Skip to navigation – Site map
Deuxième partie : Voyages horizontaux et voyages verticaux

La Saveur des Alpes : Les Britanniques d’hier et d’aujourd’hui en Haute-Savoie

Christine Geoffroy
p. 155-163

Abstract

The Golden Age of mountaineering in the Alps is most often remembered in terms of conquest and physical exploit, and associated with the somewhat arrogant appropriation of the alpine mountain range as a would-be favourite British "playground".
This paper proposes a reading of the writings of two British alpinists of the time, Leslie Stephen and Alfred Wills, showing that the motive for their presence in the mountain was not only a sportive one but derived from a special link that they had formed with the alpine scenery. Their regular immersion in this landscape, their need for co-presence with the mountain, are evidence of a deeper link with the place and its inhabitants, whether with the guides who accompanied them or with the artists—some of them rope companions themselves, such as the painter and alpinist Gabriel Loppé—who used to settle in the region in the summer. The private collection of letters sent or received by Alfred Wills between 1850 and 1880 brings additional evidence to this perspective.
Finally as British migration to the valley of Chamonix has reached record figures in the last few years, we cannot but question the persistence of this relation to the mountain among some of these new seasonal or permanent residents, met in the course of a survey conducted in the area between 2004 and 2006

Top of page

Full text

L’Age d’Or : un âge de conquêtes ?

1De l’âge d’or de l’alpinisme dans les Alpes, on ne retient le plus souvent que la conquête des sommets par les alpinistes britanniques, depuis celle du Wetterhorn par Alfred Wills en 1854 jusqu’à la tragique ascension du Cervin par Whymper en 1865. L’exploit sportif et l’effort physique semblent jusque là primer, pour ces pionniers de l’alpinisme, sur toute autre considération. L’Alpine club, fondé en 1857, renforça et perpétua cette représentation de l’approche de la montagne. Il était avant tout un club sportif dont les membres, selon Simon Schama (1999, 569), "se considèrent comme une caste à part, une phalange Spartiate cultivant la vertu du muscle".

2La première circulaire publiée par le club en 1857 stipulait :

  • 1 Alpine Club, site internet : <www.alpine-club.org.uk>

The object of the Alpine Club is to facilitate association among those who possess a similarity of taste, and to enable its members to make arrangements for meeting at some suitable locality whence they may in company undertake any of the more difficult mountain excursions, and to give to all an opportunity of consulting the maps and books to be placed in the rooms which it is expected the Club will eventually possess.1

3Les critères d’admission, entre autres, reposaient, et reposent de nos jours encore, sur la capacité à gravir un certain nombre de sommets, comme le précise le site internet du club : "To become a Full Member, we ask that you have climbed a minimum of 20 respectable alpine routes or peaks, or the equivalent of this in other ranges and wilderness areas".

4Les membres se réunissaient alors régulièrement pour échanger informations et notes utiles sur leurs dernières ascensions. Aujourd’hui, ces échanges se poursuivent grâce aux nouvelles technologies adoptées par le club : "We provide a forum for sharing experiences and information. We welcome all mountaineers".

5Le journal du club, qui paraît de nos jours encore une fois par an, réunissait une collection d’articles écrits par ses membres et relatant minutieusement leurs sorties en montagne, avec des explications détaillées de tous les itinéraires ou voies nouvelles explorés.

Leslie Stephen et l’émotion esthétique

6Tandis que Ruskin (1860 et 1865) s’enflammait contre les foules de touristes qui envahissaient les Alpes et fustigeait les alpinistes qui profanaient "les cathédrales de la terre", les membres de l’Alpine Club poursuivaient leur exploration du massif et la conquête des sommets. Leslie Stephen, l’un des premiers présidents du club, publiait en 1871 "The Playground of Europe", une collection d’articles sur ses premières ascensions et dont le titre à lui seul traduisait une représentation très victorienne de la montagne : la domination d’un espace conquis devenu lieu de loisirs et de récréation. Pourtant, à y regarder de plus près le livre de Leslie Stephen ne comporte pas seulement la relation de ses courses en montagne. En 1894, il choisissait de faire figurer, en avant-propos de la seconde édition de son ouvrage, une lettre empreinte de nostalgie et qu’il adressait à son ami, peintre et alpiniste français, Gabriel Loppé :

Mon cher Loppé,
Il y a vingt-et-un ans, nous gravissions ensemble le Mont-Blanc pour contempler un coucher de soleil depuis son sommet. L’année dernière, nous avons observé le même phénomène depuis le pied de la montagne. Les années écoulées ont probablement peu changé le coucher de soleil. Si elles ont fortement diminué les forces qui nous permettaient d’atteindre le meilleur point de vue, elles ont laissé intacte l’admiration que nous portons à de pareils spectacles et le plaisir que nous éprouvons à nous trouver en compagnie l’un de l’autre.

7Serait-ce l’âge qui aurait rendu les deux hommes plus sensibles à l’émotion esthétique au point que Stephen eût souhaité ajouter cet avant-propos à son ouvrage plus de vingt ans après la première parution ? L’on perçoit bien sûr la nostalgie des années de pleine vigueur physique qui permettait les exploits les plus audacieux mais l’admiration ressentie devant le spectacle était déjà bien présente dans le corps du texte de la première édition. Dans le chapitre intitulé "Un coucher de soleil au Mont-Blanc" et qui relate une expédition en compagnie de Gabriel Loppé, Stephen va jusqu’à utiliser le mot "d’extase" devant "la sublime beauté de la nature" (Stephen 1934, 151). Il dit aussi son incapacité à traduire en paroles les images qu’il contemple, l’envie et l’admiration qu’il éprouve pour son ami peintre, assis dans la neige au sommet du Mont-Blanc et travaillant à fixer "la magique beauté du paysage" sur sa toile : "j’aimerais pouvoir la [la toile] substituer à mes mots" (ibid.), confie-t-il.

8Et l’on perçoit déjà que ce n’était pas seulement l’exploit ascensionnel qui intéressait les deux amis. Ils avaient développé une sensibilité qui les différenciait de leurs contemporains alpinistes en quête de la seule prouesse sportive, ne serait-ce que dans le regard (the gaze, selon les termes de John Urry) qu’ils portaient sur les pentes et les sommets qu’ils décidaient de gravir. Cependant, même si "les paroles les plus éloquentes remplacent mal le pinceau", ajoute Stephen un peu plus loin, "le pinceau lui-même reste loin derrière l’un des aspects les plus grandioses de la nature" car celui-ci avait acquis la conviction intime que l’image était impuissante à rendre le spectacle qui s’offrait à eux. Pour lui, la contemplation du paysage était "l’un des rares moments au cours desquels tout le cadre naturel est instantanément photographié... par un procédé qui en rend impossible la communication aux autres" (Stephen 1934, 151-2).

9Lorsque Schama écrit que "pour Stephen, seule l’expérience directe, la plus dangereuse possible, confère le droit de parler de la ‘vérité de la montagne’" (1999, 571), en faisant uniquement référence à l’exploit, il passe totalement sous silence la puissance de l’émotion esthétique ressentie par cet alpiniste victorien, ainsi que sa difficulté avouée à la transmettre en mots et en images. Et pourtant, n’était-ce donc pas la recherche de cette émotion qui justement poussait Stephen à suivre son ami Gabriel Loppé dans une de ses ascensions du Mont Blanc au coucher du soleil ? Vivre cette expérience unique, "ressentir l’impression dans toute sa force" (Stephen 1934, 151) n’était possible pour Stephen qu’en venant contempler le coucher de soleil depuis la montagne elle-même, c’est-à-dire en venant s’immerger au cœur du paysage. Les immenses toiles de Loppé, peintre de la montagne, en plaçant ses personnages fourmis au centre de monumentaux paysages de neige et de glace, sont sans doute à la mesure de l’émotion partagée par les deux compagnons de cordée mais ne sont encore, pour Stephen, qu’une traduction imparfaite de ce qu’ils ressentent.

Immersion et co-présence avec l’univers sensoriel : Alfred Wills

10S’il est vrai que dans la vie quotidienne, "seule une écume sensorielle est filtrée par l’attention" (Le Breton 1990, 102), certains des alpinistes britanniques, tels Stephen ou Wills, semblent avoir pressenti que leurs activités en montagne, à l’instar de la marche dont David Le Breton fait l’éloge, leur permettaient de se réapproprier un lien plus profond avec l’univers. De même que la marche "ramène à la sensation de soi, aux frémissements des choses et rétablit une échelle de valeurs que les routines collectives tendent à élaguer", les activités physiques en montagne, lorsqu’elles ne sont pas uniquement dirigées vers l’exploit, offrent "l’expérience sensorielle totale ne négligeant aucun sens" (Le Breton 2000, 31). La naissance et le développement des nouvelles activités de loisir en montagne au XIXe siècle, que ce soit la marche ou l’escalade, participent de cette aventure des sens et de la construction d’un nouveau rapport à la nature. Le regard se complète de sensations tactiles et kinesthésiques dans le corps à corps de l’alpiniste avec le rocher ou la glace. Le promeneur, immergé dans le paysage s’imprègne des odeurs de la forêt, de la pluie ou de la neige, perçoit le bruissement des feuilles, le murmure d’un ruisseau ou le grondement d’une cascade gonflée par l’orage.

11La richesse de l’expérience multisensorielle dans un monde où le temps semble être suspendu conduit à de nouvelles obligations de lieux et de temps (Urry). Dans le cas de l’alpiniste Alfred Wills, l’attirance pour la montagne correspondait à la recherche d’entractes qualitatifs qui lui permettaient d’échapper dans le temps et l’espace à une vie professionnelle dense et épuisante pour revenir "aux frémissements des choses" (Le Breton 2000, 21) et à un univers sensible inaccessible dans sa vie quotidienne. C’est ainsi que pour satisfaire son besoin de co-présence avec la montagne, il fit construire en 1860 sa résidence d’été sur un plateau sauvage et isolé, au cœur du Cirque du Fer à cheval à Sixt en Haute Savoie. D’aucuns pourraient encore arguer que ces séjours d’été avaient pour seul but l’entraînement physique à l’exploit en montagne. Mais cela suffirait-il à expliquer l’émotion de Wills à la découverte du site de son futur chalet ?

C’est au mois d’août 1857 que, descendant du mont Buet avec Balmat et un autre ami, je vis le plateau des Fonds pour la première fois. Ce site enchanteur me frappa, et l’idée d’y construire une demeure se présenta immédiatement à mon esprit. Deux jours après j’y revins, accompagné d’un compatriote, non moins épris des beautés alpestres que je ne le suis moi-même. Pendant cette seconde visite, mon enthousiasme et mon ravissement ne firent que s’accroître,... J’avais rêvé; je tins à réaliser mon rêve. (Wills 1864, 99-100)

12Les lettres que Wills écrivit à sa fiancée Bertha en 1861 faisaient écho à l’enchantement que celui-ci avait manifesté à la découverte du site : "This place grows upon me daily. It is the most enchanted spot conceivable by nature" (1er septembre 1861).

13Son besoin d’immersion dans ce paysage précis pour prolonger une mise en contact intime avec un univers extra-ordinaire émaille d’autres lettres encore : "I can’t tell you the impatience I feel to be back among my mountain" (11 septembre 1861), ou le texte de l’ouvrage intitulé The Eagle’s Nest” in the Valley of Sixt, qu’il consacra à son chalet : "... When chance took me into the valley, I found it so beautiful that thenceforward I hardly knew how to keep away from it" (Wills 1860, 1).

Les mots suffisent-ils à décrire l’émotion ?

  • 2 Collection privée de John Wills.
  • 3 Collection privée de John Wills.
  • 4 Alfred Wills l’avait épousée après la mort de sa première femme Lucy qui avait elle-même conçu les (...)

14Alfred Wills installa femme et enfants dans son chalet de Nid d’Aigle tous les étés de fin juin à fin septembre à partir de 1862 ; une annexe fut même ajoutée pour accueillir proches et amis. Lui-même ne pouvait les rejoindre qu’à la fin du mois d’août. Les photos des albums de famille2 dévoilent un chalet moderne et confortable, étrangement situé sur un plateau cerné de précipices, de cascades et de cols. On y découvre jusqu’à une vingtaine de personnes, debout, assises dans des fauteuils ou dans l’herbe, en train de lire ou dessiner, tandis que d’autres personnages sont accoudés aux fenêtres dans une attitude de contemplation du paysage. Les images nous donnent à voir une vie qui s’écoule paisiblement entre promenades, piqueniques, lecture, dessin et jardinage. Les lettres3 décrivent une vie champêtre à côté des paysans qui font les foins et s’activent dans les champs de blé, dans le concert des cloches des troupeaux de vaches et de chèvres, mais le regard des occupants du chalet revient inévitablement au paysage. Bertha Wills4 écrit dans une lettre à sa belle-mère en août 1862 : "There are plenty of lovely strolls that suit my capabilities within easy reach. Every turn is full of beauty". Un peu plus loin, elle ajoute : "We lose the sun soon after six, and often see the surrounding rocks lit up by the beautiful rosy rays which rest on them for a short time before it leaves us altogether". Les invités les plus en forme grimpent aussi de nuit à la lumière des bougies pour atteindre un des cols voisins et avoir "a fine view of Mont Blanc" au lever du jour. Wills lui-même était transporté par la variété des nuances et des couleurs prises par le rocher à différentes heures de la journée :

The rock is a light-brown weather-stained limestone..., as the kindling rays caught its surface and rapidly descended its shaggy sides, violet, then pink, then brilliant, like new gold; beneath the mid-day sun I have seen it looking rich and brown, but most glorious in the glow of declining day, bathed in floods of warmer radiance-now yellow, now all on fire with rosy light, now of a soft sepia tint, and then at length settling once more into the iron hues of dusk.(Wills 1860, 21-22)

La photographie

15Si les mots ne rendent qu’imparfaitement la communication de l’intime émotion esthétique, au point que Wills exprime lui aussi à diverses reprises son impuissance à décrire les paysages :

I can 7 describe the grandeur of the views, (Lettre à Bertha, 30 août 1861),
I have often reached the Chalets des Fonds from Sixt in an hour and a half; but it is at once so grand and so full of softer beauty, it presents so many varied aspects of the finest mountain scenery, that I feel almost disposed to lav down the pen and abandon the effort in despair.
(Wills 1860,71-2)

16La photographie peut-elle capturer et transmettre l’expérience vécue ? Pris d’une passion exaltée pour les nouveaux moyens techniques qui lui permettraient de fixer ces merveilleux paysages, Alfred Wills se lançait dans des "photographic expeditions". Après avoir planté sa tente et préparé son matériel la veille au soir, il passait la journée entière du lendemain en courses folles entre le lieu de prise de vue et la tente de développement, jusqu’à en oublier de boire ou de manger : "I have often to run nearly half a mile from the operating tent to the spot I have chosen and back again as quickly as possible in order that the sensitive surface may not get dry" (21 septembre 1861). Selon le dernier procédé au collodion inventé par son compatriote Scott Archer en 1851, les prises de vue devaient avoir lieu avant que les plaques ne sèchent et le développement être effectué sur le champ.

17Mais la chasse aux images avait ses limites car elle était liée aux conditions météorologiques et à la lumière. Quand le temps était au beau fixe : "the beauty of some of those (photographs) I have done is really marvellous" (1er septembre 1861). D’un jour à l’autre, le succès n’était pas au rendez-vous : "The other days were not satisfactory and I am a little puzzled to know why" (30 août 1861).

18Les produits utilisés étaient délicats à employer : "The mixture I am using now have a delicacy which the original samples I brought from home want. They are not quite so sensitive and the quantity of chemical or active light in the visual ray is diminishing rapidly with the advance of the season : so that a subject for which a month or 3 weeks ago an exposure of 5 or 10 seconds was sufficient now requires from 2 to 3 minutes" (15 septembre 1861).

19La qualité des plaques était inégale : "I am sorry to say that the glasses sent to me from Geneva are absolutely worthless, and I cannot use one of them—so that I am reduced to the expedient of demolishing my worst pictures, which I meant however to keep, and doing fresh ones on the glasses on which they once were" (15 septembre 1861).

20Et surtout, le poids du matériel n’en facilitait pas le transport : "I was carrying some 23 lbs on my back" (21 septembre 1861).

21Dans un dernier effort de fidélité à la transcription du paysage et de l’image, Wills, au fait des dernières innovations techniques, explore aussi les possibilités du stéréoscope. C’est également à un physicien anglais, Charles Wheatstone, qu’on devait ce premier instrument à miroirs optiques (1838) qui permettait, en présentant une image à peine différente à chacun des deux yeux, de créer l’illusion d’une image en relief. Dans une autre de ses lettres à Bertha on apprend qu’il lui rapportera les photos les plus réussies "in the shapes of stereoscopes" (1er septembre 1861). Certains passages de son ouvrage mentionnent également sa familiarité avec le procédé :

I had shouldered the camera when we parted with the horse, and felt myself well rewarded for the trouble of bringing it up by the meeting at last with an exquisite little picture just suited for the stereoscope. The dashing rivulet, with its broken, stony bed, the rough and dripping troughs along which the water was carried to the mill, the stacks of sawn timber, some arranged in the form of an inverted V, others built up in squares, each presenting those alternating lines of light and shade which always look beautiful in photography, backed by the jagged tops of the pine forests, with the white glaciers and the sharp peak in the distance, made just such a composition as possesses all the elements of an effective stereoscopic picture. (Wills 1860, 68)

Photographies et dessins

22Lorsque le livre The Eagle’s Nest paraît en 1860, il est entièrement dédié à la mémoire de la première épouse de Wills, Lucy, victime de la tuberculose la même année. Lucy s’était passionnée pour la construction du chalet, en avait conçu les plans, et avait esquissé plusieurs dessins du site qui figurent dans cette première édition du livre. Alfred, à l’occasion de la description du site du Fer à Cheval dans son ouvrage, reconnaissait la supériorité de l’artiste sur le photographe :

Three or four miles above Sixt you come to one of the most curious and interesting scenes of the district. The great wall of precipice forming the southern barrier of the valley suddenly recedes from the course of the river, and curving round a semicircle, becomes the boundary of an enormous amphitheatre of unparalleled wildness and sublimity... I tried in vain so to plant my camera as to get a satisfactory picture from the truth-telling pencil of the sun.
A sketch taken by my wife,... which lies before me as I write, conveys entirely this impression.
(32-4)

23Lucy semble donc, elle aussi, avoir été touchée par une émotion esthétique au point d’avoir désiré s’insérer dans le paysage du plateau des Fonds, d’avoir ardemment souhaité sa co-présence avec la source de son émotion ; un univers qu’elle nous transmet par ses dessins dans lesquels elle-même est présente, au cœur du paysage car elle les achève parfois en prenant modèle sur les photographies faites par son mari : image dans l’image, miroir de l’émotion des époux Wills, dans cette double représentation de leur idylle avec un univers qu’ils partagent tous deux au-delà de la mort de Lucy. Outre la "force constative" (Barthes 138) qui authentifie la présence des objets et des personnages dans le paysage, les dessins de Lucy nous touchent car ils témoignent d’"un écrasement du Temps" en nous disant avec sûreté "la mort au futur" (Barthes 150). Images d’un passé absolu dont les personnages ne sont plus, certes, mais images à travers lesquelles les vivants tentent de s’approprier le regard et la touche de crayon des disparus.

Les Britanniques dans les Alpes à l’époque contemporaine

  • 5 Enquête qualitative sous forme d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de cinquante informateur (...)

24Les Britanniques amateurs de montagne aujourd’hui sont-ils si différents de leurs ancêtres alpinistes ? La même quête de l’émotion vécue lors de la mise en relation avec un univers multi-sensoriel reste bien présente chez certains contemporains britanniques. Le ravissement devant les merveilles de la nature, l’expérience d’être là, d’être immergé dans ce paysage de montagne et de glace sont perceptibles dans les propos des Britanniques interviewés au cours d’une enquête menée de 2004 à 2006 dans la région de Chamonix5 : tous avouent leur fascination pour le site.

25Lily nous confie contempler longuement le Mont-Blanc tous les matins tandis que Mary nous raconte que la première fois qu’elle est venue à Chamonix, elle n’arrivait pas à détacher son regard du paysage et passait des heures assise sur un balcon à le contempler. Edward nous dit qu’après avoir fait de l’alpinisme dans différents massifs du monde entier, c’est toujours à Chamonix qu’il revient : "nulle part on ne voit les montagnes comme ici" précise-t-il. Carie parle de "l’extravagance visuelle" du site et Simon nous dit que "tout est différent ici", tous deux exprimant ainsi la nécessité de faire l’expérience de l’extraordinaire par rapport à l’ordinaire de la vie quotidienne (Urry 1990).

26Si ces témoignages abondent en perceptions visuelles, d’autres nous livrent l’intensité de "l’expérience sensorielle totale" lors de la pratique de sports alpins :

You ask about the sound of snow on/under skis. Well - it entirely depends upon the snow! You know how sometimes it’s crunchy, or squeaky - it is the same under skis/skins. Most often the sounds one experiences when away from people, skinning, is silence, the sounds of your body, the breath, the blood pumping. Sometimes, on perfect new light powder one does have the sensation of swishing through the snow, and the sound and the feeling merge into elation. I think this is often exactly the 'soft hissing' moment! (Conversation avec Carie, 2007)

27A la suite de leurs ancêtres qui écrivaient, dessinaient, peignaient, photographiaient, grimpaient ou marchaient, certains artistes britanniques ont choisi eux aussi de s’établir dans la vallée. Leur démarche témoigne d’une prise de conscience du rôle de l’artiste dans l’expression de la relation au paysage chez ces amoureux de la montagne, un rôle qui prolonge le lien inauguré par leurs prédécesseurs au XIXe siècle.

28C’est pour Carie, artiste et écrivain, une prise de conscience que le corps tout entier habite l’espace et le temps :

The walking down quite quickly descends between larch and birch, on a smooth well beaten path. Within a short distance, we hear our footfalls; birdsong and swooshing melt-water take the place of voices.... As the land drops steeply, so the smooth path gives way to giant boulders, tree-roots, footholds spaced for giants. The distance between eye and ground is constantly extended, seeking the way to join the pattern of the path. It is not only our feet which make contact with the objects of the path. Our hands reach out for trees, rocks, steadying, seeking instinctive physical affirmation of being there. (Roots 26-7)

29Le corps du marcheur devient alors le premier instrument de témoignage :

Walking also physically allows my access to different loci within the Chamonix valley, from which I can observe and reflect, allowing this opportunity to consider Cartesian epistemologies of looking when embracing vision as an active part of corporeality. [...] In a place framed by visual extravagance, I admit to having a very visual sense of myself as some kind of instrument of record and registration (in metaphoric terms) moving within it. (Roots 2)

30Et puisque Carie écrit et dessine, elle trouve dans l’acte de création même des réponses à l’expérience physique d’"être là", mêlant écriture et dessin qui finissent par se nourrir l’un de l’autre :

As an artist, it seems quite natural to draw ideas, to find a visual response to the way one is thinking. In this case, the sketch, a simple line drawing, has formed the metaphoric backbone of my written work. [...] The drawing then, acts as a guide [...]. This writing depends on being there. It is the way in which one is there, and how the reality of this experience prompts responses, which form the writing. (Roots 3)

31Tandis que Carie ne vient dans la vallée que pour des séjours saisonniers, d’autres artistes ont choisi de s’y établir de façon permanente. Parmi eux, Andy Parkin qui vit à Chamonix depuis plus de vingt ans, est une figure marquante de la vallée. De même que Carie qui marche et pratique le ski de randonnée en montagne, Andy, guide de haute montagne et grimpeur hors pair, relie son expérience physique à l’acte de création artistique : "Pour moi, être à la fois artiste et alpiniste résulte du même désir de création. Me perdre dans l’acte de grimper ou de peindre (ou sculpter) est une justification nécessaire qui me permet de ressentir les changements par ces mêmes expériences."

32Les changements évoqués par Andy sont liés à un grave accident dont il a été victime lors d’une course de montagne dans les Alpes suisses quelques années auparavant. Depuis, son approche a été complètement transformée. Il raconte comment l’inactivité forcée, liée à ses blessures, lui a permis de développer une perception différente mais complémentaire du paysage de montagne. Ce n’est plus seulement l’espace du grimpeur qu’il perçoit, mais son approche peut maintenant englober un regard identique à celui des cristalliers ou celui des chasseurs de chamois, regards faits d’une grande acuité visuelle mais complétés aussi par une vigilance sensorielle intense, un rapport au temps et au silence fait de patience et de sérénité. Voici comment il décrit son environnement : "My world whether climbing or whilst creating art is one of expression as both acts are creative and expressive.... This ultimately becomes a way of living."

33Andy, membre de l’Alpine club en tant que grimpeur, est très fier d’être également enregistré dans l’annuaire des artistes du club. Le temps a passé depuis la publication de la première circulaire de 1857 : "The members will occasionally dine together at their own expense, but the funds of the Club will be made available when on suitable occasions the Club is favoured by the presence of geographical explorers, or by that of other guests of celebrity" (Site Internet de l’Alpine Club).

34Des invités de renom furent, il est vrai, invités par le club dès sa fondation, parmi lesquels Gabriel Loppé dont les tableaux furent exposés régulièrement à Londres à partir de 1873. L’artiste français parce qu’il était à la fois peintre et alpiniste justifiait l’idéologie du club qui maintenait que seuls ceux qui avaient fait l’expérience directe de l’alpinisme pouvaient transmettre la "vérité de la montagne", contrairement à Ruskin qui affirmait pouvoir vivre une expérience authentique dans la seule contemplation du paysage.

35Après révision de son règlement en 2001, le club a réaffirmé sa mission :

The object of the Alpine Club is to promote mountain climbing and exploration throughout the world, develop a better knowledge of the mountains through literature, science and art and through its meetings and publications, encourage protection of the mountain environment, and conserve the Club’s heritage. (Site Internet de l’Alpine Club)

36A l’époque contemporaine, grâce à son nouveau règlement, l’Alpine Club a clairement affirmé le rôle des artistes membres à part entière du club. De plus, en organisant en 2007, à l’occasion du 150ème anniversaire de sa fondation, une exposition des œuvres de ses artistes vivants, qui coïncide avec la publication d’un annuaire biographique illustré de tous ses artistes depuis sa fondation, le club a clairement reconnu que l’alpinisme ne pouvait se détourner de l’art et de la littérature et que l’expérience physique éprouvée lors de l’immersion dans un univers sensoriel si extraordinairement riche trouvait sa pleine expression dans le langage et les images, dans "la relation d’étreinte" (Le Breton, 2006 : 15) des écrivains et des artistes avec le monde.

Top of page

Bibliography

ALPINE CLUB, site internet : <www.alpine-club.org.uk>

BARTHES, R. La chambre claire, note sur la photographie. Paris : Gallimard, Le Seuil, 1980.

BORGEAUD, M.-N. Gabriel Loppé, peintre, photographe et alpiniste. Grenoble : Editions Glénat, 2002.

LE BRETON, D. Anthropologie du corps et modernité. Paris : Presses Universitaires de France, [1990] 2005.

LE BRETON, D. Eloge de la marche. Paris : Editions Métailié, 2000.

LE BRETON, D. La Saveur du Monde, Une anthropologie des sens. Paris : Editions Métailié, 2006.

ROOTS, C. Bivouac. MA Cultural Geography Dissertation, Royal Holloway, University of London, 2004.

RUSKIN, J. Modern Painters, vol. IV. London : Smith, Elder & Co, 1860.

RUSKIN, J. Sesame and Lilies, Part III, Sesame : Of Kings’ Treasuries. London : Dutton and Co, 1865.

SCHAMA, S. Le Paysage et la Mémoire. Paris : Editions du Seuil, 1999. [First published 1995. Landscape and Memory. New York : Alfred A. Knopf Inc.]

STEPHEN, L. The Playground of Europe. London : Longmans & Co (The Silver Library), 1894.

STEPHEN, L. Le Terrain de Jeu de l’Europe. Neuchatel, Paris : Editions Victor Attinger, 1934.

URRY, J. The Tourist Gaze. London : Sage, 1990.

WILLS, A. The Eagle’s Nest in the Valley of Sixt. London : Longman, Green, Longman & Roberts, 1860.

WILLS, A. Le Nid d’Aigle et l’ascension du Wetterhorn. Paris : Librairie de Ch. Meyrueis, éditeur, 1864.

Collection Wills : collection privée (prop. John Wills) des photographies et lettres d’Alfred Wills (1828-1912). Les lettres sont archivées à Chamonix, bibliothèque des "Amis du Vieux Chamonix".

Top of page

Notes

1 Alpine Club, site internet : <www.alpine-club.org.uk>

2 Collection privée de John Wills.

3 Collection privée de John Wills.

4 Alfred Wills l’avait épousée après la mort de sa première femme Lucy qui avait elle-même conçu les plans du chalet.

5 Enquête qualitative sous forme d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de cinquante informateurs britanniques et français dans la région de Chamonix et enquête quantitative à partir du questionnaire de 85 questions élaboré par Marie-Martine Gervais-Aguer pour sa propre enquête en Aquitaine en 2004. Ces entretiens s’enrichissent tous les ans de conversations avec plusieurs informateurs avec lesquels nous avons gardé des liens.

Top of page

References

Bibliographical reference

Christine Geoffroy, « La Saveur des Alpes : Les Britanniques d’hier et d’aujourd’hui en Haute-Savoie », Caliban, 23 | 2008, 155-163.

Electronic reference

Christine Geoffroy, « La Saveur des Alpes : Les Britanniques d’hier et d’aujourd’hui en Haute-Savoie », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 25 June 2017. URL : http://caliban.revues.org/1207 ; DOI : 10.4000/caliban.1207

Top of page

About the author

Christine Geoffroy

CICLaS, Université de Paris Dauphine

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org