountain is seen as an ambivalent paradise, both a symbol of innocence and of lawlessness. This series of oppositions is a metaphor for the in-betweennness of these authors

Top of page

Full text

  • 1 Amin Rihani, "Arabia: an Unbiased Survey." Journal of Central Asian Society. XVI pt1 (1929), 35-55, (...)
  • 2 Les ouvrages concernés seront les suivants : Edward Atiyah. Donkey from the Mountains (Désormais dé (...)
  • 3 Amin Rihani. "Arabia: an Unbiased Survey" 35-37. "Burton brought Arabia to me, but Doughty carried (...)

1"Even as my spiritual heritage is in the main Oriental, my intellectual heritage is on the whole British, or broadly speaking Anglo-Saxon... From this summit of civilization, ... I carried in my heart a beacon to light my way through Arabia".1 Comment les écrivains libanais d’expression anglaise2 représentent-ils la montagne qui tient une place si importante, géographiquement parlant, dans leur pays, si à l’instar d’Amin Rihani, ils ont puisé leur désir de découvrir et d’écrire sur l’"Arabie" dans les récits de voyageurs occidentaux ?3 Dans Arabian Peak and Desert, où cet auteur rapporte sa traversée du Yémen, le lecteur constate souvent une double lecture des paysages, l’une que l’on dira plutôt "scientifique" ou "rationnelle" et l’autre qui penche vers l’imaginaire :

At-Tannan (The Ringing) will ever echo with the cries of those fallen in the fight; there is something in its rocks which moans, echoes the spirit of moaning when struck—this is the local superstition. But these rocks, says the geologist, have fallen from the surrounding hills, which abound with iron ore. And, above all knowledge, is the knowledge of Allah, as Abu-Hasan said. (APD 20)

2La tentation scientifique est cependant rapidement écartée ("Of what good is the love of Nature that consists only in classification and dissection ?" (BK 187)) au profit d’une représentation plus littéraire, plus métaphorique : "Mt. Mahris... is like a heap of pearl shells, fringed with moss, in a dried-up lake ; ... Mt. Bu’dan [is] looking now like a fortress in a glade and now like ancient ruins on an island near the coast." (APD 53).

3Dans un premier temps, on pourrait penser que ces écrivains se rattachent à des courants esthétiques occidentaux assez classiques, voire banals, quand il est question de montagne.

4En effet, dans les premières pages de l’ascension initiatique de The Book of Mirdad, Mikhail Naimy utilise tous les poncifs de la montagne "gothique" qui appartiennent à la catégorie esthétique du sublime :

What appeared to me from a distance a straight, smooth, ribbonlike roadbed now stretched before me broad, and steep, and high, and unconquerable. So far as my eye could reach upward and sideward I could see nothing but broken flint of various sizes and shapes, the smallest chip a sharp needle or a whetted blade. Not a trace of life anywhere. A shroud so somber as to be awe-inspiring hung over all the landscape about....The flint kept slipping from under [my feet] creating a horrific sound like a million throats labouring in a death throttle.... What seemed like the wailing of a reed flute struck my ears. Nothing could be more startling in that flint-hoofed desolation. (BM 15-16)

5On retrouve des traces de montagne sublime chez Amin Rihani avec tout le vocabulaire qui y est habituellement attaché : "rising sheer to heaven, nameless, amazing, opens upon the terrible in distance and depth, unfolds abruptly, dramatically, one experiences... what seems a sudden stop in the blood circulation, the scene is essentially one of terror, a clutter of peals and crags, a whirl of abysses, such a sensation of the inaccessible and forbidding, so vast, so wild, so barbaric, barbaric fascination, the apex of wonderment, barbaric grandeur..." (APD 250-251). Mais cela reste confiné au niveau de l’expression, et nous avons davantage à faire à un exercice de style qu’à une véritable lecture du paysage.

  • 4 "[They] were sitting on one of a row of grey rocks that jutted out of the brow facing the sea. Belo (...)

6En fait, les écrivains libanais d’expression anglaise semblent plus à l’aise avec une esthétique pittoresque dans la construction de leurs paysages. Ils utilisent un vocabulaire pictural : "the town presents a striking picture of realistic and harmonious composition" (APD 258), "hills delicately etched against a sky of azure blue" (APD 60), "in the centre of the picture" (APD 47)... Même s’ils sont souvent assez elliptiques ("through a country sparsely verdant, going up and down the hills, fording few streams" (APD 30) dégradés de couleurs4 et d’altitudes se mêlent pour donner des paysages bien ordonnés, bien construits :

Before them stretched a cloudless, mistless panorama of incredible clarity. Every dip and curve of the diminishing hills could be seenblue or purple or reddish-brown where the surface was bare earth and rock; dark green here and here with the tidy, clear-cut configuration of the pine-woods; flashing a vivid emerald from the terraced vineyards that lay cutting the mountain-side with their walls of loose stone; and bright red with Marseilles tiles where the houses clustered into villages. (LP 14)

To their right the mountain wall rose another few hundred feet before reaching its summit—a steep pine-wooded slope hugged along its base, just above the road, by a number of scattered villas, their large verandahs and iron-barred windows facing the Mediterranean. To their left the mountain dipped vastly, gently, rolling in its purple and blue folds to its base in the sea, and to Beirut looking like an aerial photograph pasted on the shore. (LP 67)

7Puisqu’on est censé parler de montagne ici, on peut s’interroger sur la pertinence de ces descriptions où la montagne semble occuper peu de place. Le narrateur semble, la plupart du temps, se situer sur la montagne, tourné non vers les sommets mais vers les vallées ou, au-delà, vers la mer. La répétition des paysages de montagne l’ennuie d’ailleurs rapidement : "Our mountain scenery, its beauty alternating between the placid and the rugged—the tame terrace soil and the wild, forbidding majesty—is all where almost the same" (BK 192).

  • 5 "For many miles around, the vicinage presents a volcanic aspect, wild, barren, howlingly dreary. At (...)

8Chez Edward Atiyah, la montagne offre systématiquement une vue sur la mer. Cet attrait pour la mer trouve une explication chez Amin Rihani : la montagne entrave le mouvement et la communication : "Mountains separate, and oceans connect people." (APD 251)5 Comment oublier que ces écrivains qui vont et viennent entre Orient et Occident, sont les descendants des Phéniciens, peuple de voyageurs s’il en fut. La montagne est, de manière récurrente, associée à un rétrécissement de l’horizon : "the five horns of another peak... loom before us above the narrowing horizon." (APD 30)

9L’eau fascine l’imaginaire oriental. La métaphore de l’île est plusieurs fois utilisée pour décrire un sommet ou une ville perchée : "the white city of Zamar... is surrounded by a double semicircle of hills... ; and in the glare of the sun it looked like a barren island in a sea of green foam" (APD 60). Les auteurs libanais insistent davantage sur les vallées et les cours d’eaux que sur les sommets. Dans le récit d’Amin Rihani, on assiste à une véritable gradation dans sa découverte des vallées :

[We] continued down the hill to Wadi Sahoul, which is overgrown with odoriferous shrubs and plants. The fresh and scented air was most delicious.... I could have travelled a whole day in Wadi Sahoul without tiring. ... We turned into another beautiful wadi, the most beautiful, in fact, we had yet traversed. Richer than Wadi Sahoul in its coppices, more fertile than Wadi’z-Zahab in its fields and gardens, Wadi Marfid boasts of a perennial stream which comes down in a tumbling rivulet from Mt. Samarah. (APD 54-55)

10L’eau courante ("rushing waters" APD 79), en ce qu’elle est source de vie dans un univers généralement perçu comme aride, les intéresse primordialement. "A draught of cold water when you are thirsty is sweeter than any woman ; and you don’t have to beg for it, to pay for it, to kill for it !" (DM 70) Cette eau qui vient des montagnes donne aux paysages une luxuriance assimilée à celle du paradis. Les nombreuses énumérations d’arbres et de plantes donnent une idée de profusion. De même, lorsque la minéralité des montagnes est considérée, c’est sous la forme d’un catalogue géologique (APD 167), autre signe de richesse—richesse qui trouvera une utilisation artistique certaine ("not only the material for creative art, but the sources as well of a varied industry" APD 167).

11Amin Rihani utilise une métaphore récurrente pour représenter les vallées ou les cours d’eau : celle de la rue : "Wadi Duban, which, like a Paris boulevard, has many continuations and many names" (APD 30) ; "Wadi Lusab—which is an avenue of flourishing tamarisks" (APD 32). En fait, l’eau est signe de civilisation ("The sea ! That blue ribbon on the horizon before us, that gate on the coast of isolation, that cerulean road to country and home – to civilization – back to the world of struggle and achievement" (APD 280), d’une civilisation de bâtisseurs.

  • 6 Voir Jacqueline Jondot. Les Ecrivains d’expression anglaise au Proche-Orient arabe. <www.limag.com>
  • 7 La sériciculture, intensifiée par les Occidentaux, est loin d’être absente des textes orientaux.

12Si l’on considère plus attentivement les tableaux présentés par ces écrivains libanais, on s’aperçoit que c’est le bâti, le culturel, qui y tient le premier plan plutôt que la nature. D’ailleurs, on rencontre un bon nombre de métaphores architecturales pour décrire la montagne ("the pyramidal form of Mt. Humar" APD 30). L’occupation humaine de la terre est une caractéristique des textes arabes d’expression anglaise, en réaction à des descriptions occidentales qui, en favorisant le spectaculaire, l’exotique, la vidaient de toute trace humaine avec des intentions idéologiques plus ou moins avouées. Si cette terre et ses montagnes étaient habitées dans les récits des voyageurs occidentaux, c’étaient essentiellement de personnages bibliques, historiques ou quasi mythiques qui vivaient dans des ruines.6 On y voyait rarement trace d’un travail de la terre sinon comme signe d’une appropriation coloniale (par exemple, la sériciculture).7

13La montagne libanaise est résolument habitée et c’est le travail de l’homme qui est inscrit sur ses pentes : les terrasses et les toits rouges sont autant de lignes et de signes déposés par ses habitants ("The coffee tree with its orange-like blossoms is particularly attractive in terrace rows rising above each other. APD 259) ; "in a beautiful amphitheatre—a broad and deep slope of terraced and cultivated land - in the shadow of majestic summits" (APD 151). A la verticalité géographique physique ("the mountain wall rose", "a steep... slope" LP 67) se substitue une horizontalité humaine, avec les strates de son habitat et de son exploitation des terres (LP 72), au point que la montagne se retrouve au niveau de la mer, jusqu’à se confondre avec elle ("the mountains were now... running parallel with the sea..., a uniformly greyish-blue ridge losing itself in mist" LP 72), c’est-à-dire qu’elle devient elle aussi lieu de rencontres, d’échanges, de transformation, grâce au travail de l’homme ("this most picturesque slope, whereon thou art ever beating the anvil, turning the wheel, throwing the shuttle, moulding the clay" BK 258).

14La montagne colonisée par l’homme, signe d’une rappropriation idéologique et littéraire des écrivains proche-orientaux d’expression anglaise, n’en demeure pas moins ambivalente. Les murs de pierre sèche et les routes qui la rythment racontent des histoires contrastées.

"Is your Presence from Tripoli or from the mountains?"
"From Tripoli," he lied, suspecting that she had recognized him as a countryman.
(DM 46)

  • 8 Le villageois montagnard de Donkey from the Mountains tue une jeune touriste étrangère dans sa prop (...)
  • 9 Dans Lebanon Paradise, c’est Beyrouth qui, vue de montagne, est assimilée à une auge : "Three thous (...)
  • 10 Le montagnard est stigmatisé par ses vêtements comme non-citadin : "the clerk had seen, even throug (...)

15C’est ainsi que le personnage principal de Donkey from the Mountains d’Edward Atiyah fait son entrée dans une boîte de nuit de Tripoli. Vue de la ville, la montagne est perçue comme un espace indéterminé : les villages sont confondus dans cette appellation plurielle vague "the mountains" ; ils sont peuplés de rustres ("limited, primitive village merchant" DM 18), "unpolished countryman" DM 18, "rough villager" DM 21, dont il émane une force brutale ("he was a heavily built man... and his face was hard and unamiable" DM 5), et qui sont capables de tuer.8 De nombreuses comparaisons et métaphores les mettent au niveau de l’animal ("a donkey from the mountains, but laden with gold" DM 51, "he clawed the earth like a savage animal" DM 68, "A lazy cow, that’s what you are. A cow that doesn’t even give milk" DM 6).9 Village et montagne sont considérés comme éloignés ("The little, remote Lebanese village of Barkita" DM 5), mais cet éloignement est moins géographique que sociologique : la ville est le lieu de la "modernité" ("this is the modern age we’re living in." DM 18) (mais une modernité synonyme de loisirs (cinéma, cabaret)) et les montagnards qui n’ont pas accès à une certaine "culture" factice ("the public, artificial atmosphere of the cabaret" (DM 23)) sont perçus comme arriérés : la distinction est très marquée entre les citadins sophistiqués ("being himself a sophisticated towsman" DM 18, "the knowledgeable townsmen" DM 43) et les villageois mal dégrossis ("an unpolished countryman" DM 18)10 qui souffrent d’un complexe d’infériorité, explicite dans un certain nombre de formules restrictives ("though a villager" DM 17, "rough villager though he was" DM 21, "because he was a villager unused to the ways of the town" DM 18). La supériorité que les montagnards accordent aux citadins s’exprime paradoxalement, au moyen de métaphores montagnardes ("Captain Jubara,speaking from the peaks of world fame to which he had been elevated" DM 150). Objets de risée ("regarding his client with a certain derision" DM 18, "his bucolic client" DM 18), ils n’en possèdent pas moins un certain nombre de qualités fondamentales : à la prodigalité citadine, fondée sur la duperie ("the estate agent who hoped to sell him the property was lavish in his hospitality" DM 16), sur le désir de paraître, à cet "argent facile", s’oppose une abondance et une richesse ("Many of [the well-to-do villagers] sat in the open, in a small garden or on a terrace just outside their front door, over which a vine spread its branches, now thick with leaves and heavy with pendant bunches of grapes" DM5) obtenues par le travail honnête de la terre au fil de plusieurs générations. Un Faris Dib, habitué aux rudes travaux de la terre et surtout habitué à se laisser modeler par cette terre ("These loose stone walls of the mountain orchards and vineyards were, anyhow, so irregular, with a bulge here and there in the side and a cavern here and there on top, that nobody would notice any disturbance in their structure" DM 71), éprouve de la difficulté à comprendre l’engouement des citadins pour ce que ces derniers ne considèrent que comme un terrain de jeux ("Doesn’t anyone bathe in [that pool]" ? DM 15, "Take her for a moonlight walk... The valley and the river and the mountains make women feel sentimental at night" DM 74). La rencontre de ces deux désirs de la montagne ne peut conduire qu’à la catastrophe : Faris Deeb ne peut qu’assassiner la jeune actrice étrangère qui souille l’eau qui nourrit son verger en s’y baignant nue. La pureté de l’eau ("a lovely clear pool" DM 15, "Isn’t the water... so clean and sparkling between the rocks ?" DM 15), métaphore de la pureté de la montagne et de ses occupants (DM 70) s’oppose aux alcools du cabaret tripolitain qui enténèbrent les esprits et mènent à la débauche, au mensonge, au meurtre, en un mot à l’excès, au désordre.

16Il apparaît, en creux, une image de la montagne comme paradis : il n’est pas indifférent que l’action de Donkey from the Mountains se déroule dans un verger de pommiers et qu’on mentionne souvent les vignes, plantes dont la symbolique biblique est évidente. Pureté, innocence, abondance ("the most luscious of the pears and peaches" DM14), osmose y règnent, irréconciliables avec les mœurs citadines ("a chasm of time and identity" DM 99).

17Si la montagne est un paradis, on ne sera pas surpris du nom de l’hôtel dans le roman éponyme, Lebanon Paradise. Les citadins recherchent régulièrement ce havre de paix qu’est la montagne pour échapper à la ville et ses contingences ou pour s’y ressourcer—si l’on nous accorde le jeu de mots facile—au "Baruk Spring Hotel" (DM 11).

  • 11 Le frère du jeune homme en question rêve d’émigrer en Amérique du Sud pour les mêmes raisons. C’est (...)

18Au jeune serveur d’hôtel qui ne rêve que de s’échapper vers la ville pour y trouver un avenir meilleur,11 la célèbre actrice déclare : "But your village is much nicer than Beirut. You have these beautiful mountains, and the valley and the river (DM 15). On dit que l’herbe est toujours plus verte de l’autre côté de la colline, en l’occurrence de la montagne, mais l’est-elle réellement ?

19C’est certainement le cas pour l’actrice en quête d’anonymat : "She’s gone to have a quiet holiday somewhere in the mountains.... She doesn’t want people to know where she’s gone" (DM 40-41) qui délaisse son nom évocateur des feux de la rampe, Miss Bright, pour (re?)devenir Jeannette Waverley (DM 94). On remarquera au passage qu’une nouvelle fois, la ville est spécifiquement nommée, alors que ‘les montagnes’ demeurent dans un pluriel anonyme redoublé par "somewhere" : lieu idéal donc pour s’effacer...

  • 12 "Adeeb, holding the wheel lovingly, swung the great vehicle round, and round again, straightened an (...)

20Cette même montagne offre aussi un refuge pour les joueurs qui désirent échapper aux restrictions légales (LP 54-55). Le Lebanon Paradise en accueille quelques-uns qui peuvent s’adonner à leur passe-temps en toute impunité. Paradis du vice ? Les automobilistes donnent aussi libre cours à leurs instincts les moins nobles et les moins généreux sur ces routes escarpées lors de courses improvisées : "many accidents happened every summer as a result of this madness of the chauffeurs, this childish pride in their cars and treatment of their trade as a gay sport on the steep, twisting roads" (LP 71).12 La montagne désirée par ces citadins devient ainsi un espace d’excès, de désordre, de transgression.

  • 13 Voir LP chap 3.
  • 14 Voir aussi LP 166.
  • 15 Voir LP 20.
  • 16 "A cottage and chapel set in a vineyard... looms up in this rocky wilderness like an oasis in a des (...)

21Pour d’autres, elle est lieu de villégiature pourvu qu’elle offre une vue sur la mer,13 c’est-à-dire un ailleurs qui n’est pas la montagne. Une frange aisée de la société libanaise cherche surtout à échapper à la moiteur de la ville : "It had been a hot, sticky day in the town, and the road leading to the summer resorts in the mountains swarmed with the powerful American cars of the city’s business and professional population, racing back to coolness and the card-tables after the day’s work" (LP 40).14 Mais en se transportant quelques lacets plus haut, elle ne souhaite que se recréer à l’identique. Ainsi, lors de sa migration estivale, elle emporte dans sa résidence montagnarde jusqu’à ses meubles : "[the house] isn’t looking at its best, only half-furnished, because we take up many things with us to the mountains." (LP 111) Cette migration saisonnière n’est qu’une fuite devant les problèmes d’une région en pleine mutation, un refus de tout changement.15 L’éloignement de la montagne serait synonyme de mise à distance des problèmes. La métaphore de la montagne comme île ou oasis,16 c’est-à-dire radicalement différente de son environnement, devient tout à fait pertinente ici.

22La montagne serait donc un non-lieu où les individus pensent pouvoir échapper au réel, un non-lieu en tout point conforme aux tableaux paysagers évoqués plus haut dans lesquels tout est à sa place : "What a contrast at this height, in this immensity, between the arid rocky haunts of the mountain bear and eagle and the spreading, vivifying verdure surrounding the haunts of man." (BK 249). Cette métaphore dit clairement l’immobilité ("rocky") liée à la montagne par opposition à l’activité, au changement ("spreading") liés à la vallée ou à la ville. On retrouve cette même métaphore ailleurs : "the hills which rise closely on both sides induce a stagnation in the atmosphere and make it, in spite of the verdure and the water, very oppressive." (APD 21)

  • 17 A l’hôpital, on assiste également à une scène qui oppose les jambes paralysées du fiancé de Violett (...)

23Or, ce désir se révèle totalement imaginaire. La montagne n’est pas un terrain de jeu où l’on échappe en toute impunité à la Loi. "The peak of Warwah... looks like the profile of a pontiff wearing his tiara and sitting upon his throne." (APD 30) Le réel rattrape ceux qui le fuient. Miss Bright/Waverley disparaît certes, mais pas dans un anonymat de rêve, dans un décor de rêve ; assassinée par un Faris Deeb humilié par les icônes du cabaret, qui la surprend nue dans son étang au milieu des pommiers, elle finit par se putréfier sous un muret de pierre sèche se confondant avec toutes les autres charognes animales : "smells of putrefaction were not uncommon in the valley, coming from a dead cat or dog." (DM 66-67) Quant aux Batruni et à leurs amis qui ne veulent rien savoir des Palestiniens chassés de leur terre et veulent en tenir à l’écart la jeune Violette qui commence à avoir une conscience politique doublée d’un désir sincère de découverte de l’Autre, ils sont rattrapés dans leur paradis d’opérette : le fiancé de Violette devient infirme à la suite d’une altercation pour une histoire de voiture, alors que le Palestinien aphasique, soigné par leur gendre médecin, retrouve l’usage de la parole et son identité.17

24Avec ce retour du réel dans un univers d’où l’homme, en l’organisant, avait tenté de l’évacuer, c’est l’horreur indicible—un des éléments du sublime—qui fait retour ; il ne s’agit plus d’un exercice de style abstrait dans lequel une identité double, bicuiturelle, trouverait son compte... à bon compte. La montagne conserve toute sa barbarie, son étrangeté, c’est-à-dire son irréductibilité à une représentation culturelle plutôt qu’à une autre. Ecartelés entre deux cultures qu’ils essaient de réconcilier pour atténuer leur déchirement, les écrivains libanais d’expression anglaise échouent à apprivoiser la montagne. Au désir d’ordre d’un sujet en quête d’une structure non problématique, métaphorisée par la représentation de la montagne tracée par l’homme ("The barbaric grandeur softens into pastoral beauty." (APD 251), se substitue une identité problématique, instable et constamment remise en question : "[The road] is fast reverting to a mountain path obstructed in many places by crumbling walls and fallen boulders." (APD 246) ; "Nowhere before did I experience such a sensation of the inaccessible and forbidding ; nor have I beheld a mountain scene so vast, so wild, so barbaric" (APD 250). La belle construction bien ordonnée ne résiste pas à l’épreuve du réel et s’effondre sans se confondre complètement avec son environnement naturel : "On the top of Mt. Bow’an is a feature of rock structure that looks like the ruins of a temple—huge rocks and needles rising sheer to heaven, a massive wall around, with an entrance on either side—a roofless temple on the roof of al-Yaman. (APD 250). Il en va de même pour les écrivains libanais d’expression anglaise dont l’altérité demeure insoluble dans chacune de leurs deux cultures.

Top of page

Bibliography

ATIYAH, Edward. Donkey from the Mountains. London: Robert Hale, 1961.

ATIYAH, Edward. Lebanon Paradise. London: Peter Davies, 1953.

NAIMY, Mikhail. The Book of Mirdad: a Lighthouse and a Haven. Beirut: Sader’s Library, 1948.

RIHANI, Amin. Arabian Peak and Desert. Travels in al-Yaman. London: Constable & co, 1930.

RIHANI, Amin. The Book of Khalid. New York: Dodd, Mead & co, 1911.

Top of page

Notes

1 Amin Rihani, "Arabia: an Unbiased Survey." Journal of Central Asian Society. XVI pt1 (1929), 35-55, 40-41.

2 Les ouvrages concernés seront les suivants : Edward Atiyah. Donkey from the Mountains (Désormais désigné comme DM), Edward Atiyah. Lebanon Paradise. (LP), Mikhail Naimy. The Book of Mirdad : a Lighthouse and a Haven. (BM), Amin Rihani. Arabian Peak and Desert. Travels in al-Yaman. (APD), Amin Rihani. The Book of Khalid (BK).

3 Amin Rihani. "Arabia: an Unbiased Survey" 35-37. "Burton brought Arabia to me, but Doughty carried me to Arabia... After I had read Burton, I heard myself often saying: I too want to travel in Arabia. But after I read and re-read Doughty, I could not overcome the passion that would knock off a book. I, too, wanted to write about Arabia." (35)

4 "[They] were sitting on one of a row of grey rocks that jutted out of the brow facing the sea. Below them, almost brushing the edge of the rocks, the umbrella crowns of the pines slanted in a steep and unbroken mass down to the car road—a dip of several hundred feet—fringing the roofs of the houses that clustered just above it. And below the road, the vast, open panorama of blue and purple and russet-red stretched and rolled in the freshness of the early morning light. The sun, rising on it from behind the mountains, touched it, patch after patch, into colour and glory, sent long shafts down the valleys that made the glass of the village windows sparkle, and laid a coat of varnish on the red of the roofs and the emerald of the vineyards. Dipping and rising and dipping again, the land leap-frogged its way to the sea, meeting it where only a ribbon of foam, motionless in the distance, separated the still sheet of blue from the orange sands of Beirut." (LP 190)

5 "For many miles around, the vicinage presents a volcanic aspect, wild, barren, howlingly dreary. At the foot of Mt. Sanneen in the east, beyond many ravines, are villages and verdure ; and from the last terrace in the vineyard one overlooks the deep chasm which can boast of a rivulet in winter." (BK 202) Le Yémen dont Amin Rihani parcourt les montagnes est montré comme entièrement fermé, au propre comme au figuré (APD 2-3).

6 Voir Jacqueline Jondot. Les Ecrivains d’expression anglaise au Proche-Orient arabe. <www.limag.com>

7 La sériciculture, intensifiée par les Occidentaux, est loin d’être absente des textes orientaux.

8 Le villageois montagnard de Donkey from the Mountains tue une jeune touriste étrangère dans sa propriété et maltraite les membres de sa propre famille.

9 Dans Lebanon Paradise, c’est Beyrouth qui, vue de montagne, est assimilée à une auge : "Three thousand feet below them lay Beirut... like a trough." (LP 48)

10 Le montagnard est stigmatisé par ses vêtements comme non-citadin : "the clerk had seen, even through his best clothes, that he was not a man of the town." (DM 39)

11 Le frère du jeune homme en question rêve d’émigrer en Amérique du Sud pour les mêmes raisons. C’est un schéma assez récurrent dans les textes autobiographiques des écrivains arabes d’expression anglaise.

12 "Adeeb, holding the wheel lovingly, swung the great vehicle round, and round again, straightened and sped along the straight stretches, his foot on the accelerator conscious with a perennial thrill of the mighty reserves it commanded.... He had persuaded his father to mortgage his shop in the village so that he could pay the deposit on it, and he still owed the company four hundred – but oh the joy of storming up that last hill before Aley in third ! The joy of never letting Yussef pass him in his Dodge or Butros in his De Soto !" (LP 67-68) Voir aussi LP 70-71, 92, 205-207...

13 Voir LP chap 3.

14 Voir aussi LP 166.

15 Voir LP 20.

16 "A cottage and chapel set in a vineyard... looms up in this rocky wilderness like an oasis in a desert." (BK 202)

17 A l’hôpital, on assiste également à une scène qui oppose les jambes paralysées du fiancé de Violette à celles, musclées et bronzées, du responsable du camp palestinien. (LP 252)

Top of page

References

Bibliographical reference

Jacqueline Jondot, « La Montagne dans l’œuvre de quelques écrivains libanais d’expression anglaise », Caliban, 23 | 2008, 207-213.

Electronic reference

Jacqueline Jondot, « La Montagne dans l’œuvre de quelques écrivains libanais d’expression anglaise », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 18 October 2017. URL : http://caliban.revues.org/1275 ; DOI : 10.4000/caliban.1275

Top of page

About the author

Jacqueline Jondot

Université de Toulouse, UTM, CAS

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org