Skip to navigation – Site map
Première partie : Montagnes poétiques et esthétiques

La Montagne dans la poésie lyrique d’Andrew Marvell : variations sur une vision apocalyptique et le locus amoenus

Jean-Pierre Mouchon
p. 45-52

Abstract

Andrew Marvell, known as the metaphysical poet of 17th century landscape gardens, likes strolling about his microcosm, taking delight in transforming by the thought the surrounding landcape into a "locus amoenus" where he can enjoy nature and solitude, farfrom these "wild creatures called men" (Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, XIII, 102) he learnt to distrust. The theme of mountains plays a minor part in his poems. This is why it has never been tackled by literary criticism. If Marvell mentions mountains in some of his poems it is always with a sense of fright and impending danger. With him, mountains are seen with the mind’s eye and described with literary recollections and not from nature. They are awe-inspiring and it is better not to climb them. In order to get accustomed to them, the only means he finds is to reduce them to human proportions so that they can merge into the harmonious setting of his "hortus conclusus", the place where he withdraws into himself or more exactly into his own thought, as he admits it (cf. The Mower’s Song, stanza I, and Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, stanza LXXVI). Within these idealized limits, miniaturized mountains enclose and protect the "hortus conclusus" or "locus amoenus" in which, after a life in Cromwell’s service, finally general Fairfax, Marvell’s protector, finds the enjoyable solitude he was looking for, in order to give himself up to leisure activities, amid his family, and the surrounding plants and animals, while his daughter, the young Maria, thanks to her beauty and virtues, presides over it

Top of page

Full text

1Poète intimiste, poète des jardins à l’anglaise, Andrew Marvell aime se mouvoir dans son microcosme, prenant plaisir à transformer par la pensée le paysage qui l’entoure en un locus amoenus où il peut goûter une douce tranquillité, loin de ces "wild creatures called men" (Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, XIII, 102) dont il a appris à se méfier ("What need is here of Man ?", ibid., XXIII, 183). Il n’a donc jamais été un admirateur de la montagne dont il s’est toujours tenu éloigné. S’il y a ascension dans sa poésie, elle est symbolique et de nature platonicienne. Nul essor shelleyen chez lui (cf. Mount Blanc). Nulle évocation de la montagne comme, plus tard, chez un Jean-Jacques Rousseau, un Robert Burns, un William Wordsworth, un Victor Hugo, un Hippolyte Taine, un Jules Verne, un Henry Russell-Killough ou un Roger Frison-Roche. Cependant, il évoque la montagne, de loin en loin et de deux manières opposées, dans quelques-uns de ses poèmes dont les principaux sont l’Epigramma in Duos montes Amosclivum Et Bilboreum. Farfacio et son équivalent anglais Upon the Hill and Grove at Billborow to The Lord Fairfax, en procédant à une transformation des éléments.

2Comme les hommes de lettres de son siècle, et notamment John Milton et Richard Crashaw, Andrew Marvell a fait de fortes études classiques, Il écrit aisément en latin, "lingua franca" de son époque, et en grec. Il est inspiré par la littérature latine qu’il lit dans le texte. Les descriptions de la montagne qu’il trouve notamment chez des auteurs classiques comme Lucrèce (De rerum natura), Virgile (Enéide) et Ovide (Métamorphoses) ne sont pas rassurantes. Lui-même, de par sa conception du monde, n’aime vraiment pas les bouleversements géologiques qu’il ne comprend pas (la tectonique et la tectonophysique sont des sciences récentes) :

Tis not, what once it was, the World;
But a rude heap together hurl’d;
All negligently overthrown,
Gulfes, Deserts, Precipices, Stone.
(Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, LXXXXVI)

3Les hauteurs vertigineuses reliant terre et ciel, comme le pic de Ténériffe qui, en 1657, remplit d’admiration et d’effroi les conquérants espagnols, l’épouvantent également car elles ne sont pas à l’échelle humaine et lui donnent une impression d’écrasement :

The Peek’s proud height, the Spaniards all admire,
Yet in their brests, carry a pride much higher.
Onely to this vast hill a power is given,
At once both to Inhabit Earth and Heaven.
But this stupendious Prospect did not neer,
Make them admire, so much as they did fear.
("On the Victory Obtained by Blake over the Spaniards, in the Bay of Sanctacruze, in the Island of Teneriff".
1657, 75-80)

4Pourtant Marvell, toujours ambigu, sinon contradictoire, reconnaît que ce pic effrayant, comme les hauteurs qui dominent Bilborough, est bien utile aux marins qui s’en servent pour se repérer :

Yet thus it all the field commands,
And in unenvy’d Greatness stands,
Discerning further then the Cliff
Of Heaven-daring Teneriff.
How glad the weary Seamen hast
When they salute it from the Mast!
By Night the Northern Star their way
Directs, and this no less by Day.
(
Upon the Hill and Grove at Bill-borow To the Lord Fairfax, 25-32)

5Les pentes escarpées, les éboulis de roches ne conviennent pas non plus à la nature de cet homme de lettres du XVIIe siècle, ennemi des extrêmes (hauteurs, comme nous venons de le voir, mais aussi terres trop basses, comme il l’avoue dans The Character of Holland), toujours à la recherche de surfaces lisses et stables, soucieux de sentir la terre ferme sous ses pieds :

This Scene again withdrawing brings
A new and empty Face of things;
A levell‘d space as smooth and plain,
As Clothes for Lilly strecht to stain.
The World when first created sure
Was such a Table rase and pure.
(Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, LVI)

6La montagne peut être d’une beauté impressionnante, dans tel sonnet de Saint-Amant célébrant l’hiver des Alpes ("Ces atomes de feu qui sur la neige brillent..."), ou dans la courte description d’un Richard Crashaw imitant Virgile (The Beginning of Heliodorus, 1-5) ou dans la vision que nous en donnera plus tard Percy Bysshe Shelley marquée par son imagination aérienne, elle n’en demeure pas moins traîtresse et apocalyptique pour Marvell, dont l’imagination est essentiellement terrestre. C’est même une anomalie de la nature, une excroissance qui risque de déplacer le centre du monde :

Here learn ye Mountains more unjust,
Which to abrupter greatness thrust,
That do with your hook-shoulder’d height
The Earth deform and Heaven fright,
For whose excrescence ill design’d,
Nature must a new Center find,
Learn here those humble steps to tread,
Which to securer Glory lead.
(
Upon the Hill and Grove at Bill-borow To the Lord Fairfax, 9-16)

7Effrayant le ciel par sa hauteur, elle attire par ailleurs vers le bas tout ce qui se trouve sur ses flancs, car la nature a horreur du vide (An Horatian Ode upon Cromwell’s Return from. Ireland, 41). Cette attraction explique l’instabilité qui la caractérise, notamment par ces roches menaçantes, capables de tous les maléfices, qui s’en détachent pour balayer tout sur leur passage (The First Anniversaty of the Government Under O.C., 268).

8En une autre occasion (l’évocation de la bataille des Dunes, près de Dunkerque, qui se termina par la victoire de Turenne sur Condé, momentanément allié aux Espagnols), la "sandy mountain" mentionnée par le poète (A Poem upon the Death of O.C., 189), selon le procédé de la diatypose, est le théâtre d’une sanglante bataille où est tué, en juin 1658, le lieutenant-colonel Roger Fenwick, valeureux officier de Cromwell.

9Enfin, notons que pour mettre en évidence l’importance du carnage causé par les guerres, Marvell, célébrant pourtant le général Fairfax, ne trouve rien de mieux que d’employer l’image de la montagne : "And Mountains rais’d of dying Men" (Upon the Hill and Grove at Bill-borow To the Lord Fairfax, 68). Les corps des morts s’empilent comme les roches s’entassent pour former ces sommets inquiétants qui dominent le monde.

10Ainsi, dans les extraits de poèmes mentionnés jusqu’ici, la montagne, avec tous les dangers qu’elle présente, toutes les peurs qu’elle provoque, rencontre peu d’attrait auprès de Marvell. De fait, ce dernier ne cherche nullement à la gravir, comme le feront les pionniers des ascensions au XVIIIe et au XIXe siècle afin de communier avec elle, tel un Jacques Balmat (1762-1834), qui découvre une route pour atteindre la cime du Mont Blanc, en compagnie d’abord du Dr.M.G.Paccard, en 1786, puis du naturaliste et physicien suisse Horace Bénédict de Saussure (1740-1799), en 1787, ou un Henry Russell-Killough (1834-1909), explorateur émerveillé des Pyrénées et inspirateur de Jules Verne qui a puisé dans ses hypotyposes descriptives.

11Au lieu de la vraie montagne évoquée de loin en loin dans les poèmes susmentionnés, celle qui intéresse Marvell est celle qu’il façonne dans le miroir de son esprit, comme en témoigne l’épigramme latine intitulée Epigramma in Duos montes Amosclivum Et Bilboreum. Farfacio dont nous fournissons le texte latin et sa traduction ci-dessous :

Epigramma in Duos montes Amosclivum Et Bilboreum. Farfacio.
Cernis ut ingenti distinguant limite campum
Montis Amosclivi Bilboreique juga!
Ille stat indomitus turritis undique saxis;
Cingit huic laetum Fraxinus alta Caput.
Illa petra minax rigidis cervicibus horret:
Huic quatiunt virides lenia colla jubas.
Fulcit Atlanteo Rupes ea vertice coelos:
Collis at hic humeros subjicit Herculeos.
Hic ceu carceribus visum sylvaque coercet:
Ille Oculos alter dum quasi meta trahit.
Ille Giganteum surgit ceu Pelion Ossa:
Hic agit ut Pindi culmine Nympha choros.
Erectus, praeceps, salebrosus, & arduus ille:
Acclivis, placidus, mollis, amoenus hic est.
Dissimilis Domino coiit Natura sub uno;
Farfaciaque tremunt sub ditione pares.
Dumque triumphanti terras perlabitur Axe,
Praeteriens aequa stringit utrumque Rota.
Asper in adversos, facilis cedentibus idem;
Ut credas Montes extimulasse suos.
Hi sunt Alcidae Borealis nempe Columnae,
Quos medio scindit vallis opaque freto.
An potius longe sic prona cacumina nutant,
Parnassus cupiant esse Maria tuus.

Épigramme contre les deux montagnes d’Almias et de Bilborough. Dédiée à Fairfax.
Tu vois comme les versants du mont Almias et les crêtes de Bilborough
Bornent la plaine de leur énorme barrière.
Celui-là se dresse indompté, entouré de toute part de rochers couronnés de tours,
Et un frêne altier ceint sa tête éclatante.
Un roc menaçant branle sur sa nuque roidie,
Et son souple col agite une verte crinière.
Cette roche-ci soutient les cieux de sa tête d’Atlas;
Mais voici une colline qui prête ses épaules d’Hercule.
Celle-ci, par le moyen d’une forêt, sert comme de prison au regard;
Et cette autre-là attire les yeux comme une borne.
En voilà une qui surgit comme Ossa et Pélion des Géants;
Et celle-ci mène ses sommets comme une nymphe des danses sur le Pinde.
Abrupte, rocailleuse, escarpée se dresse celle-là,
En pente paisible, douce, amène est celle-ci.
Une nature dissemblable s’est unie sous un seul maître,
Et les deux monts tremblent pareillement sous la domination de Fairfax.
Et tandis qu’il parcourt les terres sur son char de triomphe,
Sa roue impartiale rase l’un et l’autre mont en passant devant.
Rude envers les ennemis, en même temps doux envers ceux qui cèdent;
De sorte que l’on pourrait croire que c’était les monts qui l’avaient animé.
Ici, ce sont assurément les Colonnes de l’Alcide boréal,
Eux que sépare de son détroit médian une ombreuse vallée;
Ou plutôt à la façon dont leurs sommets inclinés font signe de loin,
Ils souhaitent vivement, Maria, être ton Parnasse.

12Ce court poème latin composé d’hexamètres et de pentamètres dactyliques est le pendant du poème anglais de dix strophes intitulé Upon the Hill and Grove at Bill-borow To the Lord Fairfax qui nous occupe beaucoup moins, en l’occurrence. Écrits entre 1650 et 1652, période durant laquelle Marvell s’occupa de l’éducation de Maria, fille de lord Fairfax, général anglais qui, tel Racan en Touraine, s’était retiré avec sa famille dans sa propriété de Nun Appleton, ces deux poèmes résument parfaitement l’attitude de Marvell en présence de la "natura naturata".

13Tenons-nous en à l’épigramme latine qui est entièrement consacrée à la montagne. Notre poète ne s’engage pas tout entier dans le spectacle qui l’entoure, selon son habitude. Sa méfiance à l’égard de la montagne lui fait utiliser un stratagème qui consiste à la transfigurer. Sentant la menace des hauteurs, qu’il décrit à sa façon, il arrive insensiblement au tableau qu’il a dans son esprit. Il suit ainsi un double mouvement d’amplification et de réduction, car un trait particulier de son imagination consiste à grossir pour ensuite réduire. Ainsi, le tableau qui se présente à sa vue, et qu’un Nicolas Poussin aurait rendu fidèlement, comme en témoignent ses nombreux paysages, est le point de départ d’une transformation baroque, alimentée de réminiscences littéraires classiques.

14Les quinze premiers vers plantent le décor transformé par l’imagination marvellienne. Au vers 15, "Dissimilis Domino coiit Natura sub uno", nous observons une transition qui nous amène à Fairfax, maître des lieux, sorte de grand jardinier, d’"opifex horti" (cf. le poème Hortus, vers 49), qui façonne la nature environnante selon son bon vouloir. Comme dans toute épigramme, nous trouvons enfin un trait, mais ici non point satirique ou mordant. C’est Maria, la fille de Fairfax, qui apparaît dans le dernier vers, et dont la présence apporte sérénité et beauté au milieu des deux élévations réunies pour la circonstance.

15Dès les deux premiers vers, le ton est donné sur le mode de l’hyperbole. De même que, dans A Poem upon the Death of O.C., une simple dune devient "the sandy mountain" où Fenwick trouva la mort, les deux petites hauteurs près d’Appleton prennent des proportions gigantesques comparables à celles du Ben Nevis et se transforment en véritables chaînes de montagnes équivalentes aux Pyrénées ou aux Alpes ("montis", "juga"). Ces montagnes enserrent le domaine et ne permettent pas à l’œil de parcourir l’horizon, en constituant une barrière infranchissable ("limite"). Loin d’être un inconvénient, nous verrons que cette clôture naturelle offre un avantage. Quoi qu’il en soit, ces montagnes présentent un double aspect. L’une est impressionnante et inquiétante, comme le serait le pic de Ténériffe déjà évoqué (cf. Upon the Hill and Grove at Bill-borow To the Lord Fairfax, 27-28, et On the Victory obtained by Blake over the Spaniards, in the Bay of Sanctacruze, in the Island of Teneriff 1657). L’autre, au contraire, apparaît beaucoup plus accueillante.

16Loin du géographe ou de l’alpiniste soucieux de décrire ce qu’il voit, Marvell ne rend pas compte de la réalité. Comme nous l’avons dit, cette dernière est perçue à travers le miroir de son esprit. Il y a même animisme, en l’occurrence. En effet, ce sont des épithètes et des noms applicables à des humains ou à des animaux qui sont utilisés pour caractériser ces deux monts. Les réminiscences classiques déjà signalées s’ajoutent à la description. Remarquons que tout traduit la noblesse dans ces tableaux successifs qui, tour à tour, mettent l’accent sur le désordre et les contrastes pour finalement souligner l’harmonie de l’ensemble née de l’influence bienfaisante de Fairfax et de sa fille Maria. Dans Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, Marvell sera encore plus précis, dans sa description, ou plutôt stylisation, de cette espèce de paradis terrestre en miniature, présenté comme un domaine ordonné où tout est facilement accessible :

But all things are composed here
Like Nature, orderly and near.
(vers 25-26).

17Ces montagnes supposées, grossies par le miroir de l’imagination marvellienne, sont orgueilleuses, majestueuses, magnifiques à tous les égards, et donnent l’impression de se multiplier à l’infini. En effet, elles sont hérissées de pics ressemblant à des tours inexpugnables ("ille stat indomitus turritis undique saxis"). Le poète, trop attaché à son "hortus conclusus" harmonieux, ne se risquerait pas à se lancer à leur assaut. L’adjectif "indomitus" (vers 3) et la "fraxinus alta"(vers 4) soulignent les caractéristiques de cette montagne inaccessible et altière(le frêne, à son sommet, est comme une couronne).

18En même temps, l’anthropomorphisme du poète paraît évident. Le sommet du mont Almias devient un "laetum caput" ; son flanc se transforme en "rigidis cervicibu" ; sa base est un "lenia colla", tandis que la forêt qui recouvre le versant du mont de Bilborough, grâce à une périphrase descriptive, prend la forme d’une crinière verte ("virides jubas"). Cette couleur, particulièrement appréciée de Marvell qui s’en imprègne, notons-le (cf. The Garden, strophe VI, Hortus, 10-11), suggère les arbres, selon le phénomène de la métonymie. Le vert exprime la vigueur, la bonne santé de plantes bénéficiant de pluies abondantes et croissant donc sans difficulté et peut symboliser également l’espérance. Quoi qu’il en soit, avec ces deux monts étranges, pur produit du "wit" marvellien, avons-nous affaire à des montagnes ou à des êtres mi-humains, mi-chevaux comme les centaures ?

19L’idée d’enserrement est bien suggérée par les vers 9 et 10. Les "carceres", ici, n’ont rien à voir avec des "prisons", des "cachots". Souvent, chez les poètes latins, ils signifiaient "barriers" d’où partaient les chars (cf. le féminin "calx"). C’est ce sens qu’entend Marvell. Quant au mont de Bilborough, il apparaît comme une borne de cirque ("meta"), composée de trois colonnes coniques, placées à chaque extrémité de la "spina" ("plate-forme longue et étroite"), et au-dessus de laquelle il fallait tourner le plus près possible (d’après la définition du Dictionnaire latin-français d’Henri Bornecque et Fernand Cauët, Librairie classique Eugène Belin, édition de 1973).

20Ainsi l’univers de Marvell se limite à la portion de terre limitée par les barrières infranchissables formées par ces deux monts. Pour l’instant, le système montagneux est clos et isolé du monde extérieur. Au fond, il n’y a rien de mieux que la montagne pour retrouver une solitude apaisante et bienfaisante.

21Le vocabulaire mythologique s’accumule au fil des vers. À propos de la falaise d’Almias et des hauteurs de Bilborough sont évoqués tour à tour Atlas, Hercule, les Géants qui voulurent conquérir le royaume des cieux en superposant les monts de Thessalie, l’Ossa et le Pélion, la nymphe qui mène la danse sur le Pinde, situé, comme les deux autres en Thessalie, et qui était consacré à Apollon et aux muses. Marvell, précepteur d’une adolescente de quatorze ans qu’il pare de vertus bienfaisantes, révèle ainsi sa culture latine (influence surtout des Métamorphoses d’Ovide, livres I, II, IV et XV, mais aussi de Virgile qui mentionne la nymphe dans ses Géorgiques, IV, vers 533).

22Ici encore, comme dans d’autres passages de poèmes cités plus haut, le macrocosme effraie le poète d’autant plus que le thème de la pierre hostile, déjà relevé dans The First Anniversary of the Government under O.C., fait son apparition. En effet, notons l’observation : "illi petra minax rigidis cervicibus horret" (vers 5), au sujet du mont Almias. On peut se demander ce que cette roche menaçante représente. En tout cas, elle révèle un aspect inquiétant, comme on le verra plus tard notamment chez Shelley (Alastor, Prometheus Unbound) et chez William Golding (The Inheritors). Menace permanente, elle est peut-être le symbole de l’instabilité, du danger constant, surtout à une époque particulièrement agitée où s’opposent royalistes et "Têtes rondes" et où il vaut mieux se trouver du côté du Lord Protecteur si l’on ne tient pas à avoir d’ennuis.

23Le vers 13, "erectus praeceps. salebrosus, et arduus ille", avec sa rudesse, confirme cette hostilité de la pierre. Le choix de "salebrosus", dont le sens habituel est "pénible", "embarrassé", "cahotant", en parlant de la diction ou du style, peut se justifier dans la mesure où le féminin "salebra", employée surtout au pluriel, signifie d’abord "aspérités du sol" avant d’évoquer l’"inégalité" du style.

24À la grande majesté, à l’aspect effrayant de la montagne d’Almias s’oppose un élément particulièrement modérateur, car, tout à coup, au vers 14, le poète écrit : "Acclivis, placidus, mollis, amoenus hic est." Les quatre adjectifs utilisés (épithétisme, ici) qualifient la montagne de Bilborough dont la pente ascendante est paisible, douce et agréable. Nous sommes transportés involontairement dans tel "Paysage" de Nicolas Poussin où l’on voit une barrière montagneuse coupant l’horizon en laissant en deçà d’elle un "hortus conclusus" ou "locus amoenus" où se détend un personnage. La version anglaise est encore plus explicite, car, au lieu d’un vers de l’épigramme latine, elle consacre toute une strophe à la description, en usant d’un champ lexical plus étendu, mais d’une singulière abstraction :

See what a soft access and wide
Lyes open to its grassy side;
Nor with the rugged path deters
The feet of breathless Travellers.
See then how courteous it ascends,
And all the way it rises bends;
Nor for it self the height does gain,
But only strives to raise the Plain.
(
Upon the Hill and Grove at Bill-borow To the Lord Fairfax, strophe 3)

25Le vers 15 opère une transition et constitue, en fait, la clef de toute l’épigramme ; "Dissimilis Domino coiit Natura sub uno." Les deux aspects opposés de cette vision subjective de la réalité se réunissent pour former un tout. La "natura naturata" est chaos mais aussi ordre (cf. la strophe 96 de Upon Appleton House, to my Lord Fairfax). En fait, elle refuse d’éterniser ce chaos décrit avec tant de réalisme par Lucrèce (De rerum natura, V, 92-96, 104-109) car, toujours en mouvement, il lui faut constamment trouver un nouveau centre (Cf. la strophe 2 de ibid., vers 14). D’ailleurs, en ce lieu enclos, comme une bergerie de Racan, Lord Fairfax est là pour remettre de l’ordre. Il soumet à sa volonté ces deux monts en les rasant l’un et l’autre, car, après tout, il faut retrouver le monde parfait des origines déjà évoqué plus haut :

The World when first created sure
Was such a Table rase and pure.
(Upon Appleton House, to my Lord Fairfax,·445-446)

26On comprend dès lors le sens politique de l’épigramme. Ces montagnes, aux caractéristiques si différentes, symbolisant l’opposition rencontrée par Cromwell et ses officiers auprès des partisans de la royauté, sont ramenées à de justes proportions par celui qui a su combattre avec succès l’ennemi. C’est l’homme à poigne qui ramène l’harmonie dans la nature, comme il l’a ramenée dans son pays, à la tête des troupes du Lord Protecteur.

27La fin de l’épigramme est à nouveau remplie d’allusions mythologiques. Les deux monts d’Almias et de Bilborough nous rappellent les deux principaux sommets du Parnasse, le Nysa et le Cyrrha. L’analogie se poursuit avec l’évocation de la vallée ombreuse, qui ressemble à la vallée du Plistos que traversait la Voie sacrée. Ainsi l’ordre est rétabli et permet au "locus amoenus" d’apparaître, tel qu’il sera longuement décrit dans les quatre-vingt dix-sept strophes de Uppon Appleton House, to my Lord Fairfax. Qui plus est, ces montagnes gigantesques et vertigineuses, devenues de petites hauteurs rassurantes, ramenées à l’échelle humaine, donnent l’impression de vouloir faire signe à Maria, en balançant leurs sommets inclinés ("prona cacumina"). Elles souhaitent lui offrir un endroit privilégié, comme l’est le Parnasse pour les poètes, coupé du monde extérieur et surtout de la compagnie essentiellement mauvaise des hommes dont on se passe volontiers (cf. Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, 183). L’emploi du subjonctif "cupiant" ("cupere" : désirer vivement) ne laisse aucun doute sur leur intention louable. Mais à cela s’ajoute la beauté pure et radieuse de la jeune fille qui transforme harmonieusement toute la nature autour d’elle, en lui prêtant ses qualités physiques et morales :

Tis She that to these Gardens gave
That wondrous Beauty which they have;
She streightness on the Woods bestows;
To
Her the Meadow sweetness owes;
Nothing could make the River be
So Chrystal-pure but only
She;
She yet more Pure, Sweet, Streight, and Fair,
Then Gardens, Woods, Meads, Rivers are.
(Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, LXXXVII).

28Nous pensons avoir suffisamment montré, dans cet exposé consacré à un thème mineur de la poésie de Marvell, qu’il n’y a pas, chez notre poète, la moindre expérience d’ascension de la montagne. La montagne n’offre aucun attrait pour lui en tant que telle. S’il tient à la mentionner de loin en loin, c’est pour insister sur ses aspects effrayants. Bien vite, comme l’épigramme latine et sa paraphrase anglaise le prouvent, il la ramène à des proportions telles qu’elle entre dans son microcosme. Comme il ne prend pas le monde extérieur (la "natura naturata") tel qu’il est, il l’interprète à sa façon et le transforme constamment, selon ce que le peintre Federigo Zuccaro appelait "il disegno interno" ("le dessin intérieur", in Idea de‘ pittori, scultori e architetti, 1607). C’est ainsi que la montagne ne garde pas sa réalité objective. Elle est réduite à des proportions humaines pour se fondre dans le cadre harmonieux de l’"hortus conclusus" marvellien, lieu de repli sur soi-même ou mieux sur sa propre pensée, comme le poète l’avoue lui-même (cf. The Mower’s Song, strophe I, et Upon Appleton House, to my Lord Fairfax, strophe LXXVI), loin de ce que Gray appellera "the madding crowd’s ignoble strife" (Elegy written in a Country Churchyard, 73). En ses limites, la montagne miniaturisée enclôt le jardin où, après le temps de l’action, l’homme trouve enfin la solitude bienfaisante et peuplée qu’il recherche pour s’adonner aux loisirs sains, au milieu des siens, des plantes et des animaux qui l’entourent.

Top of page

Bibliography

AMOURABEN, Eric et Roderic Martin. Le Comte Henry Russell-Killough 1834-1909. Aux origines d’un mythe. Genèse d’une légende. Éditions du "Patou", à compte d’auteur, 2006.

BESSON, Françoise. "Henry Russell inspirateur de Jules Verne", Pyrénées—Bulletin pyrénéen, n° 210, 2-2002, 117-137.

BORNECQUE, Henri et Fernand Cauët. Le Dictionnaire latin-français du baccalauréat(Paris, Librairie classique Eugène Belin, 1936, l’édition consultée est celle de 1973, qui porte le titre de Dictionnaire latin-français et qui comporte quelques mots supplémentaires placés en bas de chaque page).

MARGOLIOUTH, H.M. The Poems and Letters of Andrew Marvell. Volume I. Poems. Third edition revised by Pierre Legouis with the collaboration of Ε. E. Duncan-Jones, Oxford: Clarendon Press, 1971.

MOUCHON, Jean-Pierre. "La Nature dans la poésie de Marvell", Le Bloc-notes des professeurs de langues vivantes. Gap : Ophrys, n° 21-22, mai juin 1970, 6-11 (repris in Première gerbe. Gap : Ophrys, 1981, 19-24).

MOUCHON, Jean-Pierre. "André Marvell et la politique", Présence linguistique. Gap : Ophrys, n° 2-3, juin-septembre 1973, 34-41 (repris in Première gerbe. Gap : Ophrys, 1981, 38-45).

MOUCHON, Jean-Pierre. Les Eléments naturels dans la poésie lyrique de Marvell. (Gap : Ophrys, 1979).

MOUCHON, Jean-Pierre. André Marvell. Poèmes choisis. Traduction accompagnée de notes (Gap : Ophrys, 1989).

MOUCHON, Jean-Pierre. "Commentaire et traduction d’une épigramme latine d’Andrew Marvell", Le Carnet des études gréco-latines et des langues romanes. Marseille : Terra Beata, n°36, septembre-octobre-novembre-décembre 2007, 13-17.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Pierre Mouchon, « La Montagne dans la poésie lyrique d’Andrew Marvell : variations sur une vision apocalyptique et le locus amoenus », Caliban, 23 | 2008, 45-52.

Electronic reference

Jean-Pierre Mouchon, « La Montagne dans la poésie lyrique d’Andrew Marvell : variations sur une vision apocalyptique et le locus amoenus », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 18 October 2017. URL : http://caliban.revues.org/1103 ; DOI : 10.4000/caliban.1103

Top of page

About the author

Jean-Pierre Mouchon

Professeur honoraire, Marseille

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Les cahiers de Revues.org