Skip to navigation – Site map
Première partie : Montagnes poétiques et esthétiques

"Under Ben Bulben" : la montagne chez W.B. Yeats ou la rencontre du moi et du Soi

Michel Dufour
p. 93-101

Abstract

Though it is not generally considered one of Yeats’s main symbols, the mountain occurs frequently in his poetry, particularly in the last poems. By focusing on “Under Ben Bulben”, Yeats’s concluding poem, and by comparing various mountains in Yeats’s work – Oriental and Western, Italian and Irish – this article analyses the mountain as the place where the ego encounters a wider psychological dimension, the (Jungian) Self. Minimalist and conceptual, the Yeatsian mountain is reduced to archetypal forms related to the geometry described in A Vision, Yeats’s metaphysical treatise. Rooted in Irish mythology, and rising into a spiritualist ethereal world, the mountain conjoins different symbolic strata, allowing an intellectual and spiritual ascent. The article shows how, by drawing on multiple traditions and unifying them aesthetically into a complex symbol, the poet strives to embody the universal voice of the Self

Top of page

Full text

  • 1 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, Peter Allt and Russel K. Alspach eds. (New York: M (...)

1Lorsqu’on pense aux principaux symboles de Yeats, la montagne ne vient pas spontanément à l’esprit. On dénombre cependant soixante-dix occurrences du mot "mountain" dans la poésie alors que le mot "tower", assurément un des symboles les plus importants et sur lequel Yeats a abondamment écrit, n’apparaît que trente huit fois. La montagne est, de plus, éminemment présente dans les derniers poèmes : dans "The Black Tower", le dernier poème écrit par Yeats, et dans "Under Ben Bulben", considéré comme son testament poétique, qui clôt les Last Poems dans l’édition Macmillan et qui se termine par l’épitaphe qui figure sur la tombe du poète enterré au pied du Ben Bulben dans le cimetière de Drumcliff : "Cast a cold eye / On life, on death. / Horseman, pass by".1

2Le vocabulaire employé pour parler de cette montagne qui domine la ville de Sligo traduit l’intimité, voire l’identification, du poète avec le Ben Bulben : "Ben Bulben’s back" (dans "The Tower"), "Ben Bulben’s head" (dans "Under Ben Bulben"). Ces termes, employés couramment à propos de la montagne, sont empruntés au registre humain. De même le toponyme "Ben Bulben" fait aisément penser à un patronyme, ce qui tend à personnifier une montagne associée à l’enfance du poète dans "The Tower" et à sa mort dans "Under Ben Bulben". L’idée d’ascension lie le point de départ, la naissance, et le point d’arrivée, la mort, avec finalement dans la dernière strophe de "Under Ben Bulben" la redescente depuis le sommet de la montagne jusqu’à la tombe du poète avec un effet cinématographique de panoramique vertical et de zoom. C’est aussi l’idée d’ascension qui rapproche la montagne de la tour dont Yeats se plaît à gravir l’escalier ancestral débouchant symboliquement sur une pièce vide, et sur des créneaux en ruine d’où il contemple la campagne environnante. L’ascension de la montagne débouche elle aussi sur un univers dépouillé, que souligne l’adjectif "bare", le plus souvent employé pour qualifier une montagne à peine décrite. La montagne reste associée au sublime et le roc à l’héroïsme et Yeats a précisément retenu cet aspect rocailleux, dénudé, froid et austère en affinité avec la tragédie et l’héroïsme, renforcé par l’idée d’élévation, le héros s’élevant au-dessus des autres humains. Ainsi Deirdre, héroïne tragique, s’écrie-t-elle dans la pièce éponyme :

  • 2 The Collected Plays of W.B. Yeats (London and Basingstoke : Macmillan, 1952) 186.

These jewels have been reaped by the innocent sword
Upon a mountain, and a mountain bred me;
But who can tell what change can come to love
Among the valleys? I speak no falsehood now.
Away to windy summits, and there mock
The night-jar and the valley-keeping bird!
2

3La reine exprime son orgueil par l’image de la montagne au sommet battu par les vents qu’elle oppose à la vallée abritée. Elle se considère fille de la montagne, laquelle lui confère sa grandeur. La conquête de la montagne peut être envisagée comme une inflation de l’ego de celui qui la gravit. On ne peut ignorer cette dimension dans un poème comme "Under Ben Bulben" dont le ton solennel et sentencieux donne du poète l’image d’un prophète qui profère d’outre-tombe des injonctions à ses frères poètes et artistes contemporains. Une voix off qui parle de Yeats à la troisième personne semble venir de la montagne tel un oracle, amplifiée par le rythme trochaïque, l’anaphore du début du poème ("Swear by what the Sages spoke... Swear by those horsemen...") et la suite de verbes à l’impératif des parties IV et V :

  • 3 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, 639.

Irish poets learn your trade
Sing whatever is well made,
Scorn the sort now growing up
All out of shape from toe to top...
3

  • 4 W.B. Yeats, Later Essays, William H. O’Donnell, Elizabeth Bergman Loizeaux eds. (New York, London : (...)

4On peut être rebuté par ce style impérieux et déclamatoire qui semble émaner d’un ego hypertrophié, arrogant et donneur de leçons. En outre le ton officiel, excluant toute spontanéité, crée une distance. Sans nier la réalité de cette dimension d’auto-affirmation, il serait cependant erroné, nous semble-t-il, de réduire le poème à l’expression d’un ego, Yeats visant une voix poétique de plus grande ampleur dont la portée va bien au-delà de son propre "moi". Cette préoccupation est consignée dans ces lignes de "A General Introduction for my Work" (1937) : "[The poet] is never the bundle of accident and incoherence that sits down to breakfast ; he has been re-born as an idea, something intended, complete."4 L’idée de complétude, de finalité, qui apparaît ici, suggère que l’instance qui parle dans "Under Ben Bulben" n’est pas limitée au simple "moi" du poète mais participe d’une entité mentale plus vaste, à valeur plus générale.

5La vision occidentale de la montagne, où l’homme devient conquérant des hauteurs, a pour pendant chez Yeats la montagne orientale décrite dans "Lapis Lazuli" en des termes très différents. A l’opposé de la montagne irlandaise où sont évoqués le froid et la dureté de la pierre, le paysage montagneux extrême-oriental est chez Yeats fortement humanisé et adouci. Il s’agit de la description d’une sculpture en lapis-lazuli qui présente deux ascètes chinois gravissant une montagne ;

  • 5 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, 567.

Every discolouration of the stone.
Every accidental crack or dent
Seems a water-course or an avalanche,
Or lofty slope where it still snows
Though doubtless plum or cherry-branch
Sweetens the little half-way house
Those Chinamen climb towards, and I
Delight to imagine them seated there;
There, on the mountain and the sky,
On all the tragic scene they stare.
One asks for mournful melodies;
Accomplished fingers begin to play.
Their eyes mid many wrinkles, their eyes,
Their ancient, glittering eyes, are gay.
5

6La sérénité des sages orientaux est mise en évidence par le paysage aux riches tonalités : les nuances de la pierre, ses anfractuosités et ses dentelures, laissent imaginer des cours d’eau et des pentes enneigées. Les arbres fruitiers, pruniers et cerisiers, témoignent de la bonne intégration des humains dans l’environnement naturel, et l’intervention de l’art—la musique, associée à la douceur du paysage—rehausse l’harmonie du tableau. Alors que le début de ce poème de 1936 évoque la menace angoissante de la guerre, les deux sages chinois, par leur calme et leur équanimité, viennent apaiser ces perturbations mentales, parallèlement au poète qui, pour sa part, retrouve la sérénité en contemplant cette sculpture en lapis-lazuli.

  • 6 C.G. Jung, Psychologie et alchimie, traduction Henry Pernet et Dr Roland Cahen (Paris : Buchet/Chas (...)
  • 7 Marie-Louise Von Franz, L’interprétation des contes de fées, traduction de Francine Saint René Tail (...)

7La montagne orientale riante et apaisante contraste chez Yeats avec les paysages montagneux irlandais, mornes et accidentés, associés au tragique. L’influence de la pensée extrême-orientale se fait plus forte chez Yeats au cours des années 30. Il rencontre le moine indien Shri Purohit Swami et c’est en collaboration avec lui qu’il traduit les Upanishad. Dans "The Holy Mountain", récit en prose publié en 1934, il raconte le pèlerinage du maître de Shri Purohit Swami au mont Kailash, la montagne sacrée des hindouistes et des bouddhistes. La montagne orientale est en effet pour Yeats initiatique et l’ascension est une ascèse comportant différents stades d’éveil, correspondant à différents degrés d’élévation, permettant la réalisation du Soi absolu ("absolute Self"). C’est ainsi une dimension plus vaste que le moi habituel qui intéresse Yeats, une totalité appelée Soi avec un S majuscule. Jung devait puiser précisément à la même source, les Upanishad, pour créer son concept du Soi. Il déclare : "Dans la philosophie des Upanishad, le soi est tout d’abord l’atmanpersonnel, lequel possède en même temps une qualité cosmique et métaphysique, en tant qu’atman supra-personnel."6 La découverte de cette dimension correspond bien à la recherche yeatsienne de l’Unité d’Être qu’il écrit lui aussi avec des majuscules. Or dans la perspective jungienne, la montagne est précisément un symbole du Soi et l’analyste Marie-Louise Von Franz déclare : "La montagne est souvent le but d’une longue quête et le lieu de la transition vers l’éternité. Le thème de la montagne est donc aussi en rapport avec le Soi."7 Son apparition récurrente au poète dans la dernière partie de sa vie semble en effet le guider vers un possible accomplissement d’ordre métaphysique, d’où sa présence dans les derniers poèmes dont la thématique est le destin, la mort, et l’au-delà.

  • 8 W.B. Yeats, Autobiographies (London and Basingstoke : Macmillan, 1955) 482.

8La symbolique de la montagne dépasse donc la distinction montagne orientale/montagne occidentale et vise à l’universel. Yeats, du reste, malgré son intérêt pour la tradition orientale, est loin de l’adopter pour lui-même, et émet des réserves quant à son adaptation à l’homme occidental : "Western minds who follow the Eastern way become weak and vapoury, because unfit for the work forced upon them by Western life."8

  • 9 W.B. Yeats, Later Essays 134.
  • 10 Cité par Jeffares dans A Commentary on the Collected Poems of W.B. Yeats (London and Basingstoke : (...)

9Il voit en l’orient et en l’occident des contraires ("East and West seem each other’s contraries")9 et si, en fonction de sa doctrine du daimon et du moi antithétique, l’attitude orientale peut lui fournir un masque lui permettant de se projeter plus avant et de s’approcher de la complétude, il reste solidement enraciné dans la réalité du monde occidental qui fournit à son art la substance nécessaire. D’où son insistance sur la vision tragique : "The east has its solutions always and therefore knows nothing of tragedy. It is we, not the east, that must raise the heroic cry."10 Plutôt qu’orientale, sa montagne sera donc elle aussi le plus souvent occidentale, et surtout irlandaise.

10Revenons au début de "Under Ben Bulben", à la deuxième strophe précisément, où le Ben Bulben est associé à l’Irlande mythologique :

Swear by those horsemen, by those women.

  • 11 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, 637.

Complexion and form prove superhuman,
That pale, long visaged company
That airs an immortality
Completeness of their passions won;
Now they ride the wintry dawn
Where Ben Bulben sets the scene.
11

  • 12 W.B. Yeats, Mythologies (London and Basingstoke : Macmillan, 1959) 90.
  • 13 W.B. Yeats, Autobiographies 378.

11Comme le mont Méru dans la mythologie hindoue, la montagne irlandaise est habitée par des divinités : les Sidhe ou Tuatha de Danaan, la tribu de la déesse Danu, l’ancien peuple mythique de l’Irlande, à présent réfugié dans les tertres. Ce sont peut-être ces créatures féeriques irlandaises qui sont évoquées ici, le tombeau légendaire de Maeve, la reine des fées, se trouvant précisément en face sur le Knocknarae, l’autre éminence qui domine Sligo. Dans The Celtic Twilight, Yeats mentionne à propos du Ben Bulben une paroi blanche inaccessible qui est la porte des fées par laquelle sortent la reine Maeve et ses cavaliers.12 Dans le poème Yeats donne à ces divinités un rôle actif puisqu’il se fait le simple interprète de leurs pensées : "Here’s the gist of what they mean". La montagne elle-même est active, animée, c’est elle qui, comme un metteur en scène, fixe le décor : "where Ben Bulben sets the scene". Cette prééminence donnée au paysage irlandais dans ce poème conclusif n’est pas pour nous surprendre : depuis la période du "Celtic Twilight" le projet de Yeats était de redonner aux lieux géographiques irlandais leur caractère sacré : "... my whole imagination was preoccupied with the pagan mythology of ancient Ireland, I was marking in red ink, upon a large map, every sacred mountain"13 Il parle aussi de revitaliser une mythologie aussi riche que celle de la Grèce : il s’agit d’un projet national autant que personnel visant à réanimer un mysticisme irlandais qui s’inscrit dans le cadre général du "Celtic Revival". La deuxième strophe du poème peut du reste donner lieu à d’autres interprétations dans le même registre mythologique, les cavaliers pouvant être aussi les Fianna ou Fenians, les compagnons de Finn, leur chef de guerre héroïque.

  • 14 Richard Ellmann, The Identity of Yeats (London : Faber and Faber, 1964) 14.
  • 15 Autobiographies 31.

12Nous touchons là à une des conceptions yeatsiennes concernant sa propre créativité, la référence à la terre d’Irlande en tant que matrice poétique. Yeats a trouvé son lieu poétique : "All poetry should have a local habitation",14 déclare-t-il. Ce lieu poétique, la région de Sligo, qui est devenue depuis le "Yeats country", est étroitement associé à la mère du poète qui lui racontait les légendes de son pays. Il s’agit par conséquent pour Yeats d’un attachement charnel à cette terre de Sligo dont il aurait aimé presser une motte entre ses doigts quand il était à Londres, nous raconte-t-il dans son autobiographie.15 L’inhumation au pied du Ben Bulben est un retour à une terre matricielle, génératrice de poésie. C’est sur cette base qu’il a édifié son œuvre poétique. Ses symboles de l’arbre et de la tour aux puissantes fondations y sont profondément enracinés, et la montagne, le Ben Bulben, semble l’excroissance visible, solide et minérale, indestructible à l’échelle humaine, de cette terre maternelle. Produite par la terre, elle est elle-même productrice de légendes. Symbole du Soi, elle réconcilie les antinomies, et présente une perspective d’au-delà. Sur cette base solide maternelle, émotionnelle et féconde Yeats peut échafauder des théories intellectuelles, spirituelles et masculines, telle la métaphysique spiritualiste exposée dans A Vision.

  • 16 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats 831.
  • 17 Later Essays, 144.

13La montagne se donne aisément à lire à travers les catégories et les symboles de ce traité philosophique. Montagne peu décrite chez Yeats, montagne minimaliste, elle se réduit donc à des formes archétypiques, le dôme et le cône, symboles géométriques commentés dans A Vision. La présence du terme "gyre" ("Gyres run on") dans le poème indique que les symboles de A Vision sont présents à l’esprit du poète qui déclare à propos de la tour avoir assimilé volontairement son escalier tournant aux spirales philosophiques.16 Cet escalier en spirale n’est pas sans rapport avec la montagne. Lorsqu’il évoque la montagne Yeats pense spontanément au Purgatoire de Dante : "We too have learnt from Dante to imagine our Eden, or Earthly Paradise, upon a mountain, penitential rings upon the slope."17 Que ce soit en orient ou en occident, dans l’hindouisme ou le christianisme de l’époque de Dante, la montagne est associée à l’idée d’ascension, c’est-à-dire de progression spirituelle. Mais si l’on se réfère à A Vision, les cônes, ou spirales sont doubles, imbriquées l’une dans l’autre et contrarotatives, et il faut donc imaginer au-dessus du Ben Bulben une montagne inverse, spirituelle autant qu’il est matériel. Dans "Shepherd and Goatherd" consacré à Robert Gregory, disparu peu de temps auparavant, le berger évoque le cheminement de l’âme après la mort :

They say that on your barren mountain ridge
You have measured out the road that the soul treads
When it has vanished from our natural eyes; (
Variorum 142)

14Et le chevrier de décrire l’expérience de Robert Gregory dans l’au-delà : "He grows younger every second" et plus loin : "He unpacks the loaded pern" ("il dévide la bobine pleine"). Ainsi l’âme suivrait le chemin d’un cône invisible inverse de la montagne matérielle et visible. On pense au Treizième Cône de A Vision, qui permet de sortir du cycle historique dans un mouvement de libération, et que Yeats appelle aussi sphère, celle de la Réalité Ultime, utilisant deux termes pour désigner la même réalité : le cône correspondant au point de vue humain, et la sphère au point de vue divin. On peut vraisemblablement concevoir que Yeats, dans cette période proche de la mort, méditait ces idées métaphysiques concernant son propre devenir. Ces spéculations lui étaient familières, il les avait rencontrées dans ses lectures des néo-platoniciens. Dans son poème "Chosen" (Variorum, 534) les âmes des deux amants sont entraînées dans un tourbillon ascensionnel vers ce point de contact entre la voie lactée et le Zodiaque où elles quitteront leur forme conique pour se transformer en sphère. Ces conceptions sont exposées dans les ouvrages de Thomas Taylor. Le courant néo-platonicien irrigue en effet puissamment les théories métaphysiques développées dans A Vision et il n’est pas illégitime d’interpréter la montagne de "Under Ben Bulben" à la lumière de ces idées ésotériques. L’évocation dans la deuxième partie du poème de l’Anima Mundi, notion empruntée par Yeats à Henry More, lieu où l’âme retourne après la mort, confirme la prégnance du thème néoplatonicien :

Though grave-diggers’toil is long,
Sharp their spades, their muscle strong,
They but thrust their buried men
Back in the human mind
again.(Variorum, 637)

15Ces constructions intellectuelles abstraites sont sustentées par une expérimentation concrète et vivifiante du symbole. Yeats se souvient d’une promenade à pied dans les Apennins au cours de laquelle, après avoir monté une route en lacets, il déboucha sur le sommet et fut frappé par la vision suivante :

  • 18 W.B. Yeats, Essays and Introductions (London and Basingstoke: Macmillan, 1961) 290-291.

The other day I was walking towards Urbino, where I was to spend the night, having crossed the Apennines from San Sepolcro, and had come to a level place on the mountain-top near the journey’s end. My friends were in a carriage somewhere behind, on a road which was still ascending in great loops, and I was alone amid a visionary, fantastic, impossible scenery. It was sunset and the stormy clouds hung upon mountain after mountain, and far off on one great summit a cloud darker than the rest glimmered with lightning. Away south upon another mountain a mediaeval tower, with no building near nor any sign of life, rose into the clouds. I saw suddenly in the mind’s eye an old man, erect and a little gaunt, standing in the door of the tower, while about him broke a windy light, He was the poet who had at last, because he had done so much for the word’s sake, come to share in the dignity of the saint.18

16La concentration de divers symboles du Soi—la montagne, la spirale ascensionnelle, la tour—associés aux éléments de la nature qui interviennent de façon théâtrale dans un paysage romantique—coucher de soleil, orage—sont à l’origine de la vision surréelle du poète entouré d’un halo lumineux, debout dans l’embrasure de la porte de sa tour. Cette vision exaltée a un caractère numineux et le poète est transfiguré. La géométrisation du paysage, le poète occupant une position centrale élevée à l’entrée d’une tour elle-même située au sommet d’une montagne, inscrit le site à l’intérieur d’un mandala. Au centre, à l’endroit où dans l’hindouisme et le bouddhisme figure la divinité, se trouve le poète. Cette vision numineuse, donc fortement chargée en énergie, est propre à orienter une vie vers un objectif de complétude. Le poète apparaît encadré par le monument solide de ses œuvres, la tour, et cette scène aura des prolongements dans sa vie et dans sa production poétique, notamment à travers l’acquisition de la tour de Ballylee Castle. Le Soi étant une force qui pousse à la croissance psychique, il n’est pas étonnant de constater la permanence de la montagne dans l’œuvre et son apparition plus fréquente vers la fin de la vie du poète. Depuis 1906, année où ce passage fut publié, plusieurs montagnes jalonnent l’itinéraire spirituel de Yeats. Outre "The Holy Mountain" que nous avons mentionné, citons la montagne rosicrucienne du poème "The Mountain Tomb" (1912) qui présente la même préoccupation unificatrice et métaphysique à travers le symbole de la montagne associée à la tombe.

17Quant à "Under Ben Bulben" il apparaît comme un épilogue au livre de poésie que constitue l’œuvre de Yeats, d’où un effet de distanciation permettant un point de vue extérieur, comme en dehors du temps. Le Ben Bulben, la plus imposante des montagnes yeatsiennes, reprend les autres montagnes de l’œuvre comme pour les finaliser, et les problèmes posés précédemment sont réexaminés. En ce qui concerne l’union des opposés, la deuxième partie est placée sous le signe de la dualité, marquée par la succession des contraires "lives and dies", l’adjectif numéral "two", l’alternative "whether" / "or", la troisième partie allant plus loin et présentant le conflit, la guerre comme inévitable sur le chemin de la complétude :

  • 19 The Variorum Edition ofthe Poems of W.B. Yeats 638.

You that Mitchel’s prayer have heard
‘Send war in our time,
Ο Lord!’
Know that when all words are said
And a man is fighting mad,
Something drops from eyes long blind
He completes his partial mind...
19

18Il s’agit ici de se confronter au contraire. La lutte contre les opposés a pour résultat un moi grandi, plus fort. Le petit traité Per Arnica Silentia Lunae (1917) définit les concepts du "moi antithétique" et du "masque". L’homme doit se choisir un masque afin d’appréhender l’autre versant de la réalité. Le masque, ou le moi antithétique, correspond en psychologie jungienne à l’ombre, le contraire déplaisant, le premier archétype auquel il doit se confronter sur la voie de Γ individuation. Point d’évolution psychique sans la dynamique de l’ombre. Un point de vue équivalent est exprimé dans la troisième partie de "Under Ben Bulben", le but étant la complétude : "he completes his partial mind" et plus loin : "Before he can accomplish fate/Know his work or choose his mate".

19La quatrième strophe présente des exemples d’accomplissement artistique, d’Unité d’Être, à travers Michel-Ange et le Quattrocento mais le Paradis artistique est vite relativisé. L’expression "gyres run on ", décalée en fin de vers, incontournable avec son rythme spondaïque aux trois accents, nous rappelle que dans le système de Yeats, l’Unité d’Être ou de Culture ne dure qu’un instant et disparaît rapidement dans le tourbillon de la spirale. Le poète attend le retour du cycle historique qui doit apporter une nouvelle période d’efflorescence des arts. Il espère que cette renaissance aura lieu en Irlande, et la cinquième partie est consacrée à l’avenir de la poésie irlandaise. La nation permet d’unifier la variété des thèmes poétiques qu’il recommande à ses successeurs et cette partie se termine par un retour à l’héroïsme et au sublime :

Cast your mind on other days
That we in coming days may be
Still the indomitable Irishry.(
Variorum, 640).

20Nous avons ainsi rejoint dans cet élan les hauteurs du Ben Bulben, d’où Ton redescend dans la dernière partie, plus brève et qui sert de conclusion, pour aboutir à la pierre tombale :

Under bare Ben Bulben’s head
In Drumcliff churchyard Yeats is laid,
An ancestor was rector there
Long years ago; a church stands near,
By the road an ancient Cross.
No marble, no conventional phrase,
On limestone quarried near the spot
By his command these words are cut:
Cast a cold eye
On life, on death.
Horseman, pass by! (Variorum, 640)

21Selon la rhétorique classique, cette dernière strophe reprend les points essentiels et ouvre une perspective. On note à nouveau l’importance des toponymes—Ben Bulben et Drumcliff—qui ancrent l’œuvre dans l’Irlande reconnaissable, l’importance aussi des thèmes de la lignée ("An ancestor was rector there") et de la religion—l’église, le cimetière et la croix. Le champ se rétrécit et la vision se concentre sur la pierre tombale, puis sur l’épitaphe qui y est gravée. Le vers devient plus court et plus intense. La pierre calcaire est extraite d’une carrière locale et rappelle le Ben Bulben. Il y a une convergence symbolique : la montagne, l’église, la croix, la pierre sont autant de modalités de l’axe ou du centre sacré qui assure la communication entre l’humain et le supra-humain. Tous sont des symboles de totalité, du Soi qui manifeste ses différentes tonalités en cette dernière vision. L’épitaphe ouvre sur l’infini car si "eye" rime avec "by", le mot "death", lui, ne rime pas, sinon avec un mot imaginaire sur la page blanche. Le détachement du cavalier rappelle l’attitude du seigneur de Chou dans "Vacillation" qui, grimpé sur une montagne et contemplant la vallée, prône un détachement typiquement bouddhique qu’il exprime par cette formule : "Let all things pass away".(Variorum, 502).

22Il y a cependant des différences sensibles entre cette attitude philosophique orientale et l’épitaphe de Yeats. Le point d’exclamation ("Horseman, pass by !") révèle encore en ce moment final l’emprise des émotions, dont le sage oriental cherche précisément à se détacher. La dernière image reprend celle du début du poème où des cavaliers fantomatiques chevauchent le Ben Bulben, le cavalier étant associé comme souvent chez Yeats à un héroïsme fougueux. Pour reprendre la différence que faisait Yeats entre l’orient et l’occident, la fin du poème tend plutôt vers l’héroïsme occidental que vers la sagesse orientale. Le poète tient à garder jusqu’au bout la maîtrise impérieuse de son destin : "By his command these words are cut". Il n’y a aucun lâcher prise.

23Cette dernière partie rassemble les principales caractéristiques de la montagne que nous avons observées chez Yeats. Le retour à la terre et à la roche, à cette pierre tombale extraite de la montagne, est conforme aux conceptions artistiques de Yeats. L’enracinement dans la terre maternelle créatrice de légendes constitue le soubassement d’une montagne initiatique comportant des degrés d’élévation, dont l’ascension rythme une progression spirituelle vers un sommet de plus en plus dépouillé ("bare Ben Bulben’s head"), la montagne matérielle s’effaçant progressivement devant la montagne archétypique, géométrique et symbolique, et c’est à ces formes stylisées d’une montagne évoquée plutôt que décrite, montagne minimaliste et conceptuelle, que Yeats attache une métaphysique éthérée qui se projette vers des sommets de plus en plus élevés, car, symbole du Soi et chargée d’énergie, la montagne apparaît dans l’œuvre à des moments significatifs où elle fait découvrir de nouveaux horizons. Symbole de totalité, elle symbolise également l’œuvre de Yeats qui recherche, au-delà de la forme visible, des prolongements invisibles, invitant le lecteur à le suivre dans cette ascension spirituelle vertigineuse. Laissons le dernier mot au poète dans "A Dialogue of Self and Soul" ; il s’agit de la montée de l’escalier de la tour mais certains de ces vers pourraient aisément s’appliquer à l’ascension de la montagne qui participe de la même dynamique de l’élévation :

Set all your mind upon the steep ascent,
Upon the broken, crumbling battlement,
Upon the breathless starlit air,
Upon the star that marks the hidden pole;
Fix every wandering thought upon
That quarter where all thought is done:
Who can distinguish darkness from the soul? (
Variorum, 477),

Top of page

Bibliography

ELLMANN, Richard. The Identity of Yeats. London : Faber and Faber, 1964.

JEFFARES, A. Norman. A Commentary on the Collected Poems of W.B. Yeats. London/Basingstoke : Macmillan, 1968.

JUNG, C.G.. Psychologie et alchimie. Henry Pernet et Dr Roland Cahen trad. Paris ; BUCHET/CHASTEL, 1970, 2ème édition 1975.

VON FRANZ, Marie-Louise. L’interprétation des contes de fées. Francine Saint René Taillandier trad. Paris : La Fontaine de Pierre, 1978.

YEATS, William Butler. Autobiographies. London and Basingstoke : Macmillan, 1955.

YEATS, William Butler. The Collected Plays of W.B. Yeats. London and Basingstoke : Macmillan, 1952.

YEATS, William Butler. Later Essays. William H. O’Donnell, Elizabeth Bergman Loizeaux eds. New York, London : Scribner, 1994.

YEATS, William Butler. Mythologies. London/Basingstoke : Macmillan, 1959.

YEATS, William Butler. The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats. Peter Allt and Russel K. Alspach eds. New York : Macmillan, 1977.

Top of page

Notes

1 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, Peter Allt and Russel K. Alspach eds. (New York: Macmillan, 1977) 640.

2 The Collected Plays of W.B. Yeats (London and Basingstoke : Macmillan, 1952) 186.

3 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, 639.

4 W.B. Yeats, Later Essays, William H. O’Donnell, Elizabeth Bergman Loizeaux eds. (New York, London : Scribner, 1994) 204.

5 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, 567.

6 C.G. Jung, Psychologie et alchimie, traduction Henry Pernet et Dr Roland Cahen (Paris : Buchet/Chastel, 1970, 2ème édition 1975) 142.

7 Marie-Louise Von Franz, L’interprétation des contes de fées, traduction de Francine Saint René Taillandier (Paris : La Fontaine de Pierre, 1978) 155.

8 W.B. Yeats, Autobiographies (London and Basingstoke : Macmillan, 1955) 482.

9 W.B. Yeats, Later Essays 134.

10 Cité par Jeffares dans A Commentary on the Collected Poems of W.B. Yeats (London and Basingstoke : Macmillan, 1968) 443.

11 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats, 637.

12 W.B. Yeats, Mythologies (London and Basingstoke : Macmillan, 1959) 90.

13 W.B. Yeats, Autobiographies 378.

14 Richard Ellmann, The Identity of Yeats (London : Faber and Faber, 1964) 14.

15 Autobiographies 31.

16 The Variorum Edition of the Poems of W.B. Yeats 831.

17 Later Essays, 144.

18 W.B. Yeats, Essays and Introductions (London and Basingstoke: Macmillan, 1961) 290-291.

19 The Variorum Edition ofthe Poems of W.B. Yeats 638.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Dufour, « "Under Ben Bulben" : la montagne chez W.B. Yeats ou la rencontre du moi et du Soi », Caliban, 23 | 2008, 93-101.

Electronic reference

Michel Dufour, « "Under Ben Bulben" : la montagne chez W.B. Yeats ou la rencontre du moi et du Soi », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 18 August 2017. URL : http://caliban.revues.org/1149 ; DOI : 10.4000/caliban.1149

Top of page

About the author

Michel Dufour

Université du Sud Toulon-Var

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org