Skip to navigation – Site map
Deuxième partie : Voyages horizontaux et voyages verticaux

Pyrénées, vers un millénaire de présence anglaise

Robert Aymard
p. 135-140

Abstract

Pyrenean place names keep alive the memory of almost a thousand years of English presence: from Edward I, an English king who was also Duke of Aquitaine (as well as the grandson of Henry II Plantagenet of Anjou and Eleanor of Aquitaine) to summit conquerors such as Lady Lister, Charles Packe and Lord Henry Russell-Killough in more recent times

Top of page

Full text

  • 1 Robert Aymard, Les Pyrénéens au Miroir de leur Toponymie, 5 vol : I - Toponymie pyrénéenne ; II - A (...)

1J’ai choisi de mettre à profit mes travaux sur la toponymie des deux versants des Pyrénées1 pour y recueillir les témoins de la présence anglaise depuis les temps médiévaux.

2Pour cette recherche, s’offrent trois domaines : toponymique, patronymique, historique. Quant aux deux premiers, nous savons hélas que la toponymie et la patronymie ne peuvent guère présenter de formes anglaises avant l’époque moderne, pour plusieurs raisons.

3Tout d’abord, le français demeure langue officielle en Angleterre jusqu’après 1340. Avant l’essor d’Oxford en 1167, les étudiants anglais fréquentent la Sorbonne. D’autre part, depuis Guillaume le Conquérant, on parle dans l’ouest le gallois, langue celtique.

4Cependant, dans le sud-est prévalent les dialectes anglien et saxon du "moyen anglais", middle English. Henri II Plantagenet n’institua-t-il point cet anglais comme langue juridique, et l’an 1086 ne vit-il pas la réalisation du cadastre Domesday Book ? Quant à la monnaie, n’est-elle pas, dans les textes, la libra sterlinga ?

5Assurément. Mais en Gascogne, les Anglais de souche sont peu nombreux.

  • 2 L’ouvrage fondamental en ce domaine est celui du regretté chartiste Jean-Paul Trabut-Cussac, mort e (...)

6De 1154 à 1399, les princes d’Angleterre appartiennent à la maison d’Anjou. Les actes de leur duché de Gascogne sont rédigés en latin, parfois en gascon. Edouard Ier, angevin, provençal par sa mère et neveu de Gaston de Béarn, s’exprime en français et aussi en oc. A part les gouverneurs et quelques cadres anglais, les effectifs de l’administration comme de l’armée sont gascons et parlent gascon.2 Le célèbre Talbot que Jeanne d’Arc combattit et qui perdit en 1453 l’ultime bataille de Castillon n’était-il point gascon ?

7Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner de l’absence totale dans les Pyrénées de toponymes ou de patronymes anglais avant le XVe siècle ou au-delà.

  • 3 Joan Corominas, a aussi proposé un germanique wig-bern, Bern étant fort usité en patronymie.

8Un exemple. Contre toute vraisemblance historique, on a voulu assigner une ascendance anglaise au nom de personne Biberne, relevé à Lées en 1385 dans le Dénombrement des feux de Béarn par Gaston Fébus. Malheureusement, ce patronyme est déjà mentionné Viverna dans le cartulaire de Lucq au XIe siècle. Il ne peut donc être anglais. On peut y voir le germanique Biber(n) "castor", issu de l’indo-européen *bebhr, en français bièvre, anglais beaver3.

  • 4 Roger de Leyburn, ancien compagnon et lieutenant d’Edouard réalisa ainsi en 1270 un projet de son m (...)

9Nous savons que les rares toponymes anglais identifiés en Aquitaine sont le landais Hastingues évoquant Hastings, l’agennais Nicole dérivé de Lincoln, le nom de la bastide de Libourne fondée par Roger de Leyburn.4 En revanche, n’est pas anglais le Cap "Breton", embouchure de l’Adour jusqu’en 910, sans doute ancien poste côtier britto-romain. Négligeons de même le toponyme Saint Albi ou Aubin, honorant, par exemple près du Mas d’Azil, ce moine breton de famille anglaise qui, en 529, devint évêque d’Angers.

10Pourtant, la crête des Pyrénées détient depuis 1288 un toponyme étrange conservant le souvenir d’un prince héritier du trône d’Angleterre, qui, pendant plus de 50 ans, aima nos montagnes, y séjourna, y noua de fortes amitiés, les parcourut, les traversa pour s’unir à vie, dans le ravissant couvent de Las Huelgas à Burgos, à l’infante Aliénor de Castille. J’ai nommé Edouard Ier.

11Le destin avait voulu que, deux générations plus tôt, une première Aliénor, sa grand-mère, duchesse de Poitou, épousée à 15 ans puis répudiée par Louis VII, en s’unissant au duc d’Anjou devenu roi d’Angleterre, lui offrît une grosse moitié de la France culminant aux Pyrénées.

12Entendons-nous bien. Nous ne devenons pas Anglais. On a parlé d’occupation. Quelle bévue : durant deux siècles et demi, de 1154 à 1400, les Anjou-Plantagenet sont restés, en Aquitaine, nos seigneurs naturels, français, même s’ils détenaient par ailleurs la couronne d’Angleterre.

  • 5 Pierre de Marca, Histoire de Béarn, VII, IV.
  • 6 Marca, Histoire de Béarn, VII, IV ; Matthieu Paris, Historia major Angliae, f° 575.
  • 7 Marca, Histoire de Béarn, VII, II ; Mat. Pâris, op. cit., f° 837.
  • 8 Registre bordelais : *Regestum Constabulariæ Burdegalensis, f° 152.

13Sans doute, le cartulaire de Lescar dit en 1205 que Rex Castello contendebat cum rege Anglioe pro Vasconia, "le Roi de Castille disputait la Gascogne au roi d’Angleterre".5 Semblablement, le moine chroniqueur anglais Matthieu Paris dit qu’en 1242 Gaston de Béarn et sa mère, mulier proe grossitudine monstruosa, s’installent à Bordeaux aux frais d’Henri III, ruinant l’Angleterre cupidine sterlingorum.6 Dix ans plus tard, Gaston ravage la Gascogne, affamant Bordeaux, ut plus Regent Anglorum infestaret,7 ce qui lui vaut une excommunication par l’évêque de Bordeaux8 au motif que "charissimus filius in Christo noster Rex Angliae" s’est engagé pour la Croisade en Terre Sainte.

14Oui, les Gascons savent fort bien que leur duc d’Aquitaine, tenant cour à Bordeaux, est aussi roi d’Angleterre. Ce qui leur importe, c’est que, durant trois siècles, ces ducs accorderont à leurs cités des chartes libérales et une prospérité que, dès 1452, le roi de France Charles VII anéantira.

  • 9 Marca, Histoire de Béarn, VII, XVII ; Regestum Constabulariæ Burdegalensis, 1273.

15C’est justement avec Edouard Ier que s’ouvre cette remarquable période de relations mutuelles. Dès 1253, son père Henri III lui confie cette Gascogne plutôt turbulente. Il va se passionner pour son duché. Il entretient d’abord une solide amitié avec Gaston de Béarn. Puis, en 1254, les Registres de Bordeaux9 nous rappellent son alliance avec la Castille dont le roi Alphonse, devenant son beau-père, décharge le Béarn de toutes servitudes. Cette politique d’entente cordiale avant la lettre restera un trait dominant de ce prince.

  • 10 Edifiée par Gaston Centulle III de Béarn vers 1175, Histoire de Béarn, 651.
  • 11 Annuaire de N.D. de Sarrance, 1977, 16.

16Au cœur des Pyrénées, il multipliera les contacts et les déplacements au point de susciter la jalousie de son suzerain le roi de France. Il compte parmi ses amis Bernard d’Aure, qui tient la forteresse d’Albespin, toujours dressée à Vidalos près de Lourdes.10 En 1261, il fait plier Auger de Mauléon, vassal de son oncle Gaston VII de Béarn11 lequel est aussi oncle de quatre reines, de France, d’Angleterre, d’Allemagne, de Sicile.

  • 12 Marca, Histoire de Béarn, VII, XVII-XIX.
  • 13 Regestum Constabulariæ Burdigalensis ; Tabularium Palense ; Guillaume de Nangis, Chronique des Rois (...)

17Edouard n’oublie jamais son duché du pied des Pyrénées. C’est pendant son retour de Croisade, où il a vaillamment combattu, sous Acre notamment, qu’il apprend, en 1272, le décès de son père et devient roi d’Angleterre. Il regagne alors directement la Gascogne12 pour régler un conflit momentané avec Gaston VII et renouer avec lui leurs rapports amicaux.13

  • 14 Marca, Histoire de Béarn, IX, XIII.
  • 15 Archives de Pau, E36/201, 62, cité dans Ann. de ND de Sarrance 1977, 18-19.

18En 1285, il parvient à rétablir dans ses droits la fille de Gaston, Constance, à laquelle Laure de Turene, sœur d’Esquivat de Bigorre, dispute ce comté.14 En 1288, étant en Béarn avec sa cour, le roi Edouard accomplit aux sources du Uhaitz Handia, aujourd’hui le Saison, avec son épouse castillane, qui lui donnera 15 enfants, un pèlerinage au monastère bénédictin de la célèbre martyre espagnole Sainte Engrâce, auquel la reine et les dames de la cour offrent sept nappes d’autel tissées d’or par leurs soins.15

19Edouard s’est épris de nos montagnes. Il loge volontiers en vallée d’Aspe chez Arnaud d’Arudy à Etsaut, ou au prieuré de Laxé à Accous. Le sanctuaire de N.D. de Sarrance, doté de privilèges en 1140 par Innocent II, reçoit sa visite.

  • 16 Lucien Labarère, Annuaire de ND de Sarrance, 1972.

20Il est estimé des gens, connaît l’étroit défilé de la Pène d’Escot et le vieux chemin pavé qui monte toujours au plateau de Peyranère, apud Petram nigram,16 sous le Somport. Il y fraternise avec les bergers et loge volontiers à l’ancien hospice, annexe de Sainte-Christine.

  • 17 Marca, Histoire de Béarn, VII, XXVIII. Pièces anglaises relatives à cette affaire dans Treaty Rolls (...)
  • 18 Trabut-Cussac 84, 87s. Labarère, Annuaire de N.D. de Sarrance, 1977.
  • 19 Trabut-Cussac, 90s. Public Record Office of London, Ε 101/152/5, m. 1. Labarère, Ann. de ND de Sarr (...)

21C’est alors qu’il va laisser dans la toponymie pyrénéenne la mémoire d’un exceptionnel acte de pacification entre France et Aragon. En effet, après les horribles Vêpres siciliennes, le roi d’Aragon avait fait prisonnier Charles, fils de Charles d’Anjou roi de Naples frère de saint Louis.17 Edouard s’entend alors avec Gaston, souverain du Béarn, pour tenter une réconciliation. En 1287, il s’installe à Oloron et Gaston y invite le roi d’Aragon Alphonse III pour des pourparlers posant le principe d’une rançon.18 Enfin, en 1288, se tient au Somport une rencontre où Charles, dont Edouard cautionne la rançon, est libéré.19

  • 20 Ibor Garcia, Luis, in Estafete Jacobea, Amigos del Camino de Santiago (Pamplona, n° 22, 1996) 68-70 (...)

22Edouard a fait somptueusement les choses. A grand renfort de mulets, il a fait dresser sur la frontière un camp magnifique, réouvert l’an suivant pour le règlement définitif. C’est ce camp, précurseur des salons de Russell au Vignemale, qui va passer à la postérité sous le nom de Camp d’Anjou. Les Aragonais, qui chuintent le « j », en ont fait Candanchu. Les skieurs dessinant leurs arabesques sur les pistes de cette station réputée savent-ils qu’ils héritent des deux Anjou, le provençal et l’anglais ?20

  • 21 Trabut-Cussac 9.
  • 22 Marca, Histoire de Béarn. VII, XXX, XI.

23Je ne saurais cacher mon admiration pour cette noble figure d’Edouard Ier. C’est un prince valeureux autant que généreux, stratège aussi redoutable qu’attentif aux besoins de ses sujets, aimant la montagne à l’égal des futurs pyrénéistes. Dans la magnifique histoire du Duché de Gascogne du chartiste Jean-Paul Trabut-Cussac, frappé à mort à la Casa Velásquez, je relève cet éloge :"Edouard administra le pays gascon avec toute l’attention que porte un père au gouvernement d’un enfant difficile".21 C’est à cet homme de cœur qu’avant de mourir, Gaston de Béarn, malgré leurs différends, confia son testament.22

24Hélas, bientôt les terribles ravages perpétrés de Bordeaux à Béziers par son descendant le Prince Noir, et les dévastations de la Guerre de Cent ans vont sonner le glas de la bonne entente entre la dynastie angevine d’Angleterre et ses administrés gascons.

  • 23 L.-A. Lejosne, Dictionnaire Topographique des Hautes-Pyrénées, 1865 (Edition Aymard, Pau, 1992) 13, (...)

25Alors, notre toponymie va faire mémoire d’un autre genre de relations. En 1389, les Livres des Hommages de Tarbes, de Pau, de Toulouse nous transmettront, à propos de tant de localités comme Bernède, Astuguevieille, Hourquet, Bouilh-darré..., le douloureux faire-part "Locus destructus per Anglicos".23

26Le Béarn sera dirigé, de 1343 à 1391, par un homme énergique, Gaston Fébus, qui, en pleine guerre franco-anglaise, réussira à maintenir sa neutralité entre les souverains antagonistes.

27Mais en Bigorre, de 1259 à 1292, et depuis le traité de Brétigny de 1360, le château de Lourdes est anglais. En fait, aux mains de compagnies de pillards anglais et gascons rançonnant tout le comté. A Luz en Barège, le château Sainte-Marie, aujourd’hui ruine romantique, est aussi en leur pouvoir. Pour échapper à leurs exactions, les cités bigourdanes ont dû se résigner à Tarbes en 1379 à leur verser tribut. Ce n’est qu’en 1404 que l’armée royale ayant franchi le col du Tourmalet, aidée par les Barégeois et les Lavedanais, leur arrache le château Sainte Marie. Celui de Lourdes tombe deux ans plus tard après un siège prolongé.

28Après cela, les Pyrénées vont-elles oublier les Anglais ?

29Leur toponymie dit "non".

30De fait, en 1695, un Anglais traverse la chaîne, en son centre, au cœur de l’hiver. Son nom ? Robinson Crusoe.

  • 24 Voir notamment : Balcells-Rocamora E. dans Estudios geográficos, n° 153, 1978 ; Cuadernos de Invest (...)

31Que Daniel Defoe ait dérouté son héros, l’hiver, de Pamplona vers le centre des Pyrénées ne me surprend aucunement. Par le regretté docteur Balcells Rocamora, fondateur à Jaca de l’instituto Pirenaico de Ecología, je savais que l’influence océanique s’arrête sur le Gállego et que, plus à l’Est, prévaut l’influence méditerranéenne.24

32Ce qui m’intrigue dans l’aventure de Robinson, sur lequel Joseph Ribas a écrit avec bien plus de compétence, c’est l’aspect toponymique.

33Car, dans son récit, les Pyrénées sont singulièrement absentes. Defoe ne cite pas un lieu, pas un paysage. Son vocabulaire se limite à "bois, clairières, rochers". De la voie des Pyrénées centrales, la Ténarèse, in itinere Coesaris, de son temps si fréquentée et carrossable, des vallées et villages, des torrents et pâturages, si typiques et fascinants, il n’a rien vu. Au reste, son propre nom, qu’on eut pu rapprocher des Duffo répandus en Aure, ne leur doit rien. C’est celui de son père hollandais, Foe, qu’il précéda d’une particule.

34Voyons donc comment, selon la toponymie, cet Anglais de Hollande eut pu conter le franchissement hivernal des Pyrénées par Robinson.

35Gagnant par les rives pierreuses du rio Cinca, semées de chênes-verts, les sierras extérieures aux fragrances balsamiques, ses voyageurs eussent d’abord découvert, depuis la tour d’Abizanda, et plus encore de la forteresse de Samitier dominant l’horizon, le spectacle grandiose de la chaîne éclatante de blancheur, culminant aux Tres Sorores et à la Maladeta par-delà les vagues pressées des crêtes successives.

36Ils auraient fait halte sur l’envoûtante place comtale de la citadelle d’Ainsa, capitale antique du Sobrarbe aux demeures chaleureusement accueillantes. Ils eussent alors parcouru la large plaine dominée par l’olympienne Peña Montañesa. Délaissant la voie préhistorique grimpant au dolmen de Tella, ils auraient emprunté l’étroit défilé de Las Devotas qu’ouvrirent les soeurs de Badain. Longeant la rivière rugissante entre des murailles laissant à peine entrevoir le ciel, dans un monde alterné de sombres sapinières et de pentes ensoleillées, ils empruntaient alors le val de Gistain.

37Alors éclate la défaillance de Defoe. Car cette route Ténarèse, alors en pleine activité, était desservie, de part et d’autre des monts, par les toujours actuels Hospital de Gistain et Hospice de Rioumajou, haltes incontournables dont il ne souffle mot, reliées soit par le Puerto de Plan, soit, 125 mètres plus bas, par le Paso de los Caballos et le Puerto de Urdiceto.

38Si, ensuite, Robinson dut progresser de forêt en forêt dans un val infesté de loups avant d’atteindre un village sauveur, c’est dans ce long parcours sur la rive du Rioumajou, sous les sapinières de l’Hôpital, de Sonère, de Lapiarre, aux rares clairières, débouchant enfin sous les murs et la citadelle de Tramezaïgues.

39Après quoi, ils découvraient la large plaine auroise aux nombreux villages, Saint-Lary, Vignec, Vielle, Cadéac, halte sur cette voie de Saint-Jacques, dont le porche du sanctuaire enjambe toujours la nationale. Dès lors, ils étaient sauvés. Par Arreau, Sarrancolin et son monastère, La Barthe, Tuzaguet, ils débarquaient sur la route de Toulouse.

40Le silence de Defoe sur tant de lieux reste inexplicable.

41Avec l’époque moderne s’inscrivent dans la toponymie pyrénéenne d’autres souvenirs d’OutreManche.

42Six ans avant la parution de Robinson Crusoë, voici à Ustaritz, dans les Pyrénées basques, une Croix des Anglais portant la date 1713. Quoique, à Ustaritz, on semble avoir oublié le motif de cette commémoration, elle se réfère manifestement au traité d’Utrecht signé cette année-là, mettant fin à la Guerre de Succession d’Espagne, et par lequel Louis XIV livre à l’Angleterre l’Acadie, la baie d’Hudson, Terre-Neuve.

43A l’autre bout de la chaîne, je relève à Vernet-les-Bains une Cascade des Anglais. Ce nom vient de ce que, à la suite de la guérison par ses eaux thermales du fils du pacha Mehmet Ali en 1846, les Anglais affluèrent, par train direct depuis Londres. Rudyard Kipling y séjourna en 1910 et y écrivit notamment : "Pourquoi neige-t-il à Vernet ?". De plus, Vernet s’enorgueillit du seul monument célébrant l’Entente cordiale.

44Outre ces deux sites, mes travaux m’ont révélé dans la Toponymie Pyrénéenne quatre noms de pyrénéistes anglais.

  • 25 Ann Lister, Journal manuscrit (1817-1840) à la bibliothèque d’Halifax ; cf. Maury, Luc, "Ascensions (...)

45Un col entre Vignemale et Cerbillona porte le nom de Lady Lister. Honneur au peuple ayant suscité une femme si courageuse. Nous ne sommes qu’en 1838, le 7 août. Ann Lister s’apprête à conquérir les 3298 m du Vignemale avec le guide Cazaux, lorsqu’elle apprend que le prince de la Moskowa, fils du maréchal Ney, s’apprête à le gravir. Non, Napoléon ne vaincra pas l’Angleterre. Affrontant un temps maussade, elle part avant lui ; parvient à la cime, et dépose dans une bouteille le constat de sa victoire. Le prince atteint le sommet 4 jours plus tard. Il se proclame vainqueur, n’ayant pas vu la bouteille. Cazaux la lui avait cachée et Lady Lister dut l’obliger à signer une déclaration en bonne et due forme attestant sa conquête.25

46La France aura sa revanche. Les 3144 m du Balaïtous sont gravis le 15 septembre 1864 par Charles Packe, avocat anglais fils d’officier. (Beraldi, t. III, 41 s) Il s’y croit le premier. Mais il a la surprise d’y découvrir les vestiges du campement des officiers géodésiens Peytier et Hossard qui, dès l’an 1826, date de sa propre naissance, y avaient séjourné dans des conditions épouvantables, non pour une brève excursion, mais pour un labeur de plusieurs jours. (Beraldi, t. I, 193 s) Néanmoins, une vire de cette cime porte le nom de Boulevard Packe.

47Il existe aussi, sous le col de Rabiet, aux flancs sauvages du Néouvielle occidental, le robuste Refuge Packe dont j’ai pu apprécier l’utilité, voici 70 ans.

48Mais le plus grand accapareur de toponymes reste Lord Henry Russell-Killough qui, le 11 février 1869, fit la conquête hivernale du Vignemale (Beraldi, t. III, 99) et s’en rendit locataire en titre par un bail de 99 ans. Sous son nom figurent, dans la Maladeta un pic, une brèche, un glacier, un canal, un lac, un barranco Russell (Beraldi, t. III, 49), au Balaïtous une autre brèche Russell, enfin sous l’Ardiden le très précieux Refuge Russell.

49Seigneur des Pyrénées, le comte Russell ira jusqu’à en modifier la toponymie. Pour faire plaisir à son ami Packe, il prit la liberté de baptiser de son nom le lac aragonais Fechan, mot désignant une "bande herbeuse". (Beraldi, t. III, 50)

50A cela ne se borna pas la toponymomanie de Russell. Subissant avec le guide Sarrettes, le 19 juin 1867, au pied de la Quijada de Pondiellos (3087 m) une tempête infernale la nuit précédant son ascension, il donna à cette cime le surnom de pic d’Enfer, Infierno à l’espagnole. Pourtant, le terme Quijada "mâchoire" exprime à la perfection la forme de ce sommet. (Beraldi, t. III, 77 s)

51A Russell encore sont dues les qualifications du pic des Tempêtes à l’orient de l’Aneto, du Vallon Bleu glacé et voisin, du proche col des Bouquetins, de la crête des Druides, vision lyrique d’une paroi du Marboré, sans parler de la fameuse villa Russell qu’il fit creuser au ras du glacier du Vignemale pour y tenir chambre et salon. (Beraldi, t. IV, 86 ss. ; t. V, 32 s)

52Encore un toponyme anglais, le couloir Swann. Le héros fut un jeune ami de Russell, hussard de la princesse de Galles, qui, le 16 septembre 1885, surmontant des difficultés inouïes, vainquit le couloir enneigé séparant à Gavarnie les deux cimes de l’Astazou. (Beraldi, t. V, 123 s)

53Voilà ce que j’ai pu retrouver dans notre toponymie de bientôt dix siècles d’histoire anglo-pyrénéenne. Ces reflets du passé sont émouvants, car ils nous montrent que la nature n’oublie pas les noms qui lui ont été confiés et que, par-delà le temps, elle peut faire revivre à nos yeux ceux qui ont su entretenir avec elle un échange d’amour.

Top of page

Notes

1 Robert Aymard, Les Pyrénéens au Miroir de leur Toponymie, 5 vol : I - Toponymie pyrénéenne ; II - Atlas toponymique ; III - Pyrénées sacrées ; IV - Peuples des Pyrénées ; V - Toponymes pyrénéens (répertoire général), Uzos, 1991-2000 ; également, Hydronymie des Pyrénées, Hydronymie de l’Aude, Noms de lieu des H.-P. ; Noms de lieu de l’Aude, ouvrages sur le Lavedan, l’Aude, la Navarre, l’Aragon, l’Aran, etc.

2 L’ouvrage fondamental en ce domaine est celui du regretté chartiste Jean-Paul Trabut-Cussac, mort en 1966 d’une agression à la Casa Velasquez : L’Administration anglaise en Gascogne sous Henri III et Edouard I. de 1254 à 1307 (Droz, Genève, 1972) publié, quoique posthume, par la Société de l’Ecole des Chartes. L’écrasante prépondérance des effectifs gascons dans l’administration du duché y est mise en relief notamment aux pages 204, 205, 213, 225, 280s...

3 Joan Corominas, a aussi proposé un germanique wig-bern, Bern étant fort usité en patronymie.

4 Roger de Leyburn, ancien compagnon et lieutenant d’Edouard réalisa ainsi en 1270 un projet de son maître, avant de le rejoindre au départ d’Aigues-Mortes pour la Croisade. Il mourut en 1271.

5 Pierre de Marca, Histoire de Béarn, VII, IV.

6 Marca, Histoire de Béarn, VII, IV ; Matthieu Paris, Historia major Angliae, f° 575.

7 Marca, Histoire de Béarn, VII, II ; Mat. Pâris, op. cit., f° 837.

8 Registre bordelais : *Regestum Constabulariæ Burdegalensis, f° 152.

9 Marca, Histoire de Béarn, VII, XVII ; Regestum Constabulariæ Burdegalensis, 1273.

10 Edifiée par Gaston Centulle III de Béarn vers 1175, Histoire de Béarn, 651.

11 Annuaire de N.D. de Sarrance, 1977, 16.

12 Marca, Histoire de Béarn, VII, XVII-XIX.

13 Regestum Constabulariæ Burdigalensis ; Tabularium Palense ; Guillaume de Nangis, Chronique des Rois de France, fin XIIIe s. ; Thomas de Walsingham, Historia Anglicana, fin XIVe s.

14 Marca, Histoire de Béarn, IX, XIII.

15 Archives de Pau, E36/201, 62, cité dans Ann. de ND de Sarrance 1977, 18-19.

16 Lucien Labarère, Annuaire de ND de Sarrance, 1972.

17 Marca, Histoire de Béarn, VII, XXVIII. Pièces anglaises relatives à cette affaire dans Treaty Rolls, I, n° 189-206.

18 Trabut-Cussac 84, 87s. Labarère, Annuaire de N.D. de Sarrance, 1977.

19 Trabut-Cussac, 90s. Public Record Office of London, Ε 101/152/5, m. 1. Labarère, Ann. de ND de Sarrance, 1978.

20 Ibor Garcia, Luis, in Estafete Jacobea, Amigos del Camino de Santiago (Pamplona, n° 22, 1996) 68-70 ; cf. Laborde-Balen, Louis, Le Somport des Romains au Tunnel (Biarritz, 1996) 94 s.

21 Trabut-Cussac 9.

22 Marca, Histoire de Béarn. VII, XXX, XI.

23 L.-A. Lejosne, Dictionnaire Topographique des Hautes-Pyrénées, 1865 (Edition Aymard, Pau, 1992) 13, 28, 34, 85...

24 Voir notamment : Balcells-Rocamora E. dans Estudios geográficos, n° 153, 1978 ; Cuadernos de Investigacion Geográfica, n° 9, 1983, 41-82. ; "Valle del Aragón de Canfranc", Pirineos, n° 125, 1984, 117-140 ; Estudios sobre la montaña, León, 1987, 193-248 ; etc.

25 Ann Lister, Journal manuscrit (1817-1840) à la bibliothèque d’Halifax ; cf. Maury, Luc, "Ascensions au Vignemale" (Pyrénées, n° 80, novembre 1969) 270-280, et Beraldi, Henri, Cent ans aux Pyrénées, 7 vol. (Pau, 1898-1904) t. II, 78 s.

Top of page

References

Bibliographical reference

Robert Aymard, « Pyrénées, vers un millénaire de présence anglaise », Caliban, 23 | 2008, 135-140.

Electronic reference

Robert Aymard, « Pyrénées, vers un millénaire de présence anglaise », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 19 October 2017. URL : http://caliban.revues.org/1190 ; DOI : 10.4000/caliban.1190

Top of page

About the author

Robert Aymard

Ecrivain pyrénéiste, Société Française d’onomastique

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org