Skip to navigation – Site map
Première partie : Montagnes poétiques et esthétiques

Ideas clash on the mountain tops : politique de la montagne et sentiment national dans l’Ecosse du vingtième siècle

Camille Manfredi
p. 79-86

Abstract

This paper proposes tο explore the multiple deflections of the mountain motif in a selection of poems, novels and performances by Scottish artists from the first literary renaissance to the present. From Walter Scott’s romantic Highland scenery and Ossian’s blue crests, the mountain has always been a powerful symbol in Scottish literature. But as early as in the 1930s, it became crucial to renew Scotland’s self-image and break from the outdated regional paradigms inherited from the past. For the poets of the first literary renaissance such as Hugh MacDiarmid, Iain Crichton Smith, Sorley MacLean and Norman MacCaig, a piece of "real Scotland" may have survived on the mountain tops. It is the case in the Cuillins of Skye where Scotland’s wild cry or wild poem can sometimes be heard, provided the poet deserve it. Either a vertical frontier or an ontological model, the mountain came to stand as the key to eternal Scotland, the key also to a long-awaited spiritual awakening, as in Nan Shepherd’s The Living Mountain (1977) or Angus Farquhar’s recent environmental artwork. While looking at the ways in which the mountain stands as the elevated starting point of a new national imagination, the paper will eventually be concerned with the works of several contemporary poet-climbers and performers. Can the mountain, in devolutionary Scotland, remain the same cultural synecdoche it served as throughout the twentieth century?

Top of page

Full text

1La figure de la montagne a longtemps fait office de synecdoque culturelle. Mais alors que la nation doit se réinventer et se refamiliariser avec elle-même, la renégociation de l’imaginaire de la montagne joue un rôle prépondérant dans la construction d’un nouveau sentiment national écossais. Mais comment se réapproprier un espace symbolique en sortant des sentiers battus du naturalisme à l’eau de rose, du Kailyardisme et des postures polémiques anti-Kailyard, sans risquer de l’hyper-esthétiser à son tour ? S’attachant à analyser un projet d’écriture collectif dont il s’agira de démontrer le caractère tout autant politique que poétique, la présente étude aura recours à un corpus sélectif qui permettra d’éclairer les principales orientations prises par les auteurs de la première renaissance littéraire écossaise à nos jours. Une attention particulière sera portée aux forces qui ont fait et défait les modes de représentation de la montagne et dicté le déploiement de nouvelles formes liées à ce qui n’est plus seulement un motif mais un modèle ontologique. Les diffractions de ce modèle au cours du20e siècle, si elles semblent aussi nombreuses et variées que les montagnes écossaises elles-mêmes, apparaissent alors comme autant d’étapes dans une quête courageuse d’une scotticité oubliée, sinon perdue.

La montagne comme paysage (dé)moralisé

2C’est Hugh MacDiarmid qui dans les années trente donne l’alerte. L’urgence, à un moment où la nation doit refonder l’image qu’elle a d’elle-même, est selon lui de débarrasser le sentiment national du folklore pastoral assez benêt promu par le Kailyard ; il reprend l’héritage révolutionnaire de Burns, restituant par ce biais à l’Écosse un peu de sa brutalité perdue. Il fait de la montagne un paysage rituel, comme un cénotaphe à la mémoire d’un peuple mythique évincé de ses flancs par les Highland Clearances. Ce peuple laisse derrière lui des vallées moribondes et habitées seulement d’un silence assourdissant, comme dans le poème "The Glen of Silence" de 1938. La montagne devient la pierre tombale de la vallée en contrebas et y projette son ombre comme une accusation ; elle est habitée d’une force surhumaine implacable et qui, par nécessité, ne se laissera pas volontiers traduire en poésie. Dans "On a Raised Beach" (1934), le poète rend à la nature ce qui est à la nature, la capacité à générer son propre discours, ce qu’il appellera enfin "l’épanadiplose de la Terre". Parce que l’Écosse n’est pas aussi lisse qu’on voudrait le faire croire, le poème devra en épouser tous les accidents de la matière et devenir rocher, montagne ; il sera angulaire, minéral et, il faut bien l’avouer, tout à fait impénétrable :

  • 1 Hugh MacDiarmid, Selected Poems (Manchester: Carcanet, 1992) 178.

All is lithogenesis—or lochia,
Carpolite fruit of the forbidden tree,
Stones blacker than any in the Caaba,
Cream-coloured caen-stone, chatoyant pieces,
Celadon and corbeau, bistre and beige,
Glaucous, hoar, enfouldered, cyathiform,
Making mere faculae of the sun and moon,
I study you glout and gloss, but have
No cadrans to adjust you with, and turn again
From optik to haptik and like a blind man run
My fingers over you, arris by arris, burr by burr,
Slickensides, truite, rugas, foveoles,
Bringing my aesthesis in vain to bear,
An angle-titch to all your corrugations and coigns,
Hatched foraminous cavo-rilievo of the world,
Deictic, fiducial stones.
1

3A l’instar du chardon que le poète admirera longtemps dans son ivresse, la montagne se barde des piquants d’une langue amphigourique comme pour mieux se préserver. C’est donc une Ecosse autre, défensive, voire étrangère, que MacDiarmid tente ici de découvrir, choisissant d’entreprendre son ascension par la face scientifique. Il ressort de ce catalogue de termes abscons l’idée fondamentale que la montagne, comme l’Écosse d’ailleurs, redevient un obstacle : elle s’arc-boute contre la représentation et refuse de donner au poète les clés de son langage. Si elle est, en effet, "déictique", ce qu’elle cache à son sommet reste pour l’instant bien mystérieux. Ce simple adjectif, comme la nécessité établie par MacDiarmid de "parler montagne" pour parler de la montagne, lance une quête formelle et symbolique dans laquelle s’engouffrent ses contemporains. Leur regard se porte alors vers les points les plus élevés du territoire comme si leur reconquête promettait déjà, en plus d’une décolonisation par le haut de l’imaginaire national, le renouveau littéraire d’une Ecosse en mal d’image de soi.

4C’est ainsi sans doute la même montagne, du moins dans l’irreprésentabilité du sauvage, que l’on retrouve sur Skye dans le poème "The White Air of March" (1972) d’Iain Crichton Smith. La montagne y est convoquée pour s’opposer aux clichés et fait figure de contre-stéréotype par excellence. Elle est ici plus animale que minérale, et elle hurle à la lune avec les loups. Cette fois, c’est dans les jeux d’homophonie et l’apparente économie du langage que la poésie se pose au plus près de son sujet : "The Cuillins stand and will forever stand. Their streams scream in the moonlight." Sans pour autant que son message soit décodé, la montagne devient un signal géologique et sonore indiquant au poète la voie à suivre pour réveiller l’imaginaire de la nation et tourner la page des poncifs déresponsabilisants qui lui sont associés :

The Cuillins tower
scale on scale.
The music of the imagination must be restored,
upward.

5La montagne devient donc à la fois la garante et l’emblème de la renaissance littéraire écossaise. Mais pour que le symbole soit porteur, encore faut-il que soit ménagé un écart substantiel entre signifiant et signifié ; en d’autres termes, il ne faudrait pas accéder trop facilement à ce petit bout d’Écosse originelle qui aurait survécu en altitude, au risque d’épuiser le symbole. Cet écart, il faut le creuser et refaire de la montagne une marge verticale, comme une forteresse imprenable. L’invitation est trop belle pour être déclinée, même s’il y eut bien sûr des esthétisations et des raccourcis trop hâtifs. Ainsi dans "The Cuillin" (1939), composé justement en hommage à Hugh MacDiarmid, Sorley MacLean fait de la montagne insulaire un promontoire d’où contempler Skye et commenter les grandes batailles idéologiques et politiques qui secouent alors l’Europe. Aux derniers vers, on est bien loin de l’objectivité minérale visée par MacDiarmid. Ici au contraire la montagne est empathique (elle aussi crie : "the mountains shriek with a hard cry"), romantique et généreusement anthropomorphisée :

  • 2 Sorley MacLean, From Wood to Ridge. Collected poems (1989, Manchester; Carcanet, 1999) 131.

Beyond the lochs of the blood of the children of men,
Beyond the frailty of plain and the labour of the mountain,
Beyond poverty, consumption, fever, agony,
Beyond hardship, wrong, tyranny, distress,
Beyond misery, despair, hatred, treachery,
Beyond guilt and defilement; watchful,
Heroic, the Cuillin is seen
Rising on the other side of sorrow.
2

6Le fait que MacLean en vienne à renier ce poème à la fin de sa vie montre bien comme est devenue impérieuse la nécessité pour les poètes de la moitié du siècle de discipliner leur vision de l’Ecosse et de revenir à une expérience immédiate de celle-ci, en s’appliquant à retrouver dans l’art une forme de fraîcheur (Kenneth White dira "candeur") susceptible de ne pas effaroucher son sujet. De tous les poètes de la première renaissance littéraire, c’est sans aucun doute Norman MacCaig qui s’en approche le plus. Au sommet du Suilven et du Cul Mòr, au cœur de "son" Écosse, sur les flancs de ce qui atteint pour lui la quintessence même de la montagne ("Suilven and Cul Mòr, my mountains of mountains", "Above Inverkirkaig", 1964) quelque chose d’immuable et de métaphysique (donc d’essentiel au sentiment national) commence à poindre. C’est sûr, comme le dit MacCaig, la montagne a bien d’autres raisons d’être que sa seule verticalité ("There are more reasons for hills than being steep and reaching only high", "High up on Suilven", 1959). Mais lesquelles ? A l’opposé de "The Cuillin" de MacLean, les poèmes de Suilven sont d’une extrême prudence : MacCaig s’approche de la montagne comme il s’avancerait vers un animal, à pas de loup. L’humilité qui transparaît dans l’usage récurrent de formules d’atténuation ("I drink its freezing vocabulary and half understand the purity of all beginnings", "On the North Side of Suilven", 1984) signale un changement d’approche significatif : loin de Thyper-esthétisation, donc hyper-politisation du paysage écossais, on rêve désormais de le remettre à nu. Face aux forces brutes qui font la montagne, le poète admet se trouver démuni : "Yet I’m translating their language which has no dictionary into feelings that have no words" ("At the Foot of Cul Mòr", 1989). L’élaboration d’un tel dictionnaire ressemble fort à une quête romantique dont l’objet serait nécessairement insaisissable. "Space opens and from the heart of the matter sheds a descending grace that makes for a moment, that naked thing, Being, a thing to understand" ("Rhu Môr", 1967) : quelque chose est là de toute évidence, mais qui résiste à l’entendement. Un quelque chose enfin qui ne se laissera approcher et comprendre que si le raisonnement fait la part plus belle à l’empirique, comme dans le poème "Landscape and I" de 1972 :

  • 3 Norman MacCaig, Collected Poems (Edinburgh : Polygon, 2005) 286.

This means, of course, Schiehallion in my mind
is more than a mountain. In it he leaves behind
a meaning, an idea, like a hind
couched on a corrie.
So then I’ll woo the mountain till I know
the meaning of the meaning, no less. Oh,
there’s a Schiehallion anywhere you go.
The thing is, climb it.
3

7L’angle d’approche a bien changé, tandis que MacCaig suggère la possibilité de valeurs existentielles cette fois plus individuelles que collectives. La scotticité du lieu est toujours bien marquée, mais de politique et esthétique, le défi que représente la montagne se fait désormais métaphysique. Dans les années soixante-dix, la question n’est plus tant de rétablir la communication avec le territoire que déjà de lui assigner une voie et une signification nouvelles.

Montagnes sacrées ou la scotticité attestée

8L’ouvrage qui caractérise le mieux cette volonté de réenchanter le territoire est l’essai de Nan Shepherd intitulé The Living Mountain (1977). L’écriture est débarrassée de toute revendication ouvertement nationaliste. Pourtant le projet de Shepherd est encore lié à une réaction contre les idéologies dominantes qui ont jusqu’alors défini—et dénaturé—le paysage écossais. The Living Mountain reproduit textuellement la dynamique de l’ascension, et l’auteur accède à la sagesse existentielle à mesure qu’elle redécouvre le paysage des Cairngorms. A chaque palier correspond une analyse objective des composantes de la montagne : sa géologie, sa faune, sa flore, sa lumière, ses phénomènes météorologiques, enfin la place qu’elle réserve à l’humain. Shepherd délivre la montagne des divers simulacres de réalité qui lui ont été imposés par les sciences ("but a pallid simulacrum of their reality, which, like every reality that matters to human beings, is a reality of the mind", Shepherd 1), l’histoire et le romantisme. Ce dernier avait fait de la montagne un espace légendaire, héroïque et exclusivement masculin. Shepherd part donc à l’ascension d’un pays tabou ("Climbing Cairngorms was then for me a legendary task, which heroes, not men, accomplished"), autre et—c’est elle qui le dit—"interdit" (83). Là encore le but est de se refamiliariser avec un environnement dont on aurait été, au moins symboliquement, écarté. Le protocole adopté par Shepherd est pour le moins surprenant. C’est en effet en se mettant la tête entre les jambes et en contemplant les Cairngorms à l’envers qu’elle parvient à effacer sa subjectivité : "Details are no longer part of a grouping in a picture of which I am the focal point, the focal point is everywhere. Nothing has reference to me, the looker. This is how the earth must see itself" (8). Tandis que, grâce à des exercices de respiration empruntés au yoga, la conscience se dissout dans le spectacle de la nature ("one is lost : stricken : annihilated", 81), on touche au sublime. On s’abandonne alors à la transe, à la paramnésie et à cette "indivision du sentant et du senti" (Merleau-Ponty 20) caractéristique de la méditation transcendantale : "That first glance down had shocked me to a heightened power of myself, in which even fear became a rare exhilaration : not that it ceased to be fear, but fear itself, so impersonal, so keenly apprehended, enlarged rather than constricted the spirit" (10). "I have walked out of the body and into the mountain" (83), dira encore plus sobrement la romancière. La réintégration dans l’être de nature—qui est aussi un retour en Écosse—se fait donc suivant un processus de descente dans la perception pure libérée de toute référence conceptuelle. Même si la montagne de Shepherd est la montagne dans son absolu, "the total mountain" (82), il n’est pas question d’envol, mais bien d’ancrage :

I believe that I now understand in some small measure why the Buddhist goes on pilgrimage to a mountain. The journey is itself part of the technique by which the god is sought. It is a journey into Being; for as I penetrate more deeply into the mountain’s life, I penetrate also into my own. For an hour I am beyond desire. It is not ecstasy, that leap out of the self that makes man like a god. I am not out of myself, but in myself. I am. To know Being, this is the final grace accorded from the mountain. (84)

  • 4 "What I’m interested in, involved in, is an understanding of the mountain and the experience of the (...)
  • 5 Ce fut le cas lors du spectacle de Angus Farquhar intitulé "The Path" (2000) au cours duquel des in (...)
  • 6 La réponse à "The Path" viendra finalement en 2006, dans le très beau roman de Peter Urpeth, Far In (...)

9L’harmonisation avec la nature permet la réintégration dans celle-ci et dans une forme de sagesse expérimentale qui annonce peut-être déjà l’orientalisme de Kenneth White et sa "haute" expérience de la montagne.4 On pourra néanmoins s’interroger sur l’émergence d’un ésotérisme hybride—ou "scotto-zen"—dans une écriture aussi profondément ancrée dans le paysage domestique et aussi clairement liée à sa reconquête. White, quand il parcourt les Pyrénées ou l’île de la Réunion un recueil de poésie chinoise à la main, évolue dans un paysage abstrait ("down in the Enclosure, an absolute landscape, a landscape pushed to the limit of abstraction, with no less than thirty absolutely perfect little fujiyamas", Finlay, 38) et dont il reconnaît avoir soustrait toute forme de sentiment national. Le cas est différent chez Shepherd qui invite une spiritualité allogène au sein d’un espace identitaire fort et dans lequel il s’agit avant tout de retrouver sa place. Cette invitation n’est pas plus spécifique à Shepherd qu’elle n’est fortuite : aujourd’hui encore, et profitant d’une analogie très discutable entre les expériences coloniales des deux pays, le Tibet est régulièrement convoqué dans les écrits et spctacles liés à la représentation des Highlands.5 La validité de telles projections est encore contestable dans la mesure où elles pourraient se révéler (sans doute parfois délibérément) contre-productives. En effet, en substituant au biais colonial un regard post-colonial tout aussi exotisant, les auteurs attestent d’une nouvelle crise, voire de la continuité de la précédente : celle de l’incapacité des Écossais à se représenter l’expérience spirituelle du territoire dans les termes de leur propre culture ; une culture dont, dans ce cas précis, la montagne viendrait accuser l’absence.6

La montagne, la pratique et le réel

10A trop vouloir libérer l’Ecosse des imaginaires hérités du passé, les penseurs nationalistes de la moitié du siècle ne l’auraient-ils pas aseptisée ? De la même manière, à trop vouloir innover, leurs successeurs n’auraient-ils pas épuisé le symbole ? Il reste donc à trouver un angle d’approche de la montagne qui modélise le réel dans la trame d’une symbolique et d’un imaginaire nationaux, sans que cela conduise à des rapprochements abusifs ni à des aberrations culturelles. Comme en réponse au "climb it" de MacCaig, les auteurs munroïstes de ces dernières années ont tenté de réduire l’écart entre la montagne du sensible et celle de l’esprit. Dans une littérature profondément environnementaliste, il ne s’agit plus de rêver la montagne. Il est plutôt question de reprendre physiquement possession des espaces non pas seulement protégés mais "libérés" (le mot est de Jim Crumley, "The key to a fragile silence", Finlay, 61) par l’intervention du John Muir Trust ou de la RSPB (Royal Society for the Protection of Birds). La littérature de montagne de la toute fin du vingtième siècle illustre bien l’intérêt croissant des Écossais pour la préservation des espaces naturels. Elle témoigne aussi d’un traitement moins torturé du motif, traitement qui va s’affranchir de l’éternel conflit entre nature, esthétique, politique, science et histoire. L’écriture de l’altitude en altitude se libère elle aussi. Les auteurs partent à l’assaut d’une montagne qui ne se dresse plus contre eux, mais qui au contraire se pose comme un proto-signe, presque déjà un poème (on pense aux poèmes-topos de Dan Shipsides) ; une montagne qui devient, comme l’écrit Geoffrey Dutton, "un impératif métaphorique" :

I find metaphor as significant as the stimuli invoking it; and mountains provided panoramas of metaphor. At the very least, you climb out of jungly complexity, the ‘blood and mire’, to a more rarefied view—glimpsed among swirl from an elevated bog, or cold and clear from some untenable crystalline summit; either way you have achieved a new outlook on your descent. Mountaineering is metaphor acted. (Finlay 155)

11La montagne devient généreuse, accordant à qui la gravit des gratifications physiques, métaphysiques et esthétiques. Qui plus est, et c’est sans aucun doute une des caractéristiques de la nouvelle renaissance littéraire écossaise, le temps de la nostalgie semble bel et bien passé. Au milieu du siècle l’ascension permettait de mieux contempler la vallée en contrebas et les ravages du temps ; désormais, du haut de la montagne et de manière tout à fait symbolique, le regard se porte déjà vers le prochain sommet. C’est encore Dutton qui l’écrit :

  • 7 "Land of mountains, glens and heroes".

At the top of any Scottish hill you stand rooted in the tragi-comic history of this corner of the world, this wave-slapped fragment of rock that—if never enamoured of becoming another Eden—once knew itself as Tir nam beann’s nan gleann’s nan gaisgeach;7 you become more firmly a member of its thrawn heterogeneous community, besieged, drenched and ransacked by Time, but repeatedly gathering to yet another, evanescent, peak. (Finlay 158)

12La reconquête du territoire et de son historicité se fait ici sur un mode proche de l’épique, dessinant même une forme de destinée manifeste typiquement calédonienne entrevue par l’élu (le guide peut-être) parvenu le premier à son sommet. La pratique de la montagne donne libre accès à son mythe et permet à l’individu de se reconnaître comme appartenant à une communauté, tandis que l’élévation sur le territoire autorise la projection dans le temps. Tous les ingrédients entrant dans la composition du sentiment national semblent enfin réunis : la montagne devient pilier de triangulation, comme un émetteur qui diffuserait la scotticité retrouvée à perte de vue et sur l’ensemble du territoire. Cette nouvelle fiction totalisante inverse les polarités : tandis que la marge (le Nord) devient le centre, le centre, lui, se trouve marginalisé. Il reste donc à établir si le reste du territoire va s’accommoder (ou non) de cette néo-marginalité.

Montagne et hyperréel

13Le rayonnement ou épanchement de cette scotticité montagneuse sur le Sud est particulièrement notable dans la poésie concrète de Neil Beggs et ses deux catalogues jumeaux, "Mountains in Scotland" et "Tower Blocks in Glasgow" (2001). Beggs reprend la nomenclature des Munros écossais pour l’appliquer aux immeubles glaswégiens de plus de trois-cents pieds, accordant à ces derniers le même potentiel symbolique que celui des montagnes. Le procédé est réciproque, la montagne entrant tout autant en ville que la ville entre en montagne. Dans ce qui pourrait annoncer la réconciliation de deux imaginaires nationaux antithétiques, celui de la nature et celui de la ville, Beggs dénonce la défiguration d’une entreprise romantique réduite à l’état de besogne. Il y fait référence à cette nouvelle idée reçue selon laquelle les rares munroïstes à avoir coché toutes les cases de l’inventaire feraient figure d’élus (comme c’était le cas chez Dutton) et pourraient alors attester d’une forme supérieure de scotticité. Les jeunes artistes urbains en auraient-il assez de l’obligation de résultat héritée de leurs prédécesseurs ? Devoir à tout prix représenter la montagne en la dotant d’une typicité nationale prend désormais toutes les allures d’une contrainte. S’il était effectivement légitime, au milieu du siècle, de vouloir décoloniser l’imaginaire national en reterritorialisant les paysages du Nord, l’entreprise perd de sa pertinence dans une Ecosse dévolutionnaire qui doit désormais se chercher ici et maintenant.

14C’est précisément dans cette optique que Ross Sinclair présente en 1996 son installation "Real Life Rocky Mountain" au Centre d’Art Contemporain de Glasgow. L’artiste s’y produit dos au public, dans un ersatz de nature devenue artefact expérimental, sur le flanc d’une montagne de carton-pâte et entouré de spécimens animaux locaux empaillés. L’effet kitsch et l’aspect recyclé de l’ensemble amplifient le hiatus, de plus en plus mal vécu par les jeunes générations, entre l’Écosse utopique des Highlands et celle, résolument post-punk, de la ville. A l’instar de Neil Beggs, Sinclair choisit l’accumulation pour affirmer le caractère fictif et arbitraire de l’imaginaire national. La performance est également vocale, Sinclair reprenant méthodiquement les grands airs du répertoire populaire écossais des trois derniers siècles ; le concert commence par les poèmes chantés de Robert Burns traitant des révoltes jacobites du18e siècle. Puis viennent les chansons héritées de la tradition du music-hall écossais, équivalent musical au Kailyardisme, et inspirées des romans de Scott. Sinclair conclut son marathon musical par des airs récents illustrant les maux de la société écossaise urbaine et contemporaine. Le message est on ne peut plus clair : l’Ecosse n’existe qu’au travers de ces fables, l’artiste lui-même étant contraint de proclamer sa réalité par le large tatouage qu’il porte sur les épaules. Tout n’est que simulacre, de cette petite nation devenue parc à thèmes pour les besoins de son industrie du tourisme, au symbolisme social dont on a cherché à habiller son territoire. L’héritage culturel écossais, quelles que soient ses sources (politique, histoire, géographie, fiction, et même pratique), repose toujours sur un résidu archaïque et une conception apocryphe de la réalité. Une réalité qui, comme sur le plateau de "Real Life Rocky Mountain", disparaît intégralement sous sa copie. La performance de Ross Sinclair est donc à la fois une célébration et une critique du "faux authentique" que serait l’Écosse, une nation "sans origine ni réalité" (Baudrillard 1981, 10) qui ne serait plus que signifiant, un hyperréel.

15Sinclair met brillamment en scène le paradoxe auquel les artistes écossais sont désormais confrontés : derrière eux, l’image surranée d’une Ecosse irrémédiablement perdue ; devant eux, l’inquiétude, la dissonance et le monde du simulacre. Cette idée de la vacuité du réel dès lors qu’il est affranchi des discours scientifiques, historiques ou spiritualisants, les auteurs de la première renaissance littéraire l’avaient sans doute déjà. L’objectif n’était pas de prouver qu’il existe des montagnes en Ecosse ou de l’Écosse dans ses montagnes, mais bien plus de mettre en mouvement un imaginaire national qui n’existe finalement qu’à se chercher. Le risque est pourtant là de se rendre coupable d’éroder symboliquement la montagne, dans une forme de littérature écologique maléfique (pour paraphraser Baudrillard) qui aurait en fin de compte l’effet contraire à celui escompté. "L’idéalisation va toujours de pair avec l’abjection" et conduit à la disparition de l’altérité symbolique de la nature, écrit encore Baudrillard (Baudrillard 2002, 117). De la montagne dans la brume à la montagne dans la ville, et d’un paysage moralisé à un hyperréel qui serait paradoxalement l’expérience ultime du paysage domestique, la littérature écossaise de montagne tend à corroborer la récursivité du virtuel et la disparition d’un monde réel de référence. La seule montagne qui ne soit que montagne ne serait alors ni objectivée par le tourisme, ni fixée dans une relation affective subjectivante. De la même manière, et c’est un paradoxe que les auteurs de la ville devront bientôt affronter, la seule Ecosse qui ne soit qu’Écosse serait celle dont on ne parle pas.

Top of page

Bibliography

CRICHTON SMITH, lain. Selected Poems. Manchester : Carcanet, 1985.

BAUDRILLARD, Jean. L’Echange Symbolique et la Mort. Paris : Gallimard, 1976.

BAUDRILLARD, Jean. Simulacres et Simulation, Paris : Galilée, 1981.

BAUDRILLARD, Jean. "L’écologie maléfique", L’Illusion de la Fin ou la Grève des Evénement. Paris : Galilée, 115-128, 2002.

FINLAY, Alec (ed.). The Way to Cold Mountain. A Scottish Mountains Anthology. Edinburgh: Polygon, 2001.

FISHER, Mark. "Call of the Wild", The Guardian. July 21, 2005.

MACCAIG, Norman. Collected Poems. Edinburgh: Polygon, 2005.

MACDIARMID, Hugh. The Islands of Scotland. Hebrides. Orkney and Shetland. London: Batsford, 1939.

MACDIARMID, Hugh. Selected Poems, Manchester: Carcanet, 1992.

MACLEAN, Sorley. From Wood to Ridge. Collected poems. Manchester: Carcanet, [1989] 1999.

MERLEAU-PONTY, Maurice. L’Œil et l’Esprit. Paris : Gallimard, [1960] 1988.

SHEPHERD, Nan. The Living Mountain, Edinburgh: Canongate, [1977] 2001.

URPETH, Peter. Far Inland, Edinburgh: Polygon, 2006.

Top of page

Notes

1 Hugh MacDiarmid, Selected Poems (Manchester: Carcanet, 1992) 178.

2 Sorley MacLean, From Wood to Ridge. Collected poems (1989, Manchester; Carcanet, 1999) 131.

3 Norman MacCaig, Collected Poems (Edinburgh : Polygon, 2005) 286.

4 "What I’m interested in, involved in, is an understanding of the mountain and the experience of the mountain, a high experience of the mountain, founded on the encounter with brute matter, and with wind, light, space, emptiness." Kenneth White, "Scotia Deserta", Finlay 33.

5 Ce fut le cas lors du spectacle de Angus Farquhar intitulé "The Path" (2000) au cours duquel des interprètes tibétains avaient été invités à se produire dans le décor sauvage des Highlands. L’événement se voulait bien sûr politique ; pour ce qui nous intéresse, il soulignait surtout le fait qu’il paraît nécessaire à l’artiste, pour valider l’expérience spirituelle du paysage, d’y injecter une vision venue d’ailleurs.

6 La réponse à "The Path" viendra finalement en 2006, dans le très beau roman de Peter Urpeth, Far Inland : là encore, et dans la lignée de Shepherd, la marche en montagne est "a way of meditating, a slow, solitary, repetitive act that induce[s] a kind of focused trance enhanced by the wild beauty of the landscape." (82) Mais la spiritualité qui habite les montagnes de Lewis n’est plus importée : elle est cette fois indigène, et mélange les mythologies celte pré-chrétienne et inuit. C’est finalement dans cette forme de chamanisme local que l’esprit du sauvage s’exprime avec le plus de liberté, souvent d’ailleurs dans des poèmes et en gaélique.

7 "Land of mountains, glens and heroes".

Top of page

References

Bibliographical reference

Camille Manfredi, « Ideas clash on the mountain tops : politique de la montagne et sentiment national dans l’Ecosse du vingtième siècle », Caliban, 23 | 2008, 79-86.

Electronic reference

Camille Manfredi, « Ideas clash on the mountain tops : politique de la montagne et sentiment national dans l’Ecosse du vingtième siècle », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 19 October 2017. URL : http://caliban.revues.org/1135 ; DOI : 10.4000/caliban.1135

Top of page

About the author

Camille Manfredi

Université de Bretagne Occidentale, Brest, CEIMA

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org