Skip to navigation – Site map
Deuxième partie : Voyages horizontaux et voyages verticaux

Les Voyages et aventures de Daniel Defoe comme inspiration de la traversée des Pyrénées de Robinson Crusoé

Joseph Ribas
p. 141-145

Full text

  • 3 Henry Russell, "Exploration du Sud-Est du Sud du Néthou", Les Grandes heures du Club Alpin Français (...)

1Robinson et Vendredi dans les Pyrénées ! L’image apparaît, inattendue, surprenante, décrite par Russell, dans le récit de son exploration au sud-est et au sud du Néthou paru dans l’Annuaire du Club Alpin Français en 1877. Russell et son guide, Célestin Passet, marchant au fond du Val de Llosas, enclos dans une forme d’île déserte où, selon l’expression même de Russell, "le regard de l’homme n’était sans doute jamais tombé".3 Ils cherchent un abri pressés par l’orage et la nuit qui les menacent. Selon une technique que Françoise Besson a finement analysée, Russell superpose aux éléments naturels du paysage un gigantesque hippopotame, gueule ouverte—et, par un effet de glissement, se met en scène, lui-même et son guide, dans des rôles de personnages romanesques, souvenir de ses propres lectures.

2Russell, on le sait, était un lecteur assidu des Aventures de Robinson Crusoé. 11 connaissait parfaitement l’épisode pyrénéen du roman de Defoe. A maintes reprises, dans sa quête de solitude montagnarde, il avait fait référence à Robinson, sans jamais s’interroger sur la réalité de son itinéraire. Sans doute, considérait-il les Pyrénées de Defoe de manière allégorique comme le lieu d’enfermement et d’épreuves du genre de celles que le naufragé avait surmontées dans son île. Parcours symbolique peut-être comme tracé sur une carte muette, sans signes topographiques précis, mais ponctué de notations tellement conformes à la configuration de paysages que l’on ne peut douter de la connaissance que Defoe avait de ces lieux : connaissance directe par présence physique ou connaissance documentaire. Là est toute la question.

  • 4 The Complete English Tradesman, 1725.

3On sait qu’il fit en Espagne un assez long séjour en 1682. Il se joignit à des caravanes de marchands voyageurs et traversa tout le royaume de Madrid à Pampelune. Il employa les deux années suivantes à parcourir le sud de la France, particulièrement Marseille et le Canal du Midi que l’on venait d’inaugurer. Les biographes anglais, Paula Backscheider et surtout F. Bastian l’ont évoqué. Lui-même, dans son livre Le Parfait commerçant anglais,4 raconte avec complaisance certaine aventure à propos d’une livraison d’alcool qu’il avait refusée soupçonnant la malhonnêteté du marchand qui avait cru un peu trop à la légère que l’"Anglais" n’y connaissait rien. Cet épisode nous vaut des jugements un peu hâtifs sur le comportement et la nature des Espagnols. On peut donc penser que Defoe n’eut qu’à puiser dans ses souvenirs de voyage pour ébaucher le cadre des aventures de ses personnages.

4Quelle était la situation de Robinson à son retour de l’île déserte ? Après vingt-huit ans, deux mois et dix-neuf jours passés sur son île, Robinson regagna l’Angleterre. Sans fortune, sans amis, sans famille, il se rendit vite compte qu’il ne pouvait y vivre indéfiniment. Il décide de partir à Lisbonne en vue de s’embarquer pour le Brésil gérer la ferme et la plantation qu’il avait laissées avant son naufrage. En son absence, ses biens avaient été dispersés mais il lui revenait des rentes une coquette fortune qui devait lui assurer l’aisance jusqu’à la fin de ses jours. Il renonça au Brésil et décida une fois encore de rentrer en Angleterre, non par la voie des mers jugée trop dangereuse, et pour cause, mais par la voie de terre.

  • 5 Daniel Defoe, Vie et aventures de Robinson Crusoé. Traduction de la Bibliothèque de la Pléiade (195 (...)

5En novembre 1688, Robinson accompagné de Vendredi, se trouve à Pampelune attendant de passer les Pyrénées par les ports de Cize. Cette année-là la neige a été précoce et abondante : les frontières de Navarre sont impraticables. Une circonstance imprévue leurs donne l’opportunité de franchir les montagnes, plus à l’est, "près la pointe du Languedoc".5 Daniel Defoe prend soin de nous avertir de ne pas chercher à nous "ennuyer de ses journaux de terre", pas plus qu’il ne nous avait fatigués de ses journaux de mer. Il ne nous donne que peu d’indications géographiques, choisissant toutefois de ne rien omettre des aventures vécues par ses personnages dans "ce long et difficile voyage" (464).

6Les subtilités du récit, incidents et parcours, traversées de forêts, relevés de relief, aperçus d’horizons tracent en pointillé son itinéraire que nous avons reconnu en Navarre et en Aragon, mais particulièrement à pied dans sa partie d’Aure par le Port du Plan et de Rioumajou, avec pour seuls repères les indices que nous donnait son livre. Au fil des pages, l’action se déplace et accompagne le lecteur créant son propre cheminement. On ne peut être plus précis quand Robinson indique qu’au départ de Pampelune le guide leur fit "rebrousser chemin de plus de vingt milles, par la même route" qu’ils avaient "suivie en venant de Madrid" (466). "Ayant passé deux rivières et le plat pays", explique-t-il, "nous nous retrouvâmes dans un climat chaud où (...) l’on ne voyait aucune trace de neige ; mais tout à coup, tournant à gauche, [le guide] nous ramena vers les montagnes par un autre chemin" (466). Le récit découpe l’espace, enchaîne les plans successifs en une forme de travelling rapide et bref, guidé par des éléments géographiques, vagues, mais dont on peut reconnaître la cohérence. En effet, si l’on se reporte au terrain, au départ de Pampelune, il faut prendre au sud, la route de Madrid, passer à Olite, franchir plus bas la rivière Aragon, puis, plus à l’est, la rivière Gallego après avoir traversé le bas plateaux des Bardenas dont l’ocre jaune accentue l’impression de chaleur et de climat sec, passant ainsi d’une contrée à influences océaniques à des terres méditerranéennes où poussent le thym sauvage, le buis et le serpolet. Nous en avons cueilli nous-même à la montagne de San Victorian, au pied de la Pefia Montanesa, précisément à l’endroit où le chemin tourne à gauche, plein nord vers les montagnes.

7Revenons au texte de Defoe : "les rochers et les précipices étaient vraiment effrayants à voir" écrit-il, "cependant (le guide) fit tant et tant de détours et nous conduisit par des chemins si tortueux, qu’insensiblement nous passâmes le sommet des montagnes sans être trop incommodés par la neige. Et soudain il nous montra les agréables et fertiles provinces du Languedoc et de Gascogne quoique, de fait, elles fussent à une grande distance et que nous eussions encore bien du mauvais chemin" (466-7). Apparemment, il semble difficile de se frayer un passage à travers ces généralités mais, chaque mot bien compris donne sens à l’itinéraire. Rochers et précipices "effrayants à voir" lisons-nous (466). Sous le Tucón Royo, avant Viadós, le Camino de los Millares que Schrader qualifiait de "passage perfide", découpe entre des versants raides, un terrain tourmenté de cassures et d’étroits barrancos enchevêtrés. Russell est venu en 1878 sur ce versant méridional des Posets. Il a décrit "un singulier ravin très profond, presque à pic et tortueux". Schrader ajoutera "effrayant de sauvagerie".

8Après Viadós, l’altitude décroît et par "tours et détours" (466), comme le précise le texte, la montée se fait dans un relief plus monotone jusqu’à la crête frontière entre les vestiges de murets bien ménagés qui renforçaient les multiples lacets d’accès au Port du Plan. Ce qui justifie l’impression ressentie par Robinson, et sa suite, conduits "insensiblement" vers les sommets des montagnes "sans être trop incommodés" (467). Ce point atteint, hormis les termes de Languedoc et de Gascogne, Defoe ne nous donne aucune autre précision géographique sinon, une fois le col franchi, l’indication de descendre toujours plus au nord, ce qui correspond à l’orientation générale de la vallée du Rioumajou.

  • 6 Patrice de Bellefon, Itinerrance pyrénéenne (Paris : Denoël/Marrimpouey, 1980).

9L’absence de tout repère topographique dans un parcours aussi fréquenté à l’époque de Defoe laisse perplexe. Nous ne pouvons l’expliquer que par trois sortes de raisons : climatiques, stratégiques ou littéraires. Quant aux raisons climatiques, il faut rappeler les conditions de tempêtes et de grands froids qui sévirent dans ce secteur en 1688 : "ce fut par toute l’Europe l’hiver le plus rigoureux qu’il y eût eu depuis nombre d’années" (465), précise Defoe. Patrice de Bellefon, qui a pratiqué cette montagne hivernale, avoue dans son livre, Itinerrance pyrénéenne, son sentiment d’inquiétude à l’idée de plonger aveugle dans ce versant nord et ses escarpements. Cette descente n’est pas commode. "Malheur", écrit-il, "à celui qui l’achève dans la tempête. Ce coin de Rioumajou est un mauvais pays, un terrain dangereux et difficile. C’est ainsi, malgré son altitude modeste, cette montagne est méchante".6 On peut donc comprendre que Defoe n’ait retenu de l’itinéraire que ces aspects calamiteux. La brume épaisse masque le guide. Robinson marche donc en aveugle. "Tout un jour, toute une nuit, nous vîmes neiger si fort que nous ne pouvions avancer" (467). Il ne faut donc pas s’étonner qu’ayant risqué de se perdre, Robinson ait manqué le sentier du col d’Ourdissétou qui l’eût mené jusqu’aux prairies dominant l’hospice de Rioumajou. Daniel Defoe ne fait aucune allusion à ce passage presque obligé, pas plus qu’à celui de Gistaïn.

10En ce qui concerne la stratégie, on sait que le guide était un passeur clandestin, ayant accompagné à l’aller jusqu’à Pampelune, "quatre gentilshommes français" (465), sûrement des huguenots fuyant les lois de persécution au lendemain de la révocation de l’Edit de Nantes. La filière aragonaise existait bien. Elle évitait les lieux contrôlés par les gardes chargés de la surveillance des cols. Les rigueurs de l’hiver les avaient certainement contraints à se replier justement au seul endroit de la vallée qui constituait un refuge : l’hospice de Rioumajou. La discrétion s’imposait donc tout au long de l’itinéraire, le guide n’ayant d’autre destination avouée que "l’endroit où ils devaient loger" avant la route de Toulouse (481).

  • 7 Daniel Defoe, Réflexions sérieuses de Robinson Crusoé (Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiad (...)

11Raisons de composition littéraire enfin. Defoe n’avait d’autre propos que de décrire ce qu’il appelait "ce long et difficile voyage" (464) sur le thème catastrophique, se plaçant délibérément comme il l’affirme dans les "Réflexions sérieuses" qui font suite à son livre, "dans les conditions les plus errantes, les plus désolées et les plus affligeantes que l’homme ait jamais traversées... une vie tissée de tempêtes, d’incidents étranges et surprenants... naufragés souvent mais plus sur terre que sur mer..."7 L’histoire de l’ours dans l’arbre, la lutte contre les loups, l’isolement forcé dans les hautes forêts closes entre les escarpements des montagnes participent de l’état de confinement qui, de l’île déserte aux naufragés de la peur et du froid dans les Pyrénées, a fait le succès romanesque de son livre. Defoe ne néglige aucun des ressorts du roman d’épouvante rebondissant d’une séquence dramatique à une épreuve plus terrifiante encore : chevaux dévorés, cadavres de cavaliers...

12Horreur, fureur, panique, angoisse, ces leitmotive affligeants donnent l’alarme tout au long du récit, multiplient les mauvais pas et acculent les personnages à des situations extrêmes. Nous sommes bien là dans l’esprit et le style de Vie et aventures de Robinson Crusoé. La vallée pyrénéenne est la métaphore de l’île où le naufragé luttait pour sa survie aux prises avec l’adversité la plus accablante qui fût. Tous les éléments sont réunis pour rendre l’équipée de Robinson la plus tourmentée, la plus désorientée possible : confusion dérive, sentiments d’enfermement et d’anxiété, incertitude des lieux, dangers oppressants. Defoe utilise tous les artifices du genre. Il était, on le sait, un publiciste remarquable. 11 disposait d’une documentation abondante et précise. L’intermède de l’ours dans l’arbre, la lutte contre les loups dans la neige figuraient dans les différentes chroniques publiées aux XVIe et XVIIe siècles. Defoe connaissait vraisemblablement les lettres écrites en 1667 par le Grand Maître des Eaux et Forêts, M. de Froidour, parues dans Les Pyrénées centrales au XVIIe siècle.

13Ce pays qu’il décrit comme un lieu "sauvage et isolé" était en réalité parmi les plus industrieux des Pyrénées. La peste de 1653-54 l’avait certes décimé, mais une génération après, l’administration royale avait établi son emprise sur l’esprit d’indépendance des montagnards et développé l’économie locale. Par les deux Nestes et leurs multiples affluents convergeait une vie active groupée autour d’Arreau et de Sarrancolin en une communauté de hameaux et de villages relativement denses. Et cependant, on nous dit que Robinson et sa suite mettent deux jours et deux nuits à descendre la vallée sans rencontrer âme qui vive. Defoe semble avoir choisi de représenter son personnage tel que nous l’imaginions dans les précédentes aventures, livré sans secours "au voyage le plus insensé qui fût jamais entrepris". Bois, clairières, défilés rocheux balisent son cheminement, il est vrai de façon confuse, par une succession de prépositions d’ordre topologique (vers, à travers, dans, entre, devant...). Par contre la configuration physique du pays est assez correctement rendue : "ayant descendu le côté des montagnes qui regarde la Gascogne, nous étions rentrés dans une immense forêt dont le sol plat était rempli de clairières parsemées d’arbres" (471).

14En effet, au sortir des montagnes, la vallée de la Neste d’Aure présente une succession de petits bassins formés par des verrous rocheux. Ainsi à Cadéac où le pont de pierre reliant la rive droite, le "cami bielh", ne fut bâti qu’en 1710. Ainsi, plus vers l’aval, à Rebouc présenté dans le texte comme un "lieu dangereux dont nous parlait notre guide... une petite plaine environnée de bois de tous les côtés, et un long et étroit défilé où il fallait nous engager pour gagner le village, notre gîte" (475). Le guide blessé n’avait en tête que cette destination à une lieue à peine de ce passage périlleux. Le texte le confirme : "une heure après, nous arrivâmes à l’endroit où nous devions loger. Nous y trouvâmes la population pleine d’effroi et sous les armes car la nuit d’auparavant, les loups et quelques ours s’étaient jetés dans le village et y avaient porté l’épouvante" (481-2).

15Le récit enchante la géographie. Il s’inscrit en filigrane dans le paysage réel et la lecture alternée de l’un à l’autre décalque un itinéraire dont le tracé n’est pas partout évident. Defoe est-il venu dans les Pyrénées ? Nous avons bien des raisons de penser qu’il ne les a pas inventées. Toutefois, à la recherche de Defoe, c’est toujours Robinson que nous rencontrons. Au moment de saisir la vérité, le rêve nous rattrape. Faut-il dire avec Valéry que "le songe est savoir" ? Robinson est un songe, celui dont s’émerveillait un autre poète, Charles-Louis Philippe : "Maintenant je suis triste, perce que je sais que vous n’avez jamais existé". Defoe aurait pu le rassurer, "il n’y a pas de circonstance dans le récit imaginaire qui ne soit une allusion à l’histoire exacte". Il demande au lecteur l’honnêteté de le croire en raison de l’honnêteté qu’il a mise, lui, à rapporter les faits. Et il ajoute dans ses Réflexions sérieuses, que s’il devait en être autrement, il l’invite à retourner chez le libraire qui "avec (son) assentiment devrait lui rendre son argent". Satisfait ou remboursé : une logique de commerçant, que Defoe ne cessa d’être toute sa vie ; une vie déconcertante, aventureuse et passionnée qui lui valut quelquefois le reproche de mystificateur.

16Ne doutons pas pour autant de sa sincérité. Avec lui, dès 1719, les Pyrénées apparaissent dans la littérature anglaise : un profil plus qu’un tableau, esquissé à main levée d’un trait discontinu, mais assez appuyé par endroits pour nous convaincre. Nous ne pouvons pas cependant nous affranchir du rêve. Nous l’avons déjà dit : sur les pas de Defoe c’est Robinson que nous découvrons. Les paysages muent. Au pays précis se superposent des lieux d’errance. L’écriture nous accompagne et nous conduit au delà du réel, le regard voyageur, à travers les vallées de Gistaïn et du Rioumajou que Russell décrivait comme "les plus alpestres, les plus boisées et les plus séduisantes de la chaîne des Pyrénées".

17Voici que s’avance sur nos terres pyrénéennes un héros d’aventures. Il a traversé trois siècles. Il éclaire notre chemin et révèle dans l’imaginaire de son passage un des plus émouvants visages de nos Pyrénées.

Top of page

Notes

3 Henry Russell, "Exploration du Sud-Est du Sud du Néthou", Les Grandes heures du Club Alpin Français, tome I (1874-1879, Sirius, 1983).

4 The Complete English Tradesman, 1725.

5 Daniel Defoe, Vie et aventures de Robinson Crusoé. Traduction de la Bibliothèque de la Pléiade (1959, Paris : Folio, 2005) 465. Toutes les citations du roman sont extraites de cette édition.

6 Patrice de Bellefon, Itinerrance pyrénéenne (Paris : Denoël/Marrimpouey, 1980).

7 Daniel Defoe, Réflexions sérieuses de Robinson Crusoé (Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1959).

Top of page

References

Bibliographical reference

Joseph Ribas, « Les Voyages et aventures de Daniel Defoe comme inspiration de la traversée des Pyrénées de Robinson Crusoé », Caliban, 23 | 2008, 141-145.

Electronic reference

Joseph Ribas, « Les Voyages et aventures de Daniel Defoe comme inspiration de la traversée des Pyrénées de Robinson Crusoé », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 17 August 2017. URL : http://caliban.revues.org/1200 ; DOI : 10.4000/caliban.1200

Top of page

About the author

Joseph Ribas

Ecrivain pyrénéiste, Joseph Ribas a écrit de nombreux livres sur les Pyrénées, en particulier sur le Canigou et les Pyrénées catalanes. Il est aussi l’auteur de Robinson Crusoé dans les Pyrénées.1 Il est l’initiateur de la création dans les Pyrénées d’un tracé de randonnée pédestre transfontalier, "sur les pas de Robinson par l’association ARAMIP. Il a réalisé une interview de Michel Serres parue dans Pyrénées2.

1. Joseph Ribas, Robinson Crusoé dans les Pyrénées (Portet-sur-Garonne : Editions Loubatières, 1995).

2. Pyrénées-Bulletin pyrénéen (n° 2, 2003 ; n° 2, 2004).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org